Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/08/2017

journées du patrimoine 2017 Monuments et sites Région de Bruxelles-Capitale

 

http://www.jodogne.be/sites/jodogne.dd/files/1_fichiers/j...

 

Le marché aux livres ! Ces 16 et 17 septembre (de 10h à 19h), précipitez-vous aux Halles Saint-Géry pour visiter le marché aux livres de la Direction des Monuments et Sites de la Région de Bruxelles-Capitale. À cette occasion, bénéficiez des promotions spéciales «Journées du Patrimoine» sur de nombreux titres ! JOURNÉES DU PATRIMOINE 16 & 17 SEPT. 2017 | NATURE EN VILLE a Horaires et dates M Lignes et stations de métro T Trams B Bus g Promenade/Activité h Exposition/Conférence b Parcours à vélo f Circuit en bus i Visite guidée uniquement ou réservation obligatoire c Lieu d’animation ou de départ j Langue des signes Pictogrammes utilisés Les informations relatives aux transports en commun qui desservent les lieux nous ont été communiquées par la STIB. Elles indiquent les arrêts les plus proches des lieux ou points de rendezvous et les lignes desservies les samedi et dimanche. Les renseignements mentionnés dans cette brochure sont susceptibles de modifications, indépendantes de notre volonté. Cette brochure est distribuée gratuitement. Dépôt légal: D/2017/6860/019 Informations Organisation des Journées du Patrimoine en Région de Bruxelles-Capitale: Service public régional de Bruxelles/Bruxelles Urbanisme et Patrimoine Direction des Monuments et Sites – CCN – rue du Progrès 80 – 1035 Bruxelles Permanences téléphoniques les 16 et 17 septembre 2017, de 10h à 17h: 02/204.17.69 – fax: 02/204.15.22 – www.journeesdupatrimoine.brussels jdp-omd@sprb.brussels – #jdpomd – Bruxelles Patrimoines – Erfgoed Brussel Les heures indiquées pour les bâtiments sont celles d’ouverture et de fermeture. Les organisateurs se réservent le droit de fermer les portes plus tôt en cas de forte affluence afin de terminer à l’heure prévue. Des mesures particulières pour les visites peuvent être prises par les responsables des lieux. Il est interdit de fumer et de manger lors des visites. Il se peut que certains responsables des lieux interdisent la prise de photographies. Afin de faciliter les entrées, il est demandé d’éviter les sacs à dos ou sacs de grand volume. Les mentions CL et SV, à la fin des notices, indiquent la date de classement ou d’inscription sur la liste de sauvegarde du bien décrit. Les indications en gras à côté des adresses renvoient à un plan cartographique de la Région. Ce dernier est envoyé gratuitement, sur simple demande écrite à la Direction des Monuments et Sites. Attention: une réservation préalable est exigée pour certaines promenades (no de réservation indiqué sous la notice). Cette mesure a été prise dans le seul et unique but d’accueillir le public dans les meilleures conditions possibles et de prévoir un nombre suffisant de guides. Il vous est néanmoins loisible de vous rendre au lieu de départ de ces animations le jour même, des désistements ou des opportunités étant toujours possibles. Accessibilité aux personnes à mobilité réduite Grâce à la collaboration de l’Association nationale pour le Logement des Personnes handicapées (ANLH), l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite est mentionnée à côté de chaque lieu repris au programme. Cette enquête a été menée sur base des données transmises par les responsables des lieux et vérifiées par un membre de l’association. Tous les parcs, jardins et bâtiments qui ont un logo d’accessibilité ont fait l’objet d’une vérification. L’accessibilité des lieux est indiquée, selon les critères et les normes arrêtés en Région de Bruxelles-Capitale, par les logos suivants: k Accessible: des conditions suffisantes sont rencontrées pour l’autonomie des personnes en fauteuil roulant (manuel ou électrique). m Accessible avec aide: l’aide d’une tierce personne est requise pour une circulation et un usage aisé du lieu. l Non accessible: les conditions minimales ne sont pas rencontrées. k* Accescity: les pictogrammes suivis d’un astérisque indiquent que des informations supplémentaires sur l’accessibilité des lieux se trouvent sur http://accescity.be À noter que les parcs indiqués comme inaccessibles sont ceux dans lesquels trop d’obstacles sont présents et/ou il n’est pas possible d’y faire une promenade significative. Les critères d’accessibilité ne concernent que les visites lors des Journées du Patrimoine. Ils ne sont pas forcément valables pour l’activité habituelle des bâtiments. Tout renseignement complémentaire relatif à cette étude peut être obtenu auprès de l’ANLH (e-mail: secretariat@anlh.be). DÉCOUVREZ LE PATRIMOINE DE BRUXELLES Lancée en 2011, la revue Bruxelles Patrimoines s’adresse à tous les passionnés du patrimoine, qu’ils soient bruxellois ou non, et ambitionne de montrer les diverses facettes des monuments et sites de la Région de Bruxelles-Capitale. Outre un dossier consacré à une thématique particulière, chaque numéro comporte des articles plus généraux sur le patrimoine et des news. Le numéro double du mois de septembre est entièrement consacré à la thématique des Journées du Patrimoine: Nature en ville. La revue Bruxelles Patrimoines est vendue en librairie au prix de 10  € (sauf le numéro double à 20 €) ou par abonnement. Si vous souhaitez vous abonner pour l’année 2017 (deux numéros simples et un numéro double), merci de verser la somme de € 29 sur le compte BE 31 0912 3109 5455/BIC GKCCBEBB (au nom de la Direction des Monuments et Sites) avec la mention « revue Bruxelles Patrimoines » et les nom et prénom et adresse complète du (de la) bénéficiaire. La Région de Bruxelles-Capitale est l’une des capitales les plus vertes d’Europe. Elle jouit d’un nombre impressionnant de parcs et d’espaces verts, privés ou publics, dont certains très fréquentés et d’autres moins connus, cachés au regard des passants. Tous ont leur histoire et leurs particularités. Ils regorgent d’essences particulières, d’arbres remarquables, d’une faune qui y trouve refuge. Ils sont architecturés, semi-naturels, agrémentés de rocailles et de statuaires. Terrains de détente, plaine de jeux, cadre de rêverie… les espaces verts font partie de la ville et de la vie de nos concitoyens. Étonnamment, la nature est également présente sur les façades. Fleurs, plantes, animaux… sont les sujets qui ornent les sgraffites, céramiques ou encore vitraux. Il suffit de lever le nez et d’y être attentifs pour prendre l’ampleur de ce parfum vert dans notre capitale. On la retrouve aussi à l’intérieur de certains monuments où motifs floraux et végétaux agrémentent les sols, murs, plafonds ou par l’utilisation de certains matériaux nobles… C’est cette richesse que la Région de Bruxelles-Capitale a souhaité mettre en valeur pour cette 27e édition des Journées du Patrimoine ! Au programme : plus d’une centaine de lieux (parcs, jardins, sites, fermes, moulins, hôtels de maître…) et autant d’activités pour vous guider dans ce labyrinthe de verdure et de senteurs (promenades, expositions, circuits en bus, à vélo, découvertes-nature…) ! Comme chaque année, le milieu associatif, les propriétaires privés, les institutions publiques se sont mobilisés pour vous faire découvrir cet aspect vert de la Région. Je les en remercie et vous souhaite d'excellentes visites, à la découverte d'un patrimoine riche, diversifié et pourtant parfois peu connu. Rudi Vervoort, Ministre-Président de la Région de Bruxelles-Capitale, chargé des Monuments et Sites Préface JOURNÉES DU PATRIMOINE ⁄ 1 Pendant le week-end des Journées du Patrimoine, un point d’information, situé au centre de Bruxelles, dans les Halles Saint-Géry, vous accueillera de 10h à 19h. Vous pourrez y obtenir la brochure reprenant le programme complet et des informations sur les lieux accessibles. Les publications de la Direction des Monuments et Sites y seront en vente dont certaines à prix spéciaux «Journées du Patrimoine». Profitez de votre passage aux Halles pour visiter les différentes expositions qu’elles accueillent : > «Expérience photographique internationale des Monuments» (voir page 72) > «Paul et ses frères » (voir pages 68 à 70) > «Victor Besme» Homegrade, quant à lui, vous ouvrira également ses portes afin de vous donner de plus amples informations sur ses activités et sur son répertoire des métiers du patrimoine. c Halles Saint-Géry, place Saint-Géry 1 à Bruxelles – carte Centre M 3 M 1-5 (De Brouckère) T 3-4 (Bourse) B 48-86-95 (Bourse) Avec la collaboration de Patrimoine et Culture et de Homegrade. Les Halles Saint-Géry : le point d’info des Journées du Patrimoine ! © Georges De Kinder 2 ⁄ JOURNÉES DU PATRIMOINE Sommaire Préface. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 1 Lieux accessibles et animations Bruxelles / Bruxelles-Extensions / Etterbeek . . . . . . . . . . . . . . . . p. 4 Woluwe-Saint-Lambert / Woluwe-Saint-Pierre / Auderghem / Watermael-Boitsfort . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 28 Ixelles / Bruxelles-Extensions / Uccle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 44 Carte et répertoire des lieux accessibles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 63 Exposition : «Paul et ses frères» . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 68 L’Expérience photographique internationale des Monuments. . . p. 72 Forest / Saint-Gilles / Anderlecht / Molenbeek-Saint-Jean . . p. 76 Koekelberg / Berchem-Sainte-Agathe / Ganshoren / Jette / Bruxelles-Laeken / Bruxelles-Neder-Over-Heembeek . . . . . . p. 90 Evere / Schaerbeek / Saint-Josse-ten-Noode . . . . . . . . . . . . . p. 106 Wood Wide Web . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 120 Brussels Gardens. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 122 L’inventaire du patrimoine naturel en ligne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 124 JOURNÉES DU PATRIMOINE ⁄ 3 Maison de la Francité 14 4 ⁄ BRUXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / ETTERBEEK BRUXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / ETTERBEEK 1. Carte Centre M 3 BRAS DE LA SENNE place Saint-Géry 23 – Bruxelles A sam. et dim. de 10h à 18h M 1-5 (De Brouckère) T 3-4 (Bourse) B 48-86-95 (Bourse) Une entrée cochère dotée d’une grille donne accès à un îlot autrefois occupé par la brasserie et la boulangerie du couvent des Riches Claires et par un ancien relais de poste du XVIIIe siècle. Ces bâtiments enjambaient la Senne, alors à ciel ouvert. Dans les années 1980, il fut décidé de remodeler l’ensemble et l’on reconstruisit des dizaines de logements ordonnés autour de cours intérieures ornées d’arbres et de buissons, le tout donnant sur l’arrière de l’église des Riches Claires. Durant les travaux, d’anciens quais de la Senne furent mis au jour et revalorisés sur quelques mètres. Une voûte s’ouvre même sur un petit plan d’eau peuplé de poissons et de nénuphars qui donne l’illusion que la rivière coule encore ici. Pas de courant ici, mais bien l’eau dormante d’un tronçon reconstitué. Exposition «Au-delà de la rivière… la cité végétale» (voir encadré ci-dessous). 1 g PROMENADE La nature en ville sous un jour inattendu Nous rencontrons souvent la nature dans la ville, mais pas toujours sous la forme attendue. Statues, représentations, noms de rues, noms de maisons font très régulièrement allusion à Mère Nature. Au cours de cette promenade, vous en découvrirez quelques exemples là où, d’ordinaire, vous auriez simplement passé votre chemin. A samedi et dimanche à 10h et 14h30 (durée : 2h) C lieu de départ : à hauteur de De Markten, Vieux Marché aux Grains 5 à Bruxelles – carte Centre M 2 M 1-5 (Sainte-Catherine) B 86 (Dansaert) I maximum 25 personnes par départ. Uniquement en néerlandais. Avec la collaboration de l’Association des Guides de Bruxelles et de Belgique. H E X P O S I T I O N Au-delà de la rivière… la cité végétale Impossible de parler de la nature en ville sans évoquer les travaux de l’architecte visionnaire Luc Schuiten. Depuis 40 ans, cet artiste montre que l’architecture et la nature peuvent parfaitement se compléter, que cette union est même vitale pour les habitants. Les cicatrices laissées à Bruxelles par les grandes entreprises urbanistiques du XIXe siècle ont été source de mal-être et de violence. Les réalisations de Luc Schuiten replacent l’humain dans un milieu naturel, recréant une symbiose entre la ville et ses habitants. Pour lui, la renaissance des villes commence par la réconciliation des humains avec leur environnement naturel. Vous découvrirez ses projets à l’aide de maquettes, photos, etc. Descendant spirituel de Leonard de Vinci, l’architecte vous fera, dans la mesure de ses disponibilités, l’honneur de sa présence pour vous parler de ses merveilleux projets bruxellois et de ses «cités végétales », futur de nos villes déshumanisées. A samedi et dimanche à 10h, 11h, 14h et 15h (durée : 45 minutes) C place Saint-Géry 23 à Bruxelles – carte Centre M 3 M 1-5 (De Brouckère) T 3-4 (Bourse) B 48-86-95 (Bourse) I réservation obligatoire au 0499/21.39.85 ou par mail (info@e-guides.be). Maximum 15 personnes par départ. Avec la collaboration de E-Guides. BRUXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / ETTERBEEK ⁄ 5 g P R O M E N A D E Les intérieurs d’îlots en centre-ville Rares en centre-ville, les intérieurs d’îlots sont des havres de tranquillité qui contribuent à la qualité de vie des habitants. Lorsqu’ils sont aménagés en jardin, ils jouent un rôle environnemental important: augmentation de la surface de sol perméable, amélioration de la qualité de l’air, du confort thermique et de la biodiversité. Cette promenade vous emmènera vers trois intérieurs d’îlots habituellement inaccessibles au public : deux d'entre-eux sont le résultat de projets architecturaux recherchés, l’autre de l’appropriation spontanée de l’espace par les habitants. Grâce aux bâtiments qui les délimitent, ils témoignent tous trois de l’histoire industrielle et urbanistique de la partie ouest du Pentagone. Sur le parcours, vous découvrirez également l’îlot Fontainas et son parc, important espace vert qui fait actuellement l’objet d’un projet d’aménagement dans le cadre du contrat de quartier durable Jardin aux Fleurs. A départs samedi à 10h et dimanche à 10h et 14h (durée : 1h30) C lieu de départ : guichet d’information de Homegrade, Halles Saint-Géry, place Saint-Géry 1 à Bruxelles – carte Centre M 3 M 1-5 (De Brouckère) T 3-4 (Bourse) B 48-86-95 (Bourse) I réservation obligatoire par téléphone au 02/227.42.69 (du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 14h à 16h). Maximum 15 personnes par départ. Avec la collaboration de Homegrade. g PROMENADE Eau-là-là ! L'eau dans tous ses états ! Partez dans Bruxelles à la recherche du lien qu’elle entretient avec un élément fondamental : l’eau. Toutes les eaux ! Eaux claires, printanières, courantes, amoureuses, eaux profondes, lourdes, dormantes, mortes, purificatrices, gué- risseuses, protectrices ou destructrices. Remontant les rivières, tel le saumon, cette promenade évoquera notamment l’importance de l’eau dans une ville, de la naissance de Bruxelles liée à la présence de l’eau, ainsi que l’aménagement des fontaines et du réseau de distribution de l’eau. Un parcours poétique, alchimique et onirique à boire jusqu’à la dernière goutte ! A samedi et dimanche à 10h30, 14h et 16h (durée : 1h30) C lieu de départ : devant la fontaine des Aveugles, face à l’église Saint-Nicolas, Petite rue au Beurre à Bruxelles – carte Centre M 3 T 3-4 (Bourse) B 48-95 (Plattesteen) I réservation obligatoire 0487/60.82.52 (du lundi au vendredi de 14h à 18h). Maximum 25 personnes au départ. Avec la collaboration de Bruxelles Bavard. H RÉALITÉ VIRTUELLE Immersion au cœur de l’Arbre Lors de cette expérience, vous plongerez totalement au cœur de l’univers de l’Arbre. En l’espace de quelques minutes, sans même faire un pas, vous vous retrouverez des feuilles plein la vue. L’occasion de découvrir un brin de forêt urbaine, notre Wood Wide Web et de vous familiariser avec son environnement à 360 degrés. Avez-vous déjà tenté l’expérience ou voyagé de la sorte ? À vous de jouer! A samedi et dimanche de 10h à 18h (durée : 15 minutes) C stand Wood Wide Web, Halles Saint-Géry, place Saint-Géry 1 à Bruxelles – carte Centre M 3 M 1-5 (De Brouckère) T 3-4 (Bourse) B 48-86-95 (Bourse) I maximum 8 personnes par départ. Avec la collaboration de l’association 32shoot. g A N I M A T I O N Sélection du patron L’association Brukselbinnenstebuiten vous aide à faire un choix parmi la multitude de lieux accessibles à l’occasion des Journées du Patrimoine. La «Sélection du Patron» vous propose des circuits reprenant une vingtaine de bâtiments constituant une bonne illustration du thème de cette année, qui sont rarement ouverts et où l’on ne prévoit pas de temps d’attente trop longs. Ces circuits sont réalisables à pied, en transports en commun et/ou à vélo. Vous pouvez les télécharger, dès le début du mois de septembre, sur le site www.brukselbinnenstebuiten.be. Les samedi 16 et dimanche 17 septembre, de 10h à 16h30, vous pourrez vous procurer la version papier au stand de Brukselbinnenstebuiten situé dans les Halles Saint-Géry (place Saint-Géry 1 à Bruxelles – carte Centre M 3). I Infos : Brukselbinnenstebuiten (02/218.38.78 – bruksel@skynet.be) 6 ⁄ BRUXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / ETTERBEEK 2. Carte Centre M 3 L* HÔTEL DE VILLE DE BRUXELLES Grand-Place – Bruxelles A uniquement dim. de 10h à 17h (dernière entrée à 16h) I accès uniquement par visites guidées (groupes de 20 personnes) M 1-5 (Gare Centrale) T 3-4 (Bourse) B 29-38-63-65-66-71 (Gare Centrale), 46 (Bourse) Sans doute le plus bel ornement de la Grand-Place, l’hôtel de ville de Bruxelles fut gravement endommagé par le bombardement du maréchal de Villeroy en 1695. On le releva rapidement de ses cendres et lui adjoignit même une aile arrière. Au XIXe siècle, on l’ornementa même de 290 statues durant une campagne de restauration initiée par les architectes Suys et Jamaer. Ce dernier s’attela aussi à la refonte de la décoration intérieure qui illustre à merveille l’histoire de Bruxelles. Le porche cocher donnant accès à la cour a reçu une délicate décoration feuillagée sur son pourtour g RALLYE Grand safari bruxellois au centre-ville Accompagné de votre guide et votre quiz en main, voici une invitation à vous lancer à la découverte des empreintes de la nature au sein du riche patrimoine qu’abrite le cœur de Bruxelles. En pierre, en bois, en céramique, etc., vous assemblerez les pièces du puzzle des façades qui, à travers leurs styles architecturaux propres et leurs éléments de petit patrimoine, racontent l’histoire de lions, de chiens, de louves ou encore de bananes… Vous vous jetterez, symboliquement, à l’eau en partant des marécages pour rejoindre la Senne et faire un détour par les fontaines, elles aussi inspirées de Dame Nature pour leurs ornements. Vous vous jetterez aussi dans « la gueule» des blasons, repères de lignées fondatrices et verrez que, là aussi, la nature s’en mêle. Observation, déduction, imagination, manipulation, un melting pot d’histoires, de styles, de trésors. A dimanche à 10h-10h10-10h20 et 14h-14h10-14h20 (durée : 2h) C lieu de départ : Halles Saint-Géry, place Saint-Géry 1 à Bruxelles – carte Centre M 3 M 1-5 (De Brouckère) T 3-4 (Bourse) B 48-86-95 (Bourse) I réservation obligatoire au 02/537.68.75 (du lundi au vendredi de 10h à 13h). Maximum 25 personnes par départ. Avec la collaboration d’Itinéraires, sur les Sentiers de l’Histoire. extérieur, des éléments qui rappellent les feuilles de choux stylisées que l’on retrouve sur les chapiteaux dans les églises du gothique brabançon. Des ornements similaires, sculptés dans le bois, rehaussent les lambris de la salle gothique et ceux de la salle des mariages. Si l’escalier d’accès donnant sur la Grand-Place pré- sente des lions ajoutés en 1770, ce sont des tritons qui soutiennent les fontaines personnifiant la Meuse et l’Escaut. L’hôtel de ville de Bruxelles s’enorgueillit d’une riche collection de tapisseries présentant principalement des scènes historiques, mythologiques et religieuses. Les bordures de ces chefs d’œuvre tissés à Bruxelles regorgent de fruits, de fleurs et d’éléments végétaux, illustrant l’abondance et la richesse de nos régions. (CL 09/03/1936) Visites guidées mettant l’accent sur la présence de la nature dans le bâtiment et dans les œuvres d’art qui s’y trouvent, dimanche toutes les 1/2h de 10h à 16h (dernier groupe). Réservation à effectuer le jour même, à partir de 9h30, devant le bureau de visit.brussels 2 situé au rez-de-chaussée de l’Hô- tel de Ville (aile droite). Avec la collaboration de visit.brussels et de l’Association des Guides de Bruxelles et de Belgique. BRUXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / ETTERBEEK ⁄ 7 3. Carte Centre M 2 K* INSTITUT PACHECO rue du Grand Hospice 7 – Bruxelles A sam. et dim. de 10h à 18h M 1-5 (Sainte-Catherine) T 51 (Ypres) Quand les locaux où les béguines prodiguaient les soins devinrent beaucoup trop exigus, on envisagea de concevoir un plus grand complexe pouvant accueillir non seulement les femmes, les hommes mais aussi les invalides et les personnes atteintes de maladies incurables. Les plans furent confiés à l’architecte Henri Partoes qui imagina un vaste quadrilatère de 138 m de long sur 94 de large. Celuici s’organise autour de deux cours 3 G VISITE Bruxelles la verte, du Moyen Âge à nos jours Les origines de la ville de Bruxelles sont campagnardes. Les premières familles franques à s’installer au Haut Moyen Âge sur les berges de la Senne et deux collines voisines se livrent à l’élevage et à la culture de céréales. Devenue une ville à part entière entourée d’une première puis d’une seconde enceinte, Bruxelles conserve longtemps des espaces champêtres voués aux activités artisanales, aux exercices militaires et à l’agriculture. La Cour dispose d’une importante réserve de chasse et de jardins d’agrément qui deviennent également l’apanage de l’élite de la cité. La fin du XVIIIe siècle marque la création du premier parc public, suivi de nombreux autres conçus par des paysagistes de talent et intégrés dans les plans de développement urbain jusqu’à nos jours. À toutes les époques, Bruxelles n’a cessé d’accueillir la nature en ville. Vous le découvrirez lors de cette visite à travers les collections de la Maison du Roi. A samedi et dimanche à 11h, 13h et 15h (durée : 1h) C lieu de départ : Musée de la Ville de Bruxelles-Maison du Roi, Grand-Place à Bruxelles – carte Centre N 3 T 3-4 (Bourse) B 48-95 (Grand-Place) I réservation sur place le jour même. Maximum 15 personnes par départ. À l’occasion des Journées du Patrimoine, le Musée de la Ville sera accessible gratuitement de 10h à 17h. Avec la collaboration Musée de la Ville de BruxellesMaison du Roi. g PROMENADE La vision paysagère du parc de Tour et Taxis Un nouveau parc a été inauguré sur le site de Tour et Taxis, le plus grand de la Région depuis l’époque du roi Léopold II. Ce parc, d’une superficie de 10 ha, traverse le site du nord au sud et longe la ligne ferroviaire 28 jusqu’aux berges du canal. Une série de petits parcs bordent le grand, qui s’inscrit dans la vision paysagère de la Région. La vallée ferroviaire artificielle est enjambée par trois superbes ponts industriels d’où l’on a une splendide vue sur le quartier Nord. Le petit parc populaire du «Parckfarm» et ses alentours accueillent des potagers, des ruches urbaines et offrent des espaces récréatifs pour les étudiants, les artistes et les riverains. Une promenade pleine de découvertes ! A samedi et dimanche à 10h30 et à 13h30 (durée : 2h30) C rendez-vous : à la sortie de la station de métro «Pannenhuis », rue Charles Demeer à BruxellesLaeken – carte G 5 M 6 (Pannenhuis) I réservation obligatoire (info@korei.be ou 02/380.22.09). Maximum 25 personnes par départ. Uniquement en néerlandais. Avec la collaboration de Korei. carrées pourvues de larges galeries aux arcades cintrées qui servent de promenoirs. La construction s’échelonna entre 1824 et 1827 et, au terme des travaux, Bruxelles disposa d’un imposant ensemble de style néoclassique ne répondant toutefois qu’à la moitié du projet initial. Assez vite, les deux cours furent aménagées en jardin, espaces salutaires pour les patients de l’Institut. De nos jours, le premier, de style paysager, se compose d’espaces gazonnés ponctués de parterres fleuris, de massifs arbustifs ornementaux et de quelques frondaisons remarquables comme un magnifique frêne à feuilles étroites. Des tilleuls, des robiniers, un bel alignement de cerisiers du Japon et des haies de troènes confèrent au deuxième un aspect beaucoup plus clas- 8 ⁄ BRUXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / ETTERBEEK  PARCOURS EN BATEAU Un canal dans la ville La Senne, rivière de Bruxelles, a permis le développement social et économique de la ville et de l’activité humaine : alimentation en eau, pêche, navigation, moulins à eau et industrie. Malmenée, privée de son lit, transformée en égout à ciel ouvert, elle a fini par disparaître, enterrée sous les boulevards. Le canal, qui a pris la relève du cours d’eau naturel, a été conçu comme un axe industriel, destiné au transport des matières premières, au bord duquel se sont implantées de nombreuses industries et manufactures. Les effets de la mutation de Bruxelles – passée de ville industrielle à ville de services – sont visibles sur les berges de certains bassins du canal où la nature reprend ses droits. Notre bateau vous emmènera par les écluses de Molenbeek-Saint-Jean et d’Anderlecht le long d’un parcours contrasté. Après la zone urbaine, en traversant le bassin de Biestebroek, vous rencontrerez d’anciennes péniches transformées en habitations et verrez des oiseaux d’eau tenir compagnie aux pêcheurs et aux promeneurs. A dimanche à 10h et 13h30 (durée : 2h30) C lieu de départ : bateau La Gueuse, quai de Béco (accès 1), avenue du Port à Bruxelles – carte G 6 T 51 (Sainctelette) B 14 (Tour et Taxis) I réservation souhaitée au 02/410.99.50 (du lundi au vendredi de 9h à 17h). Maximum 72 personnes par départ. Avec la collaboration de La Fonderie. g PROMENADE L’en-vert de Tour et Taxis Dans un quartier encore peu connu de notre belle capitale, aujourd’hui en plein renouveau urbanistique, et où serpentaient autrefois des «chemins de fer », s’étend aujourd’hui la drève verte. Ce havre de paix représente un réel chemin de traverse pour les adeptes de la mobilité douce, qui relie la station de métro Pannenhuis à l’Entrepôt royal de Tour et Taxis. En attendant de devenir, sous la houlette de l’architecte paysagiste Michel Desvigne, un parc de style anglais, la nature y reprend timidement ses droits. Accompagnés par un guide-nature passionné, vous plongerez dans une véritable biodiversité urbaine où se côtoient friches et plantes ornementales, ruches et gallinacés, potagers et arbres pionniers. À l’ombre du bâtiment passif de Bruxelles-Environnement, le contraste avec le panorama des tours du quartier nord est saisissant ! A dimanche à 10h30, 14h et 16h (durée : 1h30) C lieu de départ : à la sortie de la station de métro «Pannenhuis », rue Charles Demeer à BruxellesLaeken – carte G 5 M 6 (Pannenhuis) I réservation obligatoire 0487/60.82.52 (du lundi au vendredi de 14h à 18h). Maximum 25 personnes au départ. Avec la collaboration de Bruxelles Bavard. B R A L LY E À V É L O Ruines, animaux, parcs et jardins cachés à Bruxelles À Bruxelles, la nature n’est jamais très loin ! Souvent considérée comme la capitale la plus verte d’Europe, la ville compte de nombreux espaces verts connus et moins connus. Ces parcs sont autant d’endroits où il est possible de s’arrêter et de prendre une pause loin de l’agitation de la ville. Ce rallye vous invitera à enfourcher votre vélo et à (re)découvrir la nature à Bruxelles. Entre ruines envahies par les plantes, animaux, potagers en milieu urbain et lieux de détente, vous explorerez les parcs et jardins que compte la capitale belge. Une balade en complète autonomie, accompagnée d’un roadbook qui vous mettra au vert. A samedi et dimanche toute la journée (roadbook disponible sur le site www.provelo.org et au salon du vélo à Tour et Taxis) I attention : n’oubliez pas votre vélo. Pas de location possible sur place. Avec la collaboration de Pro Velo. sique. Jouxtant la partie latérale, un troisième jardin est notamment planté de tilleuls, de peupliers, de houx et de noisetiers. Le lieu, propriété du CPAS de la Ville de Bruxelles, fera prochainement l’objet d’une reconversion en un vaste projet intergéné- rationnel comprenant des logements pour familles et pour étudiants, une résidence-services, et un hôtel hospitalier. (CL 03/07/1997) Visites guidées, samedi et dimanche à 10h, 11h, 12h, 14h, 15h, 16h et 17h. Avec la collaboration de E-Guides et de Klare Lijn. Exposition sur l’histoire du bâtiment et présentation du projet de reconversion. BRUXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / ETTERBEEK ⁄ 9 g PROMENADE Des champignons de la Poste aux tours de verre Dans la zone du canal, le prestigieux site de Tour et Taxis, multifonctionnel (expositions, foires, congrès, restaurants, boutiques), est en pleine mutation. Une champignonnière y produit même, depuis 2014, des champignons à partir du marc de café collecté en vélo. Résolument tourné vers l’écologie, il accueille également le nouveau siège de Bruxelles Environnement. Après un petit tour dans ce site surprenant, vous passerez par le parc Maximilien pour terminer au parc Gaucheret, aménagé sur un terrain en friche depuis plus de 30 ans, dans ce quartier nord de Bruxelles qui, de populaire, est devenu quartier d’affaires avec la construction de nombreuses tours de verres. A samedi et dimanche à 9h30 et 14h (durée : 2h) C lieu de départ : entrée du site de Tour et Taxis, avenue du Port 86C à Bruxelles (fin de la promenade au parc Gaucheret près de la gare du Nord) – carte G 6 T 51 (Sainctelette) B 14 (Tour et Taxis), 88 (Armateurs) I réservation obligatoire au 0499/21.39.85 ou par mail (info@e-guides.be). Maximum 20 personnes par départ. Avec la collaboration de E-Guides. B PARCOURS À VÉLO Au fil de la Senne Bruxelles est née grâce à une rivière : la Senne. Si, de nos jours, celle-ci a largement disparu du paysage bruxellois, elle n’en est pas moins toujours présente. D’Anderlecht, où la rivière est encore visible, jusque Schaerbeek, avec le nouveau parc de la Senne, cette balade vous emmènera à la découverte d’une rivière encore précieuse à la capitale belge. Le cours de la Senne et son histoire seront évoqués en suivant notamment le canal dont les abords, ces dernières années, ont été aménagés en grande partie en faveur des cyclistes. Vous découvrirez ainsi que, même en zone urbaine, la nature n’est jamais très loin ! A samedi et dimanche à 10h (durée : 3h) C lieu de départ : en face de l’entrée du bâtiment de Bruxelles Environnement, Tour et Taxis, avenue du Port 86C à Bruxelles – carte G 5-6 T 51 (Sainctelette) B 14 (Tour et Taxis), 88 (Armateurs) I réservation obligatoire au 02/502.73.55 (du lundi au dimanche de 10h à 18h), par mail (info@provelo.org) ou via le site www.provelo.org. Maximum 18 personnes par départ. Attention: n’oubliez pas votre vélo. Pas de location possible sur place. Avec la collaboration de Pro Velo. B PARCOURS À VÉLO À la découverte des arbres remarquables bruxellois À Bruxelles, la nature est aussi une architecte exceptionnelle et se laisse admirer sous toutes ses coutures. La Région bruxelloise dispose d’un superbe patrimoine naturel, comprenant notamment de nombreux arbres remarquables. Qu’ils soient le représentant d’une espèce rare, qu’ils présentent un caractère historique ou des dimensions exceptionnelles, ces arbres sont une trace immuable qu’il est nécessaire de répertorier, conserver et protéger. À vélo, venez découvrir ce patrimoine méconnu et comprendre comment celui-ci est préservé. La nature vous surprendra par ses multiples formes et les merveilles qu’elle peut produire, et ce même au beau milieu de la ville. A samedi et dimanche à 14h30 (durée : 3h) C lieu de départ : en face de l’entrée du bâtiment de Bruxelles Environnement, Tour et Taxis, avenue du Port 86C à Bruxelles – carte G 5-6 T 51 (Sainctelette) B 14 (Tour et Taxis), 88 (Armateurs) I réservation obligatoire au 02/502.73.55 (du lundi au dimanche de 10h à 18h), par mail (info@provelo.org) ou via le site www.provelo.org. Maximum 18 personnes par départ. Attention : n’oubliez pas votre vélo. Pas de location possible sur place. Avec la collaboration de Pro Velo. 1 0 ⁄ BRUXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / ETTERBEEK 4. Carte Centre L 3 L MUSÉE DES ÉGOUTS – ANCIENS PAVILLONS D’OCTROI Porte d’Anderlecht – Bruxelles A sam. et dim. de 10h à 17h T 51-82 (Porte d’Anderlecht) B 46 (Porte d’Anderlecht) Les deux constructions, qui combinent la pierre blanche et le calcaire, furent élevées d’après des plans de l’architecte Antoine Payen entre 1835 et 1836 dans le plus pur style néoclassique. Situées en vis- à-vis, les façades principales ont été dotées d’un porche axial sous fronton triangulaire. Sur l’un, l’artiste Joseph Geefs a sculpté la personnification de Bruxelles et sur l’autre, celle du Commerce. Ces pavillons d’octroi faisaient partie d’une barrière qui permettait de percevoir un droit de passage sur les marchandises entrant en ville. Depuis 1988, ces deux pavillons abritent le Musée des Égouts de la Ville de Bruxelles. Il raconte l’histoire d’un réseau qui, en 1847, comptait 45 km, augmenté à 110 en 1878 pour arriver aux 350 actuels. La visite permet d’accéder à l’un des pertuis de la Senne dont le voûtement marque une étape importante de l’aménagement de la capitale, mais aussi au grand collecteur de la chaussée de Mons, toujours en activité. On découvre ainsi l’histoire et le système du réseau d’égouttage bruxellois qui engloutit chaque jour des milliers de mètres cubes d’eaux usées et d’eaux claires, dites «parasites », provenant de drainages ou d’infiltrations de la nappe phréatique. On réalise aussi l’entretien nécessaire qui doit être apporté à ce système dont certaines sections n’ont pas moins de 200 ans ! (CL 22/04/1999) Visites guidées, samedi et dimanche à 10h, 11h, 12h, 13h, 14h, 15h et 16h. Avec la collaboration des Musées de la Ville de Bruxelles. 4 BRUXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / ETTERBEEK ⁄ 11 5 5. Carte Centre M 4 L MAISON DE L’ARCHITECTE PIERRE-VICTOR JAMAER ET JARDIN avenue de Stalingrad 62 – Bruxelles A sam. et dim. de 10h à 18h (dernière entrée à 17h15) I accès uniquement par visites guidées (groupes de 10 personnes) T 3-4-51-82 (Lemonnier) B 46 (Lemonnier) L’architecte Paul-Victor Jamaer obtint le permis de bâtir de son habitation personnelle en 1874. Il en avait dressé les plans, adoptant le style néoRenaissance flamande alors que son travail l’avait souvent cantonné au style néogothique tant pour la Maison du roi que pour l’église de la Chapelle dont il avait assuré la restauration. À l’intérieur, l’architecte a apporté un soin tout particulier à la décoration, dotant sa demeure d’un bel escalier à rampe en fer forgé, d’un salon de style Louis XVI et d’une salle à manger néo-Renaissance. Partout, stucs, mosaïques, ferronneries d’art, marbres polis, céramiques émaillées recréent un intérieur cossu à l’atmosphère unique. Dans le jardin, même souci du détail puisque l’architecte, suivant la mode de l’époque, s’est fait construire un ouvrage de rocaille imitant une grotte aux nombreuses concrétions. L’ouvrage est adossé à l’angle formé par le mur mitoyen gauche du jardin et le mur du fond. L’entrée se fait entre des colonnes de stalagmites et stalactites qui se rejoignent On trouve même des vesH EXPOSITION La ferme Vandergoten : la dernière ferme du centre de Bruxelles ? Cette exposition présentera les archives issues de la famille Vandergoten, une famille de fermiers devenus par la suite déménageurs, utilisant essentiellement le cheval d’attelage. Acquise par les Archives de la Ville de Bruxelles en 2012, cette collection d’objets et d’archives comprend notamment un document attestant que la ferme familiale était la dernière ferme au centre de Bruxelles. L’exposition présentera également des documents anciens (cartes et plans) figurant d’anciennes fermes bruxelloises et développera la thématique de la présence du cheval dans la ville à travers des documents issus de ses fonds. A samedi et dimanche de 10h à 17h C Archives de la Ville de Bruxelles, rue des Tanneurs 65 à Bruxelles – carte Centre M 4 B 27-48 (Jeu de Balle) I exposition accessible jusqu’au 13 octobre 2017, du lundi au vendredi de 8h à 16h. Avec la collaboration des Archives de la Ville de Bruxelles. tiges d’un réseau hydraulique. Tout à côté, trône le faune de Weekes, une statue proposée dans le catalogue de la firme Blaton-Aubert en 1889, un an avant que Jamaer ne vende sa maison. (CL 08/08/1988) Visites guidées en continu (dernier groupe à 17h15). Avec la collaboration d’Arkadia et de Bruxelles Bavard. 1 2 ⁄ BRUXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / ETTERBEEK 6 6. Carte Centre M 5 JARDIN DU SIÈGE DE LA SOCIÉTÉ ROYALE DE PHILANTHROPIE (MAISON DES AVEUGLES) boulevard du Midi 142 – Bruxelles A sam. et dim. de 10h à 13h et de 14h à 18h M 2-6 (Porte de Hal) T 3-4-51 (Porte de Hal) B 27-48 (Porte de Hal) La Fondation de la Société de Bienfaisance urbaine, rapidement rebaptisée Société royale de Philanthropie, remonte à 1828. À l’origine, elle fut créée pour faire face à la mendicité mais, très vite, elle diversifia ses activités pour se consacrer notamment aux personnes atteintes de cécité, mais aussi aux nourrissons dont les parents devaient travailler. Dès 1845, elle met ainsi sur pied la première crèche de Bruxelles. Quelque temps plus tard, elle charge l’architecte Jean-Pierre Cluysenaar de concevoir les plans d’un hospice pour aveugles. Le bâtiment choisi, de style néo-Tudor, affecte la forme d’un U et peut accueillir 84 lits. Il sera construit en bordure du boulevard du Midi entre 1849 et 1855, grâce à une donation substantielle accordée par Louis-François de Ghendt de Lenglentier. Ce dernier sera imité par plus de 300 bienfaiteurs. En reconnaissance de leur geste, les noms de 84 d’entre eux se retrouvent sur les façades de l’institution. En 1878, la société comptait par ailleurs 2.765 membres, dont les cotisations annuelles soutenaient également ses actions. Le bâtiment fut totalement rénové fin des années 1990. En 1999, Dominique Baerten, alors étudiant de l’école d’horticulture Arthur Haulot d’Anderlecht, aidé par une ergothé- rapeute, imagina un jardin adapté aux personnes malvoyantes, avec notamment des parterres surélevés permettant un contact plus facile, qu’il soit tactile ou olfactif. Un système de H PROJECTION-EXPOSITION Bruxelles et ses jardins aux XVIe et XVIIe siècles L’histoire nous apprend que Bruxelles a longtemps bénéficié d’importants espaces de jardins et même d’espaces agricoles, dans la seconde enceinte de Bruxelles. Par le biais de projections, réalisées à partir d’images anciennes, vous verrez sous quelle forme la nature était présente dans la ville au voisinage des grandes demeures, palais et couvents. Des zooms sur des lieux décrits guideront votre regard et votre compréhension, avec plus d’efficacité que les livres. L’étude de l’Association du Patrimoine artistique s’étend aussi aux communes environnantes qui, depuis le Moyen Âge, étaient sous la juridiction de Bruxelles et constituaient une zone d’approvisionnement en cultures maraîchères. L’objectif des projections-vidéos proposées sera d’apporter plus de précisions dans l’appréhension de la localisation des vues anciennes et de toucher ainsi le public habitant ces communes et s’intéressant à leur histoire. Des cartes géographiques anciennes permettront de situer les lieux sur lesquels on possède une iconographie à partir du XVIe et du XVIIe siècle. A samedi et dimanche de 10h à 18h C rue Charles Hanssens 7 à Bruxelles – carte Centre N 4 T 92-93 (Petit Sablon) B 27-95 (Petit Sablon) I cette exposition est accessible gratuitement du 9 au 30 septembre 2017, mercredi, samedi et dimanche de 14h à 18h. Pendant les Journées du Patrimoine, des ateliers seront organisés, de 14h à 17h, pour les enfants de 8 à 12 ans afin de leur apprendre à lire des plans anciens et les initier à une compréhension de la dimension historique du patrimoine bâti et des espaces verts, en les faisant participer à la mise en couleur de reproduction de fragments de plans. Maximum 12 enfants par séance de 1h30. Inscription obligatoire par mail (as.pat.art@gmail.com). Avec la collaboration de l’Association du Patrimoine artistique. mains courantes permet aussi un déplacement autonome au fil de ce petit écrin vert riche en espèces parfumées, en bordure du boulevard du Midi. Panneaux explicatifs sur les bâtiments et leur origine. Promenade «À la découverte du poumon vert saint-gillois…» (voir encadré page 80). BRUXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / ETTERBEEK ⁄ 1 3 7. Carte Centre N 4 M* PARC D’EGMONT rue aux Laines/rue du Grand Cerf/ boulevard de Waterloo – Bruxelles M 2-6 (Louise) T 92-93 (Petit Sablon) B 27- 95 (Petit Sablon) Enclave de verdure propice à la détente dans ce quartier très urbanisé de Bruxelles, le parc d’Egmont occupe l’intérieur d’îlot délimité par la rue aux Laines, la rue du Grand Cerf, le boulevard de Waterloo et le palais d’Egmont lui-même. Comme le confirme un plan aquarellé daté de 1750, on trouvait autrefois à cet emplacement un jardin de style Renaissance avec un verger et des potagers. Il fut remanié une première fois entre 1759 et 1762 par l’architecte Servandoni qui choisit le goût français. Vers 1820, quand l’enceinte médiévale fut démolie, le parc s’agrandit et est redessiné vers 1830 par Tilman François Suys. Toutefois, il faut attendre 1901 pour que l’architecte Edmond Galopin lui donne son aspect actuel, celui d’un parc paysager à l’anglaise avec des allées onduleuses, de beaux massifs, un remarquable chêne de Turner ou des essences exotiques comme un platane d’Orient, ou un cèdre du Liban. Une orangerie construite en 1830 et 1839, un ancien puits gothique du XVe siècle, une glacière aux murs de soutènement en moellons et quelques statues d’intérêt animent ce parc méconnu de Bruxelles. (CL 20/07/1972) Découverte botanique et historique du parc, samedi à 14h et 15h (durée : 1h). Rendez-vous devant l’orangerie. Maximum 20 participants par départ. Avec la collaboration du Cercle des Guides-nature du Brabant (Cercles des Naturalistes de Belgique – CNB). J VISITES GUIDÉES EN LANGUE DES SIGNES Comme chaque année, l’association Arts et Culture organise des visites guidées en langue des signes, destinées aux personnes sourdes et malentendantes. Cette année, sept lieux seront mis en valeur par ces visites : > Mont des Arts (notice 9 page 16) A samedi à 16h et dimanche à 14h et 16h > Jardin des Plantes médicinales et Jardin des Sculptures (notices 27 page 32 et 28 page 33) A samedi à 15h et dimanche à 14h et 16h > Parc Parmentier (notice 31 page 34) A samedi à 14h et dimanche à 12h et 14h > Immeuble rue du Trône 216 (notice 47 page 47) A samedi à 16h et dimanche à 14h et 16h > Maison Pelgrims et parc Pierre Paulus (notice 75 page 80) A samedi à 15h et 16h et dimanche à 14h > Jardin de la Maison d’Érasme (notice 82 page 85) A samedi à 14h et dimanche à 10h et 12h > Parc Josaphat (notice 110 page 111) A samedi à 14h et dimanche à 10h et 14h 7 1 4 ⁄ BRUXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / ETTERBEEK g VISITES Le chantier de restauration de la clôture du parc du Petit Sablon Le Petit Sablon, dont la renommée est internationale, est un fleuron du patrimoine artistique bruxellois. Son enceinte, couronnée de 48 statuettes en bronze représentant 48 métiers du XVIe siècle, de grilles en fer forgé et de colonnes a été complètement restaurée. Venez découvrir le travail réalisé par les artisans dans le cadre d’un projet fédéral mené par Beliris. Au programme : présentation des techniques de restauration douce et explications du chantier réalisé. A samedi à 10h, 11h, 13h, 14h et 15h C lieu de départ : Square du Petit Sablon, rue de la Régence à Bruxelles – carte Centre N 4 T 92-93 (Petit Sablon) B 27-95 (Petit Sablon/Grand Sablon), 48 (Grand Sablon) I réservation souhaitée par mail (info.beliris@mobilit.fgov.be). Maximum 20 personnes par départ. Avec la collaboration du bureau d’études ARTER et de Beliris. 8 8. Carte Centre N 4 M PETIT SABLON rue de la Régence – Bruxelles T 92-93 (Petit Sablon) B 27-95 (Petit Sablon/Grand Sablon), 48 (Grand Sablon) Ouvert au public depuis 1890, ce petit square paisible fut dessiné en 1879 par l’architecte H. Beyaert, à la demande du bourgmestre Charles Buls. Ce dernier imagina, à l’emplacement d’un ancien cimetière, un jardin de style néo-Renaissance aux grilles hérissées de sculptures. Au nombre de 48, perchées sur des colonnettes de style néogothique, elles résument à elles seules l’univers des corporations et des vieux métiers de Bruxelles. Un gantier, un brasseur, un verrier, un tisserand, un chaudronnier, un orfèvre, un barbier, un drapier et bien d’autres… Autant de personnages sculptés, d’après les dessins de l’artiste laekenois Xavier Mellery. Au niveau du jardin, les neuf massifs de buis taillé ornant la pelouse repré- sentent les neuf provinces belges de l’époque tandis qu’un autre massif, en forme de couronne, symbolise la Belgique. Les parterres fleuris cernés de buis conduisent vers un bassin circulaire dans lequel se déverse une fontaine surmontée des statues des comtes de Hornes et d’Egmont, chantres de patriotisme et de résistance. Au fond du square, des niches en lierre accueillent dix statues en marbre de Carrare représentant quelques grands personnages de notre histoire. (CL 20/07/1972) Visites guidées mettant en valeur les statues du square, samedi et dimanche à 10h30, 12h, 14h et 15h30 (durée : 1h). Rendez-vous au pied de la statue des comtes d’Egmont et de Hornes. Réservation souhaitée au 02/410.99.50 (du lundi au vendredi de 9h à 17h). Maximum 25 personnes par départ. Avec la collaboration de La Fonderie. Visites « Le chantier de restauration de la clôture du parc du Petit Sablon » (voir encadré ci-dessous). BRUXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / ETTERBEEK ⁄ 1 5 J Visites guidées en langue des signes, samedi à 16h et dimanche à 14h et 16h. Avec la collaboration de l’association Arts et Culture. Promenade «Du Mont des Arts au parc d’Egmont, en passant par le square du Petit Sablon…» (voir encadré ci-dessous). par le duo d’architectes Ghobert et Houyoux, il se compose du Palais des Congrès, de la Bibliothèque royale et des Archives générales du Royaume. Les bâtiments s’ordonnent autour d’un espace vert dessiné par René Pechère. Ce jardin suspendu posé sur une dalle de béton apparait comme une véritable prouesse. Des parterres géométriques où les plantes vivaces ont été ceinturées de buis occupent la partie centrale flanquée, de part et d’autre, d’ifs taillés en cylindre et d’une triple rangée de platanes taillés en rideau. Le jardin s’étale au pied du grand escalier d’où l’on perçoit mieux son élégance. 9. Carte Centre N 3 MONT DES ARTS boulevard de l’Empereur – Bruxelles M 1-5 (Gare Centrale) B 38-71 (Bozar), 29-63-65-66 (Gare Centrale), 45-86-95 (Bibliothèque) Autrefois, les ruelles populaires zébraient la colline du Coudenberg, mais les autorités communales décidèrent de les remplacer par un jardin public. En 1910, à l’occasion de l’Exposition universelle de Bruxelles, elles firent appel à l’architecte parisien Vacherot pour transformer les lieux. Ce dernier profita de la déclivité du terrain et le dota de belvédères, d’esplanades, de volées d’escalier, de fontaines et de cascades. Durant 45 ans, l’endroit fera le bonheur des Bruxellois. À l’aube des années 1950, un nouveau projet s’apprête à modifier durablement tout le quartier. Le Mont des Arts va ainsi voir le jour. Le complexe urbanistique monumental a pour mission d’assurer la liaison entre le haut et le bas de la ville. Initié après la Seconde Guerre mondiale g PROMENADE Du Mont des Arts au parc d’Egmont, en passant par le square du Petit Sablon… Que vous soyez amateur de verdure ou d’urbanisme, le Mont des Arts saura vous ravir par son histoire et sa beauté. Vous poursuivrez votre promenade par le square du Petit Sablon, jardin de style néo-Renaissance agrémenté d’un ensemble de sculptures réalisées par les plus grands artistes belges du XIXe siècle, petit bijou du centre de Bruxelles. Si ces deux premiers jardins sont bien connus des Bruxellois, le parc d’Egmont, quant à lui, a toujours su se montrer discret, au point que peu de personnes le connaissent. Il est pourtant le seul parc public du Pentagone en intérieur d’îlot ! A samedi et dimanche à 11h et 14h (durée : 2h) C lieu de départ : devant la statue d’Albert Ier, dans le bas du Mont des Arts, à Bruxelles – carte Centre N 3 M 1-5 (Gare Centrale) B 38-71 (Bozar), 29-63-65-66 (Gare Centrale), 45-86-95 (Bibliothèque) I réservation obligatoire au 02/319.45.60 (du lundi au vendredi de 9h à 13h). Maximum 25 personnes par départ. Avec la collaboration d’Arkadia. 9 1 6 ⁄ BRUXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / ETTERBEEK prolongation de l’entrée principale, la bibliothèque propose un patio végé- talisé très apprécié des étudiants et, fait moins courant, un potager expé- rimental installé sur la terrasse de la cafétéria. Initié en 2012, il vise la production de plantes aromatiques et médicinales ainsi que la sensibilisation et l’emploi de celles-ci. Une serre géodôme sert de pépinière tandis que l’arrosage est réalisé grâce à l’eau de pluie collectée, répartie ensuite au goutte à goutte dans les 500 pots présents. Un parcours de fleurs mellifères et aromatiques attire les insectes butineurs et favorise la pollinisation. Les plantes aromatiques disposées sur le toit serviront de petit jardin botanique à haute diversité afin de réaliser des ateliers, des visites, des formations et des tisanes. Depuis juillet 2017, ces dernières sont vendues lors d’un marché mensuel prenant place le vendredi. 10. Carte Centre N 3 K* BIBLIOTHÈQUE ROYALE Mont des Arts – Bruxelles A sam. et dim. de 10h à 17h M 1-5 (Gare Centrale) B 38-71 (Bozar), 29-63-65-66 (Gare Centrale), 45-86-95 (Bibliothèque) La Bibliothèque royale, appelée aussi Albertine en l’honneur du roi Albert Ier, s’inscrit dans un complexe urbanistique d’envergure initié après la Seconde Guerre mondiale afin d’assurer la liaison entre le haut et le bas de la ville. D’une architecture classicisante, influencée par le style officiel et académique de la fin des années trente, le bâtiment englobe l’antique chapelle de Nassau transformée en salle d’expositions et abrite près de sept millions de volumes. En 10 11 11. Carte Centre O 3 M* PARC DE BRUXELLES rue de la Loi/rue Royale/place des Palais/rue Ducale – Bruxelles M 1-5 (Arts-Loi/Parc), 2-6 (Arts-Loi) T 92-94 (Parc) B 27-38-54-71-95 (Ducale) Deux fois centenaire, le parc de Bruxelles fut aménagé à la fin du XVIIIe siècle dans le prolongement de la place Royale, sur une portion de l’ancienne Warande ou Garenne qui servait à l’époque de réserve de chasse à la cour du Coudenberg, et Visites guidées «Des herbiers d’hier au jardin d’aujourd’hui », mettant l’accent sur la représentation des plantes dans les livres avant de découvrir quelques spé- cimens de chez nous sur place, samedi à 10h30, 11h30, 13h, 14h et 15h. Maximum 20 participants par départ. Avec la collaboration du Centre national d’Histoire des Sciences et de l’association Début des Haricots. ce depuis l’époque des ducs de Bourgogne. À l’époque de sa création, il fallut élaguer : près de 1.220 arbres furent abattus et 435 préservés. Le parc fut tracé en 1775-1776 par l’Autrichien Joachim Zinner et le français Barnabé Guimard, autour de trois axes majeurs évoquant les symboles maçonniques très à la mode dans le Bruxelles du siècle des Lumières. L’ensemble se compose de deux vallons, vestiges du parc primitif, de bosquets à caractère forestier, de tilleuls palissés marquant le pourtour du parc et d’un réseau de vastes allées qui ménagent de longues perspectives bordées de platanes ou de marronniers convergeant vers deux vastes bassins, l’un circulaire, l’autre octogonal. Un remarquable groupe de statues provenant de l’ancien labyrinthe du parc ducal, du château de Tervueren et de l’hôtel de Tour et Taxis, orne ce lieu historique qui s’enorgueillit aussi d’un élégant kiosque construit en 1841 par l’architecte J. Cluysenaer. (CL 21/06/1971) Exposition «Les clichés allemands (1917-1918). Le patrimoine artistique belge à travers l’objectif de l’Occupant » (voir encadré page suivante). BRUXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / ETTERBEEK ⁄ 1 7 12. Carte Centre O 3 L GALERIES DE TREILLAGE DU WAUX-HALL rue de la Loi 5 – Bruxelles (derrière le Théâtre royal du Parc et le Cercle royal gaulois artistique et littéraire) A sam. et dim. de 10h à 18h M 1-5 (Parc) T 92-94 (Royale) B 27-38-71-95 (Royale) À la fin du XVIIIe siècle, le parc Royal se laisse séduire par la mode des Vaux Hall Gardens venue d’Angleterre. Il s’agit d’établissements dédiés aux plaisirs, mis à la disposition de la bonne société dans un cadre verdoyant. La construction de celui de Bruxelles débute en 1782, à l’instigation des frères Bultos qui exploitaient déjà ici un débit de boissons dans une tente à la turque. Il sera cédé à la Ville de Bruxelles en 1818 et loué au Concert noble. En 1913, derrière le théâtre, l’architecte François Malfait conçoit un pavillon d’orchestre qui affecte la forme d’un kiosque à toiture campanulée avec avant-scène. 12 H EXPOSITION Les clichés allemands (1917-1918). Le patrimoine artistique belge à travers l’objectif de l’Occupant Dans le cadre des commémorations de la Première Guerre mondiale, l’Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA) a initié le projet scientifique «Le patrimoine artistique belge pendant la Grande Guerre : arme ou mode de résistance», son objectif étant de valoriser les collections photographiques de l’IRPA en montrant des prises de vue réalisées peu avant ou pendant la Grande Guerre. Aboutissement de ce projet, cette exposition en plein air, organisée durant tout l’été dans le cadre verdoyant du parc de Bruxelles, présentera une sélection de photographies réalisées en 1917-1918 en mettant l’accent sur leur qualité technique époustouflante et sur les motivations esthé- tiques et politiques qui ont guidé la campagne photographique allemande d’inventorisation. A samedi et dimanche de 10h à 18h C parc de Bruxelles à Bruxelles – carte Centre O 3 M 1-5 (Parc) T 92-93 (Palais/Parc) Avec la collaboration de l’Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA). Une galerie au treillage losangé complète l’ensemble de style Louis XVI et en accentue l’aspect champêtre. Déserté, le lieu souffrira de négligence et des intempéries. Une restauration récente lui a redonné toute sa superbe. (CL 19/05/1994) Explications sur les différentes interventions ayant permis de rendre l’éclat à ce site unique. Avec la collaboration de la Ville de Bruxelles (Cellule Patrimoine historique), d’Arkadia et de Korei. 13 1 8 ⁄ BRUXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / ETTERBEEK F CIRCUIT EN BUS Abécédaire des paysagistes : de Besme à Pechère Des approches, des époques, des styles bien différents ont enrichi la variété paysagère de notre capitale. Inspecteur voyer des faubourgs de Bruxelles sous Léopold II, Victor Besme est aussi l’artisan d’un maillage vert qui sera la plupart du temps réalisé par Edouard Keilig. Quant à René Pechère, on lui doit des créations audacieuses mettant un Moyen Âge revisité à l’honneur, mais également quantité d’interventions dans la ville caractérisées par leur qualité et les prouesses techniques peu communes dont il fit preuve. Et n’oublions pas les Zinner, Vander Swaelmen, Gineste, Lainé, Guimard, Beyaert, Buyssens, Capart… qui ont, eux aussi, marqué à leur tour les parcs urbains bruxellois. Un circuit plein de découvertes… A samedi à 9h, 11h30 et 14h (durée : 2h) C lieu de départ : devant la Banque nationale de Belgique, boulevard de Berlaimont à Bruxelles – carte Centre N 3 M 1-5 (Gare Centrale) B 29-38-63-65-66-71 (Gare Centrale) I réservation obligatoire au 02/537.68.75 (du lundi au vendredi de 10h à 13h). Maximum 45 personnes par départ. Avec la collaboration d’Itinéraires, sur les Sentiers de l’Histoire. g PROMENADE Le quartier Notre-Dame-aux-Neiges : une oasis de verdure Le quartier Notre-Dame-aux-Neiges a su préserver son caractère résidentiel de la fin du XIXe siècle et plusieurs espaces verts qui constituent autant d’oasis de verdure pour ses habitants et pour les passants. Au départ de la place des Barricades, cette promenade vous emmènera à la place de la Liberté, devant la cour intérieure du Palais de la Nation, à la place du Congrès, pour terminer au jardin de René Pechère, tapi dans l’ombre de la haute Tour des Finances. Tant de lieux préservés par la Région de Bruxelles-Capitale et entourés par un patrimoine historique et architectural de qualité… A samedi et dimanche à 14h et 16h (durée : 1h) C lieu de départ : auberge de jeunesse Jacques Brel, rue de la Sablonnière 30 à Bruxelles – carte Centre O 2 M 2-6 (Botanique) T 92-93 (Botanique) B 61 (Botanique) I maximum 15 personnes par départ. Avec la collaboration du comité de quartier NotreDame-aux-Neiges. 13. Carte Centre O 2 K* JARDIN DE LA CITÉ ADMINISTRATIVE DE L’ÉTAT boulevard du Jardin botanique/ boulevard Pacheco – Bruxelles M 1-5 (Gare Centrale) B 29-38-63-65-66-71 (Gare Centrale) Occupant un quartier partiellement modelé au milieu du XIXe siècle par Jean-Pierre Cluysenaer et très délabré au sortir de la Seconde Guerre mondiale, la Cité administrative de l’État abritait, jusqu’il y a une dizaine d’années, les services de plusieurs ministères. Le groupe Alpha, association regroupant les architectes Marcel Lambrichs, Gustave Ricquier, Hugo van Kuyck et Léon Stynen, fut à la base de cet ensemble d’édifices typiques des années 1950. Quant aux jardins, embellis de sculptures signées de Nat Neujean et de Michel Olyff, ils furent dessinés par René Pechère qui tira parti d’une surface de 2,5 ha, distribuée sur deux niveaux. Le premier se compose d’une succession de cabinets de verdure, disposés symétriquement, de part et d’autre d’un long canal central interrompu par un bassin carré avec fontaine, lui-même flanqué de quatre bassins à trois jets. Le deuxième niveau, légèrement en contrebas, s’organise en spirale autour des espaces de jeux ponctués de buissons de verdure. Bien que le projet initial reçut quelques amendements, les jardins conservèrent l’esprit ordonné de leur concepteur. Passage des promenades «Du Jardin botanique à l’écrin de verdure de la Cité administrative ! » et «Le quartier NotreDame-aux-Neiges : une oasis de verdure» (voir encadrés page 118 et ci-dessous). BRUXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / ETTERBEEK ⁄ 1 9 F CIRCUIT EN BUS La grande histoire de l’urbanisme léopoldien Soutenu par le roi Léopold II, Victor Besme, urbaniste visionnaire, va, avec ses plans d’ensemble pour l’extension et l’embellissement de l’agglomé- ration bruxelloise de 1862 et 1866, anticiper et planifier l’expansion du grand Bruxelles. Il conçoit un système très élaboré de voiries permettant de relier les faubourgs au centre urbain, mais aussi de connecter entre eux ces nouveaux morceaux de ville tout en tenant compte des particularités topographiques et des possibilités paysagères qu’elles offrent. Le développement de parcs est au cœur de ce grand projet. Ce circuit en bus expliquera comment ces plans d’extension vont façonner Bruxelles et lui offrir quelques-uns de ses plus beaux aménagements urbains comme le parc du Cinquantenaire, l’avenue de Tervueren, le jardin du Roi, ou encore l’avenue Franklin Roosevelt ou le parc de Woluwe, un patrimoine fragile et menacé. A samedi à 9h30, 10h30, 13h30 et 14h30 (durée : 3h) C lieu de départ : angle des boulevards Pacheco et du Jardin botanique à Bruxelles – carte H 7 M 2-6 (Botanique) T 92-93 (Botanique) B 61 (Botanique) I réservation obligatoire au 02/219.33.45 (du lundi au vendredi de 10h à 15h). Maximum 45 personnes par départ. Avec la collaboration de l’Atelier de Recherche et d’Action Urbaines (ARAU). F CIRCUIT EN BUS Vue sur la verte voie. Bruxelles aux cent parcs Grâce aux nombreuses implantations religieuses, à la physionomie de son territoire et des vallées, à l’esprit éclairé et avisé du roi Léopold II, aux nombreuses résidences aristocratiques qui l’émaillaient ou encore à la forêt charbonnière, Bruxelles est la capitale la plus verte en Europe. Elle abrite en son sein petits et grands parcs, exposés ou cachés, anciens ou nouveaux, qui s’avèrent des territoires naturellement chargés d’histoires et de charme. Mythologie et anecdotes seront au rendez-vous de ce circuit. A samedi à 9h, 11h30 et 14h (durée : 2h) C lieu de départ : devant la Banque nationale de Belgique, boulevard de Berlaimont à Bruxelles – carte Centre N 3 M 1-5 (Gare Centrale) B 29-38-63-65-66-71 (Gare Centrale) I réservation obligatoire au 02/537.68.75 (du lundi au vendredi de 10h à 13h). Maximum 45 personnes par départ. Avec la collaboration d’Itinéraires, sur les Sentiers de l’Histoire. 14. Carte I 8 L MAISON DE LA FRANCITÉ rue Joseph II 18 Bruxelles-Extensions A uniquement dim. de 10h à 17h M 1-5 (Arts-Loi), 2-6 (Arts-Loi/Madou) B 22 (Joseph II), 29-63-65-66 (Madou) Érigé à une date indéterminée, sans doute avant 1850, le bâtiment d’origine était de style néoclassique. Il sera réaménagé et agrandi par l’architecte Léon Govaerts à la demande de M. Hèle, le propriétaire de l’époque. Outre l’adjonction d’un bow-window en façade, ce dernier, avec Privat-Livemont, va s’attacher à redécorer l’intérieur dans un style éclectique teinté d’Art nouveau. Dans le hall, habillé de marbres précieux, on remarquera les mosaïques figurant des bouquets de lys dans des vases. Dans la grande salle du rezde-chaussée, les vitraux des portes et de la verrière s’ornent d’élégants végétaux et de fleurs stylisées, déclinant des harmonies de jaunes et de bleus. À l’étage, les murs du grand salon sont parés d’un papier peint en relief de type « japonisant », composé de feuilles et fleurs dorées, tandis que les murs du petit salon sont parcourus de guirlandes. L’ensemble qui abrite la Maison de la Francité depuis 1976 a été classé en 1993 et entiè- rement restauré entre 2008 et 2012. (CL 15/07/1993) Visites guidées, dimanche à 10h, 11h, 12h, 14h, 15h et 16h. Avec la collaboration de Bruxelles Bavard et de La Fonderie. Exposition «Entre les escales – paysages d’Alain Godefroid». 2 0 ⁄ BRUXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / ETTERBEEK 15 15. Carte I-J 8 SQUARES AMBIORIX, MARIELOUISE ET MARGUERITE Bruxelles-Extensions M 1-5 (Maelbeek) B 29 (Waterloo-Wilson), 60-63-64 (Palmerston) Au cours de ses planifications urbanistiques, l’architecte Gédéon Bordiau imagine une succession de trois squares qui seraient reliés entre eux par une vaste avenue arborée et qui profiteraient des eaux venant de Schaerbeek et de Woluwe. Le projet de l’avenue Palmerston et des squares Ambiorix, Marguerite et Marie-Louise est né. On commencera à le concrétiser dès 1875. Le square Marie-Louise comprend ainsi un vaste étang doté d’une grotte artificielle et d’un rocher qui laisse échapper un jet d’eau pouvant atteindre 15 m de haut, et ce sans aucune pompe, la pression du Maelbeek étant suffisante à cet endroit en pente ! La pièce d’eau se substitue en quelque sorte à l’ancien étang de Saint-Josse, dans la vallée du Maelbeek. Tout autour de la pièce d’eau, la végétation qui a été traitée dans le style paysager anglais compte quelques frondaisons remarquables comme un févier, un mûrier blanc ou un splendide platane. Ceints d’une haie de tilleuls palissés, le square Ambiorix et ses espaces géométriques en terrasses évoquent davantage le style français. Ici, tous les regards convergeront vers un étonnant tulipier de Virginie. On citera également un ailante glanduleux, un catalpa de Kaempfer et un marronnier rouge. Quant à l’avenue Palmerston, son double alignement de robiniers boule non taillés forme une jolie perspective dans ce quartier urbanisé. Le square Marguerite avec son bassin ceinturé d’une pergola a été converti en aire pour les jeux et le sport. (CL 14/07/1994) Promenade «L’Europe en mode vert » (voir ci-dessous). g PROMENADE L’Europe en mode vert Le quartier européen est entouré d’espaces verts : les squares, le parc du Cinquantenaire, le parc Léopold. À l’occasion de cette promenade, vous découvrirez l’histoire, les constructions et la faune de ces poumons verts. A samedi et dimanche à 10h et 14h (durée : 2h) C lieu de départ : devant les quatre piliers de la SNCB, face au bâtiment Berlaymont, côté rue de la Loi à Bruxelles – carte J 8 M 1-5 (Schuman) B 21-36-60-79 (Schuman) I maximum 25 personnes par départ. Uniquement en néerlandais. Avec la collaboration de l’Association des Guides de Bruxelles et de Belgique. BRUXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / ETTERBEEK ⁄ 2 1 16. Carte I 8 L SYNERGRID – ANCIEN HÔTEL VAN EETVELDE avenue Palmerston 4 Bruxelles-Extensions A sam. et dim. de 10h à 18h (dernière entrée à 17h15) I accès uniquement par visites guidées (groupes de 15 personnes) M 1-5 (Maelbeek/Schuman) B 60-63-64 (Palmerston), 59-64 (Livingstone), 29 (Waterloo Wilson) L’hôtel van Eetvelde constitue l’une des réalisations les plus abouties de Victor Horta. Il confirme son génie pour l’agencement des volumes, la diffusion de la lumière et l’utilisation de matériaux colorés. Edmond van Eetvelde, éminent diplomate et conseiller du roi Léopold II, en fut le commanditaire. Horta va privilégier les structures métalliques apparentes autrefois réservées aux constructions 17. Carte J 8-9 M* PARC DU CINQUANTENAIRE avenue d'Auderghem/avenue de Cortenbergh/avenue des Gaulois/ avenue de la Joyeuse entrée/ avenue des Nerviens/avenue de la Renaissance/avenue de l'Yser – Bruxelles-Extensions M 1-5 (Merode) T 81 (Merode) B 27-80 (Gaulois), 61 (Chevalerie) À l’origine, le parc couvrait 12 ha. Il fut aménagé dans le cadre des grands projets d’extension et d’embellissement de Bruxelles orchestrés par Victor Besme, sous la direction du roi Léopold II, à l’emplacement du plateau de Linthout, utilisé alors comme champ de manœuvres par l’armée. En 1888, la ville décida d’annexer les terrains adjacents, toujours en jachère, afin de porter la superficie à 30 ha. L’ensemble, dessiné par Gédéon Bordiau, se composait d’un jardin fleuri à la française, proche des édifices, et d’un jardin à l’anglaise aménagé sur les bas-côtés. À l’époque, l’ancien cimetière du quartier Léopold, le bois de la Cambre et la forêt de Soignes fournirent les essences plantées dans le parc, à savoir ormes, érables et tilleuls. S’il fut transformé en potager durant la Première Guerre mondiale, le parc du Cinquantenaire n’a pas subi de modification majeure depuis sa création. Seul espace vert de Bruxelles à appartenir au style Beaux-Arts, il présente quelques frondaisons remarquables comme celles d’un aulne à feuilles cordées, d’un févier d’Amérique ou d’un chêne 16 industrielles et imagine un oriel couvrant sur deux niveaux toute la largeur de la façade. En 1899-1900, il adjoindra une deuxième aile construite en pierre blanche. Dans le hall, des mosaïques parcourues de lianes indomptées accueillent les visiteurs qui accèdent bientôt à une rotonde où prend naissance l’escalier nanti d’un extraordinaire couronnement vitré. Pareilles à des tiges végétales, d’élégantes colonnettes supportent la verrière nervurée dont les vitraux, figurant feuilles et ampes florales stylisées, colorent la lumière naturelle. Même inspiration pour les vitraux en verre américain de la porte à double battant qui sépare le jardin d’hiver et la salle à manger, avec des arbustes aux gracieuses inflexions. La pièce ellemême conserve sa tapisserie gaufrée aux tons ocre, vert et brun qui met en scène plantes, éléphants et étoiles de mer, des exemples très représentatifs de l’omniprésence d’une nature ché- rie par les artistes du mouvement Art nouveau. (CL 18/11/1976) 17 Visites guidées en continu (dernier groupe à 17h15). Avec la collaboration de l’Atelier de Recherche et d’Action Urbaines (ARAU) et de Korei. à cupules chevelues. Il constitue un écrin de verdure de choix pour l’imposant complexe sorti de terre à l’occasion du cinquantième anniversaire de la Belgique et qui, de nos jours, abrite les Musées royaux d’Art et d’Histoire, le Musée royal de l’Armée et d’Histoire militaire et l’Autoworld. (CL 29/06/1984) Promenade «Le parc du Cinquantenaire : richesses insoupçonnées d’un site historique» (voir encadré ci-contre). 2 2 ⁄ BRUXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / ETTERBEEK 18. Carte J 8 L* PAVILLON HORTA-LAMBEAUX/ PAVILLON DES PASSIONS HUMAINES parc du Cinquantenaire Bruxelles-Extensions A sam. et dim. de 10h à 16h45 (dernière entrée à 16h15) M 1-5 (Schuman) B 12-21-36-60-79 (Schuman) À quelques mètres de la mosquée qui occupe un des angles du parc du Cinquantenaire subsiste un pavillon conçu par Victor Horta comme un « tempietto» d’inspiration classique, sorte de fabrique au sein du parc du Cinquantenaire. Posé sur un petit tertre gazonné, l’édicule, appartenant à l’État belge, fut construit entre 1891 et 1897 pour abriter un étonnant relief en marbre de Carrare réalisé par le sculpteur Jef Lambeaux. Quand l’artiste expose son modèle en carton grandeur nature au Salon triennal de Gand, l’œuvre suscite la polémique au sein de la presse catholique. Le projet est toutefois mené à bien et, aujourd’hui encore, la salle unique, au sol couvert de mosaïques et aux murs couverts de pierres blanches d’Euville et de panneaux en marbre jaune de Sienne, sert d’écrin à un relief de 12 m de long sur 8 m de haut, composé de dix-sept blocs de marbre de Carrare. Il représente les 18 plaisirs et les malheurs de l’humanité une série d’œuvres allégoriques d’une grande expressivité. On reconnait, en haut à droite, le Christ crucifié ou dans le registre inférieur gauche, la Maternité ou encore la Séduction. (CL 18/11/1976) g PROMENADE Le parc du Cinquantenaire : richesses insoupçonnées d’un site historique Ancien champ de manœuvres, le parc du Cinquantenaire accueille en 1880 les fêtes célébrant le cinquantième anniversaire de l’indépendance de la Belgique. D’importantes infrastructures seront construites pour accueillir foires et expositions. Les arcades monumentales, voulues par le roi Léopold II, viendront couronner le projet en 1905. Au-delà de plusieurs grands musées, le parc possède un patrimoine architectural extraordinaire et souvent méconnu. Le sulfureux pavillon des Passions humaines, l’ancien panorama du Caire, aujourd’hui transformé en mosquée, ou la tour médiévale dessinée par l’architecte Henri Beyaert ne sont que quelques exemples parmi bien d’autres. Cette promenade sera l’occasion de découvrir la grande histoire de ce parc, mais aussi ses richesses insoupçonnées. A dimanche à 10h, 10h30, 14h et 15h (durée : 2h) C lieu de départ : entrée du parc du Cinquantenaire, à l’angle de la rue de la Loi et de l’avenue de la Joyeuse Entrée – carte J 8-9 M 1-5 (Schuman/Merode) T 81 (Merode) B 27-80 (Gaulois), 61 (Chevalerie) I réservation obligatoire au 02/219.33.45 (du lundi au vendredi de 10h à 15h). Maximum 20 personnes par départ. Avec la collaboration de l’Atelier de Recherche et d’Action Urbaines (ARAU). BRUXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / ETTERBEEK ⁄ 2 3 19. Carte I 9 M* PARC LÉOPOLD rue Belliard/chaussée d’Etterbeek Bruxelles-Extensions M 1-5 (Maelbeek) B 21-27-59 (Parc Léopold) La convention signée en 1892 entre le bourgmestre Charles Buls et l’industriel Ernest Solvay prévoyait la création d’une véritable cité scientifique sur le site du parc Léopold. De fait, de nombreux bâtiments sortirent de terre et l’espace vert, qui accueillait déjà le Musée d’Histoire naturelle dans l’ancien couvent des Rédemptoristes, en eut quelque peu à souffrir. Cependant, les promeneurs peuvent encore profiter aujourd’hui de la partie basse du parc, toujours agrémentée d’un vaste étang, ultime vestige de la champêtre vallée du Maelbeek. Elle doit son aspect actuel aux plans du paysagiste Louis Fuchs et des architectes Alphonse Balat et Gédéon Bordiau qui conçurent, en 1851, un très beau jardin à l’anglaise au relief vallonné et aux sentes sinueuses. Il allait bientôt être transformé en jardin 19 g VISITE LUDIQUE La Belle Époque en famille au parc Léopold Petits et grands, venez découvrir ensemble le parc Léopold… Cet espace vert a été imaginé au milieu du XIXe siècle pour servir de lieu de promenade aux habitants aisés du nouveau quartier Léopold. Il devient le jardin zoologique de Bruxelles, où toute la ville se presse. Au tournant du XXe siècle, le parc sera transformé en Cité des Sciences par l’Université libre de Bruxelles qui envisage pendant un temps de complètement s’implanter dans la vallée du Maelbeek. Entre culture, patrimoine et plaisir d’apprendre, au cœur d’un écrin de nature, cette activité vous proposera un voyage dans le temps. Vous vous plongerez au cœur de la société du XIXe siècle, des nouvelles connaissances scientifiques, des innovations dans l’architecture. Enfilez votre redingote, chaussez votre haut-de-forme, sortez votre crinoline et venez découvrir le parc Léopold… La découverte de la modernité en somme ! A samedi et dimanche à 10h, 13h30 et 16h (durée : 2h) C lieu de départ : devant la bibliothèque Solvay, parc Léopold, rue Belliard 135A à Bruxelles-Extensions – carte I 9 M 1-5 (Maelbeek) B 21-29-59 (Parc Léopold) I réservation obligatoire 0487/60.82.52 (du lundi au vendredi de 14h à 18h). Maximum 30 personnes au départ. Pour les enfants de 5 ans à 12 ans et les adultes qui les accompagnent. Avec la collaboration de Bruxelles Bavard. zoologique comme le rappelle encore l’inscription présente à l’entrée, côté chaussée d’Etterbeek. L’ancien bassin des otaries, qui reçoit les eaux d’un ruisseau primesautier descendant le coteau en zigzaguant, en témoigne encore. Plus de soixante spécimens figurent sur la liste des arbres remarquables de la Région, dont un bel ensemble de cyprès chauves de Louisiane et de marronniers, trois métaséquoias ou trois tétradiums de Daniel. (CL 18/11/1976) Visite ludique «La Belle Époque en famille au parc Léopold» (voir encadré ci-dessous). 2 4 ⁄ BRUXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / ETTERBEEK 20. Carte I 9 M* MAISON DE L’HISTOIRE EUROPÉENNE – ANCIEN INSTITUT EASTMAN Parc Léopold – rue Belliard 135 Bruxelles-Extensions A sam. et dim. de 10h à 18h M 1-5 (Maelbeek) B 21-27-59 (Parc Léopold) Souhaitant profiter du cadre verdoyant du parc Léopold, George Eastman (1854-1932), un mécène qui a rendu la photographie accessible à tous grâce à Kodak, confie à Michel Polak la construction d’un institut dentaire. Le philanthrope est déjà à l’origine de centres similaires à Rochester, à Londres, à Rome, à Paris et à Stockholm. Auteur du Résidence Palace tout proche, l’architecte suisse, qui s’inscrit pleinement dans la mouvance moderniste, conçoit une façade sobre sous toit plat qui mise tout sur la volumétrie. Une vaste composition stylisée en fer forgé du ferronnier d’art bruxellois Alfred François accentue la monumentalité de l’entrée principale. À l’intérieur, le grand hall d’entrée rehaussé de marbres pré- cieux permet d’accéder aux bureaux et à la salle d’attente des enfants qui a reçu une décoration de fresques du peintre Camille Barthélémy, ami personnel de Michel Polak, sur le thème des Fables de La Fontaine. On reconnaît ainsi «Le Singe et le chat », « Le Renard et les poulets d'Inde », « Les Deux Chèvres ». Ouverte au public le 6 mai dernier, la Maison de l’histoire européenne a pour vocation de favoriser la compréhension du passé commun et des différentes expériences des citoyens européens. Son programme d’activités comprend une exposition permanente, consacrée à l’histoire du continent européen aux XIXe et XXe siècles, et une exposition temporaire. En 2011, le groupement comprenant l’atelier d’architecture Chaix & Morel et Associés (France), JSWD Architekten (Allemagne) et TPF Engineering (Belgique) conçoit la réalisation d’une extension contemporaine. 20 Visites guidées axées sur la découverte du bâtiment et sur son insertion dans l’histoire du parc et parcours spécifique au sein de l’exposition permanente, autour du thème de la prise de conscience environnementale dans un contexte européen, samedi et dimanche, toutes les 1/2h de 10h30 à 16h30 (dernier départ). Exposition temporaire « Interactions. Des siècles de commerce, de combat et de création», invitant le visiteur à découvrir les rencontres et échanges entre Européen(ne)s au cours des siècles et les résultats de ces échanges dans notre vie de tous les jours. BRUXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / ETTERBEEK ⁄ 2 5 à Adolphe Crespin, des éléments végétaux très présents au niveau des nombreux vitraux ou des tiges en fer forgé qui rythment la rambarde, en alternance avec les balustres en bois. En 1967, suite au déménagement de l’Institut de Sociologie et d’autres établissements scientifiques en bordure du campus universitaire du Solbosch, la Bibliothèque héberge les Éditions de l’Université jusqu’en 1981. Le bâtiment reste ensuite inoccupé jusqu’en 1993, quand le gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale le confie à la SDRB (Société de Développement régional de Bruxelles, dont le nom commercial actuel est Citydev. brussels) en vue de sa rénovation. Minutieusement restauré par l’Atelier d’Architecture Deleuze, Metzger et associés, l’édifice rouvrira ses portes le 27 mai 1994. Depuis, la société Edificio se donne pour mission principale d’animer et de faire vivre le lieu en y maintenant des activités aussi diverses que des conventions, galas, colloques, concerts, conférences de presse, soirées privées, congrès, anniversaires, etc. (CL 08/08/1988) Visites guidées en continu (dernier groupe à 16h15). Avec la collaboration d’Arkadia et de Pro Velo. Exposition de photographies «Nature en ville» (artistes : Enrico Turci et Majlinda Agaj). g P R O M E N A D E Maelbeek, l’influence d’un cours d’eau Le Maelbeek a formé une vallée à l’est de Bruxelles, où les villages d’Ixelles et d’Etterbeek se sont développés dès le Moyen Âge. Si, comme la Senne, ce cours d’eau a disparu des regards au XIXe siècle, ses traces sont plus perceptibles qu’on ne pourrait le penser. Une chaussée au tracé bizarre, une porte d’entrée qui éveille bien des questions, un parc au charmant dénivelé avec une petite tour bien cachée… sont quelques aspects que vous découvrirez lors de cette balade à la recherche du Maelbeek perdu. A samedi à 13h30 et 15h30 et dimanche à 11h30, 13h30 et 15h30 (durée : 1h30) C lieu de départ : «Porte d’Etterbeek » (entrée du piétonnier), chaussée de Wavre 309 (croisement avenue du Maelbeek) à Etterbeek – carte I 9 B 34 (Étangs), 59-60-80 (Jourdan) I réservation souhaitée au 02/410.99.50 (du lundi au vendredi de 9h à 17h). Maximum 25 personnes par départ. Avec la collaboration de La Fonderie. 21. Carte I 9 L* BIBLIOTHÈQUE SOLVAY parc Léopold – rue Belliard 137 Bruxelles-Extensions A sam. et dim. de 10h à 17h (dernière entrée à 16h15) I accès uniquement par visites guidées (groupes de 20 personnes) M 1-5 (Maelbeek) B 21-27-59 (Parc Léopold) En 1892, l’idée de transformer une partie du parc Léopold en cité scientifique voit le jour sous l’impulsion du médecin Paul Héger et de l’industriel Ernest Solvay. C’est dans ce contexte que ce dernier fait construire un édifice prévu pour accueillir un Institut de Sociologie. De nos jours, on le connait sous le nom de Bibliothèque Solvay. Inauguré en 1902, il est l’œuvre des architectes Constant Bosmans et Henri Vandeveld. Le hall d’entrée au sol en mosaïques permet d’accéder à une immense salle de lecture de style éclectique, entourée elle-même de cabinets d’études individuels aux portes capitonnées. Comme souvent à cette époque, la nature a fortement inspiré les responsables du décor, qu’il s’agisse des guirlandes feuillagées des fresques murales attribuées 21 2 6 ⁄ BRUXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / ETTERBEEK nière du parc a fait place à un jardin écologique et didactique créé par Natagora et Bruxelles Environnement. De nos jours, l’étang est peuplé par de nombreuses plantes, dont l’iris des marais. On retrouve également, dans le jardin, plusieurs essences reprises dans la liste des arbres remarquables de la Région de Bruxelles-Capitale. (CL 29/06/2000) Visite-découverte de la faune et de la flore du jardin, samedi à 10h et dimanche à 14h (durée : 2h). Rendez-vous à l’entrée du parc, avenue d’Auderghem (entre les nos 189 et le 195). Maximum 25 participants par départ. Avec la collaboration du Cercle des Guides-nature du Brabant (Cercles des Naturalistes de Belgique – CNB). Visites historiques du parc, samedi et dimanche à 11h, 13h, 15h et 17h (durée : 1h). maximum 25 participants par départ. H EXPOSITION Passé et avenir de la propriété Hap La découverte récente d’une importante collection d’archives a permis de mieux connaître l’évolution de la propriété acquise en 1804 par la famille Hap et aujourd'hui classé. À l’origine, une brasserie y fut installée, bénéficiant de la présence de sources et du ruisseau appelé Broebelaer. Le notaire Félix Hap est le plus illustre représentant de cette dynastie etterbeekoise. Au début du XXe siècle, il marque de son empreinte, encore bien visible aujourd’hui, non seulement la maison familiale, flanquée d’une étude notariale, mais également le parc paysager, avec son étang, son kiosque, ses arbres remarquables et son orangerie. L’exposition qui se tiendra dans l’orangerie retracera l’histoire des lieux, avec notamment des reproductions d’archives (photos, courriers, factures d’artisans locaux, cahiers d’école…), et présentera l’ambitieux projet communal de restauration/réaffectation en infrastructure de proximité pour les habitants du quartier, dans le cadre du contrat de Quartier Durable Chasse-Gray (espace socioculturel, salle polyvalente, petit horeca, potagers urbains). A samedi et dimanche de 10h à 18h C orangerie du jardin Jean-Félix Hap, chaussée de Wavre 510 à Etterbeek – carte J 9 B 34 (Fetis) Des ateliers participatifs et d’échange préalables à l’exposition seront organisés les 26 et 30 août. Les curieux et toute personne pouvant apporter un témoignage ou des souvenirs seront les bienvenus. Inscription gratuite mais obligatoire (archiveshap@gmail.com). Avec la collaboration de la Commune d’Etterbeek, Jean-Marie Bailly et Marie-Pierre Dusausoy, historiens, et du Bureau d’architecture SKOPE. 22. Carte J 9 M* JARDIN JEAN FÉLIX HAP chaussée de Wavre 510 – Etterbeek B 34 (Fetis) En 1804, le maire d’Etterbeek, AlbertJoseph Hap, acquiert une propriété d’environ 3 ha, dotée notamment d’un étang alimenté par un affluent du Broebelaer, un ruisseau qui prend sa source à proximité. Vers 1830, une brasserie voit le jour dans ce parc qui, derrière sa vaste enceinte, demeure l’un des moins connus de Bruxelles. De grandes pelouses plantées d’arbres aux frondaisons centenaires accueillent les visiteurs qui découvrent d’emblée cet ensemble classé constitué de l'orangerie, du kiosque, de la jolie gloriette octogonale coiffée d’ardoises, et de l’arrière de la grande maison construite à front de rue à partir de 1859. Plus loin, l’étang, qui a été agrémenté de rocailles, jouxte un sous-bois et des ruines d’origine incertaine. À l’arrière, l’ancienne pépiAvec la collaboration d’Arkadia et de l’Atelier de Recherche et d’Action Urbaines (ARAU). Exposition «Passé et avenir de la propriété Hap» (voir encadré ci-dessous). 22 BRUXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / ETTERBEEK ⁄ 2 7 28 ⁄ WOLUWE-SAINT-LAMBERT / WOLUWE-SAINT-PIERRE / AUDERGHEM / WATERMAEL-BOITSFORT Ferme Hof ter Cauwerschueren 24 WOLUWE-SAINT-L AMBERT / WOLUWE-SAINT-PIERRE / AUDERGHEM / WATERMAEL-BOITSFORT 23. Carte L 7 L* PARC DE ROODEBEEK chaussée de Roodebeek 314 Woluwe-Saint-Lambert B 27 (Sainte-Famille), 29 (Verheyleweghen) En 1884, Émile Devos, un riche Bruxellois, acquiert un terrain alors exploité comme carrière de sable et de pierres. Il y fait construire une maison qu’il n’aura de cesse d’agrandir dans un style pittoresque s’inspirant ouvertement de l’architecture rurale braban- çonne. Il veille également à l’entourer d’un ravissant jardin. Il décède en 1942, suivi par son épouse en 1945. Léguée à la commune, la demeure devient musée et le parc, augmenté d’une propriété voisine, est ouvert au public. En effet, la commune a acquis, en 1944, la dernière résidence du peintre Constant Montald, un repré- sentant majeur de l’art idéaliste, et a décidé de réunir les deux espaces verts. Le parc de Roodebeek est né et inauguré en 1948. De type forestier, il compte nombre d’essences, parmi lesquelles le chêne d’Amérique, le hêtre pourpre, le robinier, le marronnier, le frêne, l’érable sycomore, l’orme, le tilleul. Quant au houblon, à la jacinthe des bois et au sceau de Salomon, ils ont colonisé ses sousbois. Plus d’une trentaine d’espèces d’oiseaux ont trouvé ici refuge dont le verdier, la sittelle torchepot ou le tarin des aulnes. (SV 12/02/1998) Promenades présentant la faune et la flore du parc, dimanche à 10h30 et 14h30 (bilingue) (durée : 1h). Rendez-vous devant le kiosque. Maximum 25 personnes par départ. Réservation indispensable au 02/761.27.78 ou par mail (v.latteur@woluwe1200.be). Avec la collaboration du Cercle des Naturalistes de Belgique et du Service Protection du Patrimoine de la commune de Woluwe-Saint-Lambert. Promenades mettant l’accent sur l’histoire du parc, sa gestion et les derniers aménagements réalisés, samedi à 10h30 (bilingue) et 14h30 (durée : 1h). Rendez-vous à l’entrée du pavillon Roodebeek. Maximum 25 personnes par départ. Réservation indispensable au 02/761.27.78 ou par mail (v.latteur@woluwe1200.be). Exposition de plans et de photographies sur l’histoire du parc et ses récents aménagements, samedi de 10h à 16h, dans le pavillon Roodebeek. Visites, à destination d’un public familial, de l’animalerie du parc de Roodebeek, commentées par ses gestionnaires, dimanche à 14h, 15h et 16h. Rendez-vous devant le kiosque. Maximum 20 personnes par départ. Avec la collaboration des Services Protection du Patrimoine et Nature de la commune de Woluwe-Saint-Lambert. 23 B PARCOURS À VÉLO Woluwe champêtre Woluwe-Saint-Lambert et Woluwe-Saint-Pierre, deux communes unies par une même rivière : la Woluwe. C’est dans la vallée de cet affluent de la Senne, qui a modelé toute la région de l’est de Bruxelles, que vous emmè- nera cette balade. En pédalant le long des berges, vous découvrirez aussi le patrimoine naturel et champêtre comme l’Hof ter Musschen, un site naturel de 10 ha reconnu comme étant à haute valeur biologique, ou encore le vieux moulin de Lindekemale. Une ballade tout en douceur alliant nature et patrimoine bâti. A samedi et dimanche à 10h et 14h (durée : 3h) C lieu de départ : devant la maison communale de Woluwe-Saint-Lambert, avenue Paul Hymans 2 à Woluwe-Saint-Lambert – carte L-M 8 M 2 (Tomberg) B 28 (Tomberg) I réservation obligatoire au 02/502.73.55 (du lundi au dimanche de 10h à 18h), par mail (info@provelo.org) ou via le site www.provelo.org. Maximum 18 personnes par départ. Attention : n’oubliez pas votre vélo. Pas de location possible sur place. Avec la collaboration de Pro Velo. WOLUWE-SAINT-LAMBERT / WOLUWE-SAINT-PIERRE / AUDERGHEM / WATERMAEL-BOITSFORT ⁄ 2 9 clos, mais également à une demeure avec devanture et jardin. Par extension, il fut utilisé pour désigner des bâtiments disposés en carré autour d’une cour, ce qui était le cas ici. Sise non loin de la vallée du Roodebeek, dont on peut encore observer le lit asséché au fond du parc, l’exploitation agricole fut en activité jusqu’en 1911. Elle fut ensuite acquise par le peintre Michel Sterckmans qui y vécut jusqu’en 1942. De nos jours, grâce aux efforts des propriétaires actuels, on peut encore trouver l’ancien fournil, l’étable, la grange et la porcherie ainsi que le logis principal. Un verger 24. Carte M 8 L* FERME HOF TER CAUWERSCHUEREN chaussée de Roodebeek 155 Woluwe-Saint-Lambert A sam. et dim. de 10h à 18h B 27-29 (Moonens) Difficile d’imaginer que la ferme Hof ter Cauwerschueren (la grange des terres exploitées en commun) remonte au XIVe siècle, quand le domaine dépendait de l’abbaye de Forest. Le terme Hof dérive du moyen néerlandais qui renvoie à un espace H ATELIER Le patrimoine rural en perspective  Venez développer votre sens de la perspective et apprendre le maniement du crayon à main levée lors de cet atelier de dessin et de croquis dans le cadre exceptionnel des fermes Hof ter Cauwerschueren et Hof ter Musschen. Pour tous les amateurs à partir de 16 ans. A samedi à 10h et 14h (durée : 2h30) à l’Hof ter Cauwerschueren, chaussée de Roodebeek 155 à Woluwe-SaintLambert dimanche à 10h et 14h (durée : 2h30) à l’Hof ter Musschen, avenue E. Mounier 2 à Woluwe-Saint-Lambert I inscription obligatoire au 02/761.60.22 ou via le site www.wolubilis.be. Maximum 8 personnes par atelier. Le maté- riel à prendre avec vous sera précisé par les organisateurs. Avec la collaboration des Ateliers du Temps libre (Centre culturel Wolubilis). H ACTIVITÉ L’Hof ter Musschen ou la préservation d’un ancien paysage agricole Depuis le début des années 1980, le site naturel de l’Hof ter Musschen est géré et animé par la Commission de l’environnement de Bruxelles et Environs (CEBE). En 2017, elle s’est vu décerner le Prix belge du Paysage pour son action sur le site, visant à la préservation, à la gestion durable et à la mise en valeur d’un ancien paysage agricole tout en accentuant ses valeurs naturelles intrinsèques, et ce dans un souci de participation citoyenne. Le dimanche, la CEBE présentera au public son action multiforme en faveur du site : visites guidées, visites pour moins-valides, journées de gestion, inventaires biologiques, collaboration avec d’autres associations locales, installation d’un rucher… et animation de boulangerie traditionnelle dans le fournil. Cette dernière activité, qui fête cette année ses 10 ans, sera particulièrement mise en exergue avec l’ouverture du fournil. Des guides seront présents en permanence. A samedi (fournil) et dimanche (ensemble du site) de 10h à 17h C lieu de départ: croisement du boulevard de la Woluwe et de l’avenue Hippocrate (entrée du site avec fléchage) à Woluwe-Saint-Lambert. M 1 (Alma) B 79 (Cliniques-UCL) Avec la collaboration de la Commission de l’Environnement de Bruxelles et Environs (CEBE). et un joli parc complètent l’ensemble, véritable oasis de verdure et pré- cieux vestige de ruralité à Bruxelles. (CL 03/03/2005) Visite du site et du four à pain. Activité «Le patrimoine rural en perspective» (voir encadré cidessous). 30 ⁄ WOLUWE-SAINT-LAMBERT / WOLUWE-SAINT-PIERRE / AUDERGHEM / WATERMAEL-BOITSFORT au relief en légère pente de l’endroit. Elle exploitait jadis près de 35 ha. (CL 08/08/1988) Visites guidées présentant les attraits biologiques du site et expliquant les mesures prises par la CEBE, notamment au niveau de la gestion des lieux, pour assurer sa meilleure préservation, dimanche à 10h, 11h30, 13h, 14h30 et 16h (durée : 1h). Rendezvous au croisement du boulevard de la Woluwe et de l’avenue Hippocrate (entrée du site avec flé- chage). Avec la collaboration de la Commission de l’Environnement de Bruxelles et Environs. Visites commentées sur l’histoire de la ferme, dimanche à 10h, 11h30 et 16h (durée : 1h). Rendezvous à l’entrée de la ferme Hof ter Musschen. Avec la collaboration d’Arkadia et du Service communal de la Protection du Patrimoine. Activités «L’Hof ter Musschen ou la préservation d’un ancien paysage agricole», «Le patrimoine rural en perspective» et «Un fournil et du pain» (voir encadrés ci-contre). 25 25. Carte N 7 L* HOF TER MUSSCHEN avenue E. Mounier 2 Woluwe-Saint-Lambert A uniquement dim. de 10h à 17h M 1 (Alma) B 79 (Cliniques-UCL) Situé à Woluwe-Saint-Lambert, le long du boulevard de la Woluwe, le site de l’Hof ter Musschen, classé comme « site» et repris en Natura 2000, offre l’un des plus beaux exemples de paysage rural qui ait subsisté en Région bruxelloise. Relique typique d'un paysage rural brabançon, il s’étend sur 10 ha de zones vertes de haute valeur biologique. On y retrouve près de 150 espèces végétales dont certaines sont assez rares comme le populage des marais, la stellaire aquatique ou la pulicaire. Une ligne de sources, d’anciens fossés de drainage, plusieurs ruisseaux, une aulnaie-saulaie marécageuse et des prairies en bordure de la Woluwe constituent la zone humide proprement dite qui n’a cessé d’évoluer au cours des deux derniers siècles. À la limite orientale du lieu, un chemin creux pavé, déjà présent sur la carte de Ferraris de 1771, invite à la promenade. Il est bordé, de part et d’autre, d’une belle haie champêtre. La ferme en carré, dont les parties les plus anciennes datent du XVIIe siècle, s’intègre harmonieusement H ACTIVITÉ Un fournil et du pain Dans le cadre du dixième anniversaire de la restauration du fournil par la Commission de l’Environnement de Bruxelles et Environs, la grande salle – l’ancienne grange – de la ferme Hof ter Musschen accueillera un salon des artisans et de la boulangerie traditionnelle. Différents stands mettront en valeur les techniques artisanales ayant permis la remise en état du fournil (vannerie, céramique, techniques de restauration d’un four à pain…) ainsi que la boulangerie traditionnelle. Une exposition présentera également la restauration récente du moulin à vent voisin. A dimanche de 10h à 17h C Hof ter Musschen (ancienne grange), avenue E. Mounier 2 à Woluwe-Saint-Lambert M 1 (Alma) B 79 (Cliniques-UCL) Avec la collaboration de la Commission de l’Environnement de Bruxelles et Environs (CEBE) et des services communaux de la Protection du Patrimoine et Nature. WOLUWE-SAINT-LAMBERT / WOLUWE-SAINT-PIERRE / AUDERGHEM / WATERMAEL-BOITSFORT ⁄ 3 1 26 27 26. Carte N 7 L MOULIN À VENT avenue E. Mounier 8 Woluwe-Saint-Lambert A sam. et dim. de 10h à 18h M 1 (Alma) B 79 (Cliniques-UCL) Posé sur une butte dans la prairie jouxtant l’Hof ter Musschen, le moulin à vent en bois a survécu à bien des avatars et des déménagements. À l’origine, le vent entraînait ses ailes à Esplechin, près de Tournai, où il avait été érigé en 1767. Abandonné suite à la concurrence des minoteries, il fut sauvé in extremis par le docteur Duthoit qui le racheta et le fit transporter à Arc-Ainières, au pays des Collines, dans les années 1930. À sa mort, sa veuve l’offrit à la commune de Woluwe-Saint-Lambert qui le transféra sur son territoire en 1964. Suite à un incendie qui le ravagea au début 27. Carte O 7 M* JARDIN DES PLANTES MÉDICINALES (UCL) avenue E. Mounier Woluwe-Saint-Lambert (face au centre sportif) A sam. et dim. de 9h à 18h M 1 (Alma/Crainhem) B 79 (Cliniques-UCL) Le magnifique parc botanique de l’Université catholique de Louvain (UCL), qui s’étend sur 3 ha, comprend près de 500 espèces différentes dont 100 de type arbustif. Il se compose de vastes pelouses, d’aires de détente et d’un enclos de plantes médicinales de 20 a, créé en 1975 à l’initiative du professeur Moens. On peut y découvrir la plus grande collection de plantes médicinales et condimentaires de Belgique, voire d’Europe. Chaque spécimen est nanti d’une plaquette des années 1980, il fut reconstruit en 1988 sur le site Hof ter Musschen. Le moulin a bénéficié en 2015-2016 d’une restauration attentive et constitue aujourd’hui un beau témoignage de ruralité à Bruxelles, une ville qui comptait jadis nombre de moulins sur son territoire. (CL 09/04/1943) Visites guidées, samedi à 10h, 11h30 et 15h30 et dimanche à 10h, 11h30, 13h30 (bilingue) et 15h30 (durée : 1h). Maximum 20 personnes par départ. Réservation indispensable au 02/761.27.78 ou par mail (v.latteur@woluwe1200.be). Exposition sur la restauration du moulin, dans la grange de la ferme Hof ter Musschen (avenue E. Mounier 2), dimanche de 10h à 17h. Avec la collaboration du Service Protection du Patrimoine de la commune de Woluwe-SaintLambert. explicative sur laquelle figurent le nom latin, le nom vernaculaire, la famille et les principales propriétés et usages mais aussi le degré de toxicité. Les plantations basses s’organisent au fil de 43 parterres qui suivent l’ordre systématique habituel des flores modernes. Les plantes aquatiques se concentrent, quant à elles, près du vivier. Visites guidées, samedi à 15h et dimanche à 11h et 14h (durée : 2h). Maximum 25 participants par départ. J Visites guidées en langue des signes (également du Jardin des Sculptures), samedi à 15h et dimanche à 14h et 16h. Avec la collaboration de l’association Arts et Culture. 32 ⁄ WOLUWE-SAINT-LAMBERT / WOLUWE-SAINT-PIERRE / AUDERGHEM / WATERMAEL-BOITSFORT 28. Carte O 7 M* JARDIN DES SCULPTURES (UCL) avenue E. Mounier Woluwe-Saint-Lambert (face au centre sportif) A sam. et dim. de 9h à 18h M 1 (Alma/Crainhem) B 79 (Cliniques-UCL) Depuis 1988, le Jardin des plantes médicinales Paul Moens accueille une collection permanente de onze sculptures contemporaines, repères poé- tiques et plastiques d’une promenade à la fois plaisante et didactique où se côtoient des œuvres de Bo Allison, Tristan Cassamajor, Pierre Culot, Gérald Dederen, Dodeigne, André Eijberg, Philippe Jacques, Anne Jones, Lambert Rocour et Michel Smolders. Le promeneur est conduit tout en douceur d’une sculpture à l’autre. En bronze, en acier, en granit, en bois ou en brique, elles sont autant de repères poétiques et plastiques qui élargissent les horizons du parc qui l’environne, mêlant allègrement l’abstraction et la figuration. Dès la tombée du jour, les œuvres de métamorphosent par un jeu de lumières. Visites guidées, samedi et dimanche à 11h, 14h et 16h (durée: 1h30). Rendez-vous à l'entrée du Jardin des Plantes médicinales. Maximum 20 participants par départ. Avec la collaboration d'Arkadia et de Korei. 29. Carte M 8 JARDIN DE L’ANCIENNE PROPRIÉTÉ VOOT – VILLA DU PONT place Saint-Lambert Woluwe-Saint-Lambert A sam. et dim. de 14h à 18h (dernière entrée à 17h30) I accès uniquement par visites guidées (groupes de 15 personnes) B 28-42 (Voot) Située sur la place Saint-Lambert, cette belle demeure de style néoclassique avec ses dépendances et son parc à l’anglaise de 70 a forment encore un ensemble très cohérent, sans doute l’une des dernières maisons de campagne des environs de Bruxelles. Érigé pour un notable bruxellois, l’ensemble date de 1837. Richement arborée, la propriété compte plusieurs arbres remarquables dont un tulipier de Virginie, un platane d’Orient d’une circonférence de 585 cm mais aussi des chênes pédonculés et un arbre aux quarante écus (gingko biloba). Certains ont probablement dépassé les 200 ans. (CL 24/01/1984) Visites guidées en continu (dernier groupe à 17h30). Avec la collaboration de E-Guides et de Klare Lijn. g PROMENADED É C O U V E R T E E N FAMILLE Le long de la vallée de la Woluwe Cette promenade, dont la majeure partie se déroulera dans la verdure de la vallée de la Woluwe, vous emmènera à la découverte des bâtiments historiques de Woluwe-Saint-Lambert, à savoir l’église Saint-Lambert, l’Hof van Brussel, le château Malou, le moulin à eau, le Slot, l’Hof ter Musschen, le moulin à vent et la chapelle de Marie la Misérable. Tout le monde est le bienvenu ! En solo ou en famille, avec enfants et petits-enfants, vous partirez muni d’un itinéraire détaillé et d’un questionnaire. Un départ avec guide est également prévu. Les meilleures réponses à la promenade-découverte seront récompensées par un petit prix. A départ individuel dimanche entre 14h et 15h (promenade avec guide à 14h30 – durée : 1h30-2h) C lieu de départ : Gemeenschapscentrum Op-Weule, rue Saint-Lambert 91 (derrière le Woluwe Shopping Center) à Woluwe-SaintLambert – carte M 8 M 1 (Roodebeek) B 28-42 (Voot) Uniquement en néerlandais. Avec la collaboration du Gemeenschapscentrum Op-Weule et du kwb-SLW. 28 29 WOLUWE-SAINT-LAMBERT / WOLUWE-SAINT-PIERRE / AUDERGHEM / WATERMAEL-BOITSFORT ⁄ 3 3 30. Carte N-O 10 L* PARC DU MANOIR D’ANJOU (FRATERNITÉS DU BON PASTEUR) rue au Bois 365 Woluwe-Saint-Pierre I accès uniquement par les promenades B 36 (Manoir d’Anjou) Connu à l’origine sous le nom de châ- teau de Putdael, le manoir d’Anjou doit son apparence actuelle à AlfredCasimir Madoux qui, en 1885, fait transformer l’ancienne bâtisse en demeure de style néoclassique. La propriété connaîtra son heure de gloire en étant d’abord louée puis achetée par le duc d’Orléans en 1913. L’édifice est entouré d’un domaine de 12 ha d’un seul tenant aménagé en 31. Carte M 10 L* PARC PARMENTIER avenue Parmentier 19 Woluwe-Saint-Pierre A sam. et dim. de 13h à 18h T 39-44 (De Villalobar) B 36 (Kelle) Ce parc qui s’étend sur 14 ha fut dessiné par l’architecte-paysagiste vendéen Émile Laîné (1863-1930), déjà responsable du parc de Woluwe, pour Edmond Parmentier qui fut chargé par le roi Léopold II d’aménager l’avenue de Tervueren, entre 1897 et 1899. L’entrepreneur fit construire une curieuse maison en bois, appelée le chalet norvégien, qu’il aurait achetée lors d’une exposition. Elle fut entièrement détruite par un incendie en 2000. La propriété appartint à Parmentier jusqu’en 1910 et fut vendue à l’État belge en 1919. Ce poumon de verdure a conservé ses fabriques que l’on découvre au fil des chemins de promenade, au détour d’un sentier ou en point de mire d’une perspective. Citons le pavillon norvégien, les anciens logis des domestiques, construit en style cottage anglais et un curieux bâtiment allongé de style néogothique converti en chapelle durant la Première Guerre mondiale. Il s’agit pourtant, à l’origine, d’un jeu de boules construit en 1909 dont l’édicule à échauguette affiche un remarquable décor végétal. Le parc compte 46 arbres remarquables dont deux séquoias géants, un tilleul argenté pleureur, deux bouleaux verruqueux et trois chênes rouges d’Amérique. (CL 17/12/1981) Parcours-nature avec différentes activités ludiques (identification – les yeux bandés – de plantes recueillies dans le parc, observation d’insectes et de plantes, décoration d’arbres du parc). 30 31 parc paysager de style anglais dès 1845. Devenu propriété d’AlfredCasimir Madoux en 1884, le domaine se transforme progressivement en un parc plus travaillé. Son aspect actuel date de cette époque. Une vaste pelouse bordée de massifs arborés relie le manoir à l’étang, ménageant une élégante perspective. La pièce d’eau, dotée d’une grotte en rocailles à deux entrées, accueille une île reliée à la berge par un pont romantique. Le parc conserve une drève de platanes, une aulnaie, non loin de l’étang, et de nombreuses frondaisons indigènes ou exotiques dont 45 spécimens sont répertoriés comme arbres remarquables. On citera de beaux ensembles d’aulnes glutineux, de noyers royaux, de châtaigniers et de thuyas géants. (CL 08/05/2014) Promenades dans le parc, dimanche à 14h et 15h30. Rendez-vous à l’entrée. Réservation souhaitée au 02/771.78.42. Maximum 18 personnes par départ. Stand d’information et exposition de photographies des activités réalisées en 2016 et 2017. Espace délimité et sécurisé pour les tous petits. Avec la collaboration de l’association Les Stations de Plein Air. J Activités en langue des signes, samedi à 14h et dimanche à 12h et 14h. Avec la collaboration de l’association Arts et Culture. 34 ⁄ WOLUWE-SAINT-LAMBERT / WOLUWE-SAINT-PIERRE / AUDERGHEM / WATERMAEL-BOITSFORT 32. Carte M 10 M* ÉTANGS MELLAERTS avenue de Tervueren/ boulevard du Souverain Woluwe-Saint-Pierre T 39-44-94 (Musée du Tram) B 36 (Musée du Tram) Bien connus des amateurs de pêche et de canotage, les deux étangs Mellaerts furent créés à la fin du XIXe siècle, à l’emplacement d’anciens marais de la vallée de la Woluwe. En 1883, François Mellaerts et son épouse avaient acquis des prairies et des champs mis en vente par les Hospices civils de Bruxelles. En 1898, le terrain est annexé, lors de l’aménagement de l’avenue de Tervueren, au nouveau parc de Woluwe et le propriétaire reçoit, en contrepartie, les deux étangs et leur pourtour, déjà aménagés par l’architecte français Émile Lainé. À la condition que le site soit accessible au public, l’État s’engage à entretenir les étangs. L’accord est conclu et les époux Mellaerts ouvrent un restaurant. Le boulevard du Souverain séparera bientôt le parc des Étangs qui, autrefois, ne formaient qu’un seul tenant. Cernées de pelouses arborées où l’on rencontre hêtres, frênes et saules pleureurs, cyprès et ginkgos bilobas, les pièces d’eau disposent de berges en pente douce propice à l’enracinement des plantes. Elles accueillent notamment le foulque macroule, l’ouette d’Égypte, le grèbe huppé, la bernache du Canada, l’oie de Magellan, le cygne ou encore le héron cendré. (CL 18/11/1976) Promenades guidées, samedi (sous la conduite d’Edgard Kesteloot) et dimanche (sous la conduite de Jean-Marie Piret) à 14h et 16h (durée : 1h). Rendezvous devant la Brasserie des Étangs Mellaerts, boulevard du Souverain 275. Réservation obligatoire au 02/773.05.99. Maximum 20 personnes par départ. Avec la collaboration du Service Culture de la commune de Woluwe-Saint-Pierre. 32 33 33. Carte L-M 9-10 M* PARC DE WOLUWE avenue de Tervueren/rue du Bemel/ avenue Mostinck/boulevard du Souverain/avenue Xavier Henrard/ avenue des Franciscains – Woluwe-Saint-Pierre T 39-44-94 (Musée du Tram) B 42 (Musée du Tram) Limité par le boulevard du Souverain, le cours de la Woluwe, l’avenue de Tervueren et la vallée du Bemel qu’il englobe en partie, le parc de Woluwe s’étend sur plus de 71 ha (63 hors infrastructures sportives), ce qui en fait l’une des plus vastes étendues vertes de la Capitale. Achevé entre 1906 et 1907, le parc fut aménagé d’après les plans de l’architecte paysager français Émile Laîné, avec des modifications apportées par Louis van der Swaelmen. Les deux hommes surent tirer parti des nombreux vallonnements et des différences de niveau qui, par endroit, atteignent jusqu’à 30 m. Outre l’étang Denis et l’étang rond, l’étang long et l’étang du Bemel agrémentent joliment les vastes pelouses bordées d’essences rares. Le parc paysager s’est implanté sur d’anciens terrains humides acquis par Edmond Parmentier à François Mellaerts, le premier propriétaire des lieux qui donna son nom aux deux étangs situés au-delà du boulevard de la Woluwe. Le parc compte 147 arbres remarquables, dont un magnifique séquoia géant de 6,15 m de circonférence, un zelkova du Japon, un kalopanax d’Asie ainsi que de beaux ensembles d’érables, de hêtres, de bouleaux, de châtaigniers, de peupliers et de cyprès chauves de Louisiane. Le parc abrite aussi de nombreuses rocailles et fait l’objet d’études paysagères et phytosanitaires en vue de sa rénovation. (CL 08/11/1972) Stand d’information sur la biodiversité et la restauration des peuplements. Promenades historiques dans le parc, samedi et dimanche à 11h et 14h (durée : 1h). Rendez-vous à l’entrée du centre sportif. Maximum 20 participants par départ. Avec la collaboration de Bruxelles Environnement. WOLUWE-SAINT-LAMBERT / WOLUWE-SAINT-PIERRE / AUDERGHEM / WATERMAEL-BOITSFORT ⁄ 3 5 34. Carte M 10-11 L DOMAINE DE VAL DUCHESSE avenue Val Duchesse 1 Auderghem A sam. et dim. de 10h à 17h (dernière entrée à 16h15) I accès uniquement par visites guidées (groupes de 20 personnes) T 94 (R.P du Souverain) B 34 (Auderghem-Shopping) À l’origine, le domaine abritait un couvent de Dominicains fondé en 1262 par Aleyde, veuve du duc de Brabant Henri III. De nos jours, le vaste parc vallonné de 25 ha, traversé de part en part par la Woluwe, sert d’écrin à un ensemble de bâtiments composé d’un château, d’un prieuré, d’un chalet norvégien, d’une orangerie et d’un pavillon d’entrée. Très varié, il comprend un vestige de forêt alluviale, des étangs, un jardin en terrasses à la française avec bassins en pierre bleue et buis taillés et de vastes étendues gazonnées. La pièce d’eau la plus étendue, d’une superficie de 5 ha, est ceinturée d’une roselière tandis que l’autre, qui couvre 75 a, est ourlée de saules. Parmi les hautes tiges peuplant le parc, citons un pin noir, des cyprès chauves de Louisiane, un tilleul à petites feuilles et un tilleul d’Amérique inscrits parmi les frondaisons remarquables de Bruxelles. Le domaine de Val Duchesse est accessible au public grâce au concours de la Chancellerie du Premier Ministre, occupant des lieux. (CL 29/05/1997) Visites guidées en continu (dernier groupe à 16h15). Avec la collaboration de Bruxelles Bavard et d’Itiné- raires, sur les Sentiers de l’Histoire. 34 35. Carte M 11 L* JARDIN BOTANIQUE JEAN MASSART (ULB) chaussée de Wavre 1850 Auderghem A sam. et dim. de 10h à 18h M 5 (Herrmann-Debroux) T 94 (Herrmann-Debroux) B 72 (Jardin Massart) Fondé en 1922 à l’initiative de Jean Massart (1865-1925), professeur de Botanique à l’Université libre de Bruxelles, ce site avait notamment pour ambition de reconstituer la végétation des principaux biotopes naturels en Belgique, mais aussi d’étudier les mécanismes adaptatifs des plantes sauvages aux différents milieux. Jean Massart eut recours à l’architecte paysagiste Jules Buyssens pour aménager ces 5 ha de terres jadis à vocation agricole, en lisière de la forêt de Soignes. Musée vivant de plein air, ce jardin botanique, unique à Bruxelles, comprend près de 2.000 espèces différentes, provenant du monde entier, présentées par collections thématiques : plantes médicinales et aromatiques, jardin évolutif des plantes à fleurs, arboretum, plantes cultivées ou verger. On y trouve également une zone humide formant une réserve naturelle incorporée au réseau Natura 2000. Enfin, certaines parcelles de démonstration illustrent des thèmes de recherche développés au laboratoire d’Écologie végétale et biogéochimie. (CL 29/05/1997) Visites «Découverte du Jardin Massart », samedi à 10h30 et 16h et dimanche à 15h et 16h30. Visites «Et cette plante-là ? Comestible ou toxique ?», dimanche à 14h30. Conférence «Le Jardin Massart, entre art paysager, science et environnement », samedi à 15h et dimanche à 10h30. Exposition «Relations plantesinsectes au Jardin Massart » (voir encadré page suivante). 35 36 ⁄ WOLUWE-SAINT-LAMBERT / WOLUWE-SAINT-PIERRE / AUDERGHEM / WATERMAEL-BOITSFORT H E X P O S I T I O N Relations plantes-insectes au Jardin Massart Le Jardin Massart, un jardin «entomologique» autant que «botanique» ! Ces derniers années, les entomologistes de l’Institut royal des Sciences naturelles ont passé beaucoup de temps au Jardin Massart. Ils l’ont sillonné de gauche à droite, de haut en bas pour arriver à ce résultat : 1.300 espèces d’insectes et araignées crèchent au jardin ! Et les recherches continuent… Avec plusieurs centaines d’espèces de plantes sur un peu moins de 5 ha, dont beaucoup sont uniques à Bruxelles, le Jardin botanique Jean Massart offre des sources de nourriture et des niches écologiques très diversifiées pour les insectes. Situé à l’entrée de Bruxelles, il peut aujourd’hui, grâce à la gestion menée par l’Université libre de Bruxelles depuis une trentaine d’années et avec l’aide de Bruxelles Environnement depuis 2009, se targuer d’être un véritable «hotspot » de la biodiversité en zone urbaine ! Une richesse à découvrir par le biais de cette exposition de photographies en plein-air! A samedi et dimanche de 10h à 18h (visites guidées de l’exposition samedi à 11h et 14h et dimanche à 11h et 16h) C Jardin botanique Jean Massart (ULB), chaussée de Wavre 1850 à Auderghem – carte M 11 M 5 (Herrmann-Debroux) T 94 (Herrmann-Debroux) B 72 (Jardin Massart) 36 36. Carte N 11-12 SITE DE ROUGE-CLOÎTRE rue du Rouge-Cloître 4 Auderghem M 5 (Herrmann-Debroux) T 44 (Auderghem-Forêt), 94 (Herrmann-Debroux) B 34 (Deux Chaussées) 72 (ADEPS/Jardin Massart) Le prieuré de Rouge-Cloître fut fondé en 1369 et devint l’un des plus importants sites monastiques de chanoines augustins en Brabant. Son nom lui viendrait d’un premier ermitage dont les murs étaient recouverts d’un enduit à base de tuiles pilées et de Roode Kluis, le terme serait devenu Roodklooster. D’autres pensent que le nom pourrait dériver d’une zone défrichée – ce qui, en néerlandais, se dit rooien ! – où fut érigé le complexe monastique. Il faut imaginer à l’époque un vaste édifice entouré d’une enceinte en pierres blanches et en briques dont certains vestiges subsistent encore aujourd’hui. Les moines s’employèrent à drainer le terrain marécageux, plantèrent des arbres fruitiers et même des vignes tout en cultivant des plantes maraî- chères, adaptant le biotope naturel à leurs besoins. À la richesse patrimoniale s’ajoute l’importance naturelle du lieu qui doit son relief singulier à l’exploitation de carrières de pierres. Des quinze étangs primitifs, il n’en reste que cinq, assortis de zones humides, dont une aulnaie inondée sillonnée de canaux, au biotope particulier, tant au niveau des insectes, que des oiseaux, des batraciens ou des poissons. À l’emplacement de l’ancienne carrière de grès calcarifère, croissent la belladone, la campanule gantelée, des orchidées ou la sanicle d’Europe. C’est pour cette raison qu’une partie du domaine a été érigée en réserve naturelle. Aux abords du prieuré, le jardin des chanoines a été recréé et la fontaine de la cour d’honneur a réapparu, reconstituée à l’identique. Frangé par les hautes frondaisons de la forêt, le RougeCloître déploie ses prairies, sa riante vallée et ses pièces d’eau, vestige bucolique aux portes de la ville. (CL 16/11/1965) Promenades guidées, samedi et dimanche à 11h, 12h, 13h, 14h, 15h et 16h (durée : 1 h). Rendezvous devant le Centre d’Art de Rouge-Cloître. Maximum 25 participants par départ. Avec la collaboration d’Itinéraires, sur les Sentiers de l’Histoire et du Centre d’Art de Rouge-Cloître. Promenades guidées expliquant comment l’intervention de l’homme, depuis le XIVe siècle, a permis le développement d’une biodiversité intéressante, dimanche à 10h (durée : 2h). Rendez-vous en face du Centre d’Art de Rouge-Cloître. Maximum 25 participants par départ. Avec la collaboration du Cercle des Guides-nature du Brabant (Cercles des Naturalistes de Belgique – CNB). WOLUWE-SAINT-LAMBERT / WOLUWE-SAINT-PIERRE / AUDERGHEM / WATERMAEL-BOITSFORT ⁄ 3 7 37. Carte N-O 11-12-13-14 FORÊT DE SOIGNES Auderghem M 5 (Herrmann-Debroux) T 44 (Auderghem-Forêt), 94 (Herrmann-Debroux) B 34 (Deux Chaussées) 72 (ADEPS/Rouge-Cloître) La forêt de Soignes, gérée conjointement par les trois Régions dont elle occupe le territoire, constitue un espace vert exceptionnel, inscrit, depuis le 7 juillet 2017 sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco, comme composante d’une série de 78 hêtraies remarquables situées dans 12 pays européens. Si elle a connu une histoire particulièrement riche, tributaire de l’évolution démographique et de l’aménagement du territoire, son relief d’origine a, par contre, été remarquablement préservé. Ainsi, sous le couvert sombre de cette hêtraie cathé- drale, la zone où marchèrent rennes et mammouths est exceptionnellement présente. C’est peut-être parce qu’elle servait de réserve de chasse aux ducs de Brabant et qu’elle a ainsi échappé très longtemps au défrichement. Malgré tout, au fil des siècles, ses lisières sont peu à peu grignotées par les villages et les communautés religieuses qui s’implantent à ses abords. Au XVIIIe siècle, la population pille les ressources de la forêt de Soignes qui souffre fortement de coupes massives orchestrées par les seigneurs locaux, en mal d’argent. Néanmoins, parallè- lement, sous la période autrichienne, un jeune architecte paysagiste originaire de Vienne, Joachim Zinner, se préoccupe de la forêt avec comme but la production rapide de bois de qualité. Il va donc s’atteler à planter en abondance et en un temps record les hêtres qui, quelques décennies plus tard, formeront la fameuse hêtraie cathédrale qui fait toujours sa renommée. Léguée à la Société générale par Guillaume I er des Pays-Bas, la forêt de Soignes est vendue et sévèrement défrichée. Léopold I er rachètera les 4.400 ha restants et en confiera la gestion à l’Administration des Eaux et Forêts. (CL 02/12/1959) Promenade «D’une forêt à l’autre» (voir encadré ci-contre). g PROMENADE D’une forêt à l’autre De tout temps, le Bruxellois a vécu à travers la forêt pourvoyeuse de richesses et bienfaits, mais aussi de mystères et refuges. Cette promenade vous invite sur les traces de nos ancêtres ayant édifié des bâtiments pour contempler, se reposer ou habiter dans l’actuel poumon vert de la Région bruxelloise. Vous marcherez sur les sentiers empruntés par les moines. On évoquera également les ducs de Brabant s’élançant au son du cor, les bandits se réfugiant dans les taillis ou encore les Autrichiens qui ont redynamisé notre forêt de Soignes, de même que CharlesAlbert et ses rêves d’une puissance retrouvée. Une invitation sur un chemin d’histoires et de légendes d’une forêt à l’autre ! A samedi et dimanche à 10h et 14h (durée : 1h30) C lieu de départ : porche de l’abbaye du Rouge-Cloître à Auderghem (fin de la promenade devant le bâtiment AXA, boulevard du Souverain 25 à Watermael-Boitsfort) – carte N-O 11-12 M 5 (Hermann Debroux) B 72 (Rouge-Cloître) I réservation obligatoire au 0499/21.39.85 ou par mail (info@e-guides.be). Maximum 20 personnes par départ. Avec la collaboration de E-Guides. 37 38. Carte L 12 CITÉ-JARDIN LE LOGIS-FLORÉAL Watermael-Boitsfort B 17-95 (Miraval) Grâce aux normes sévères imposées par la Société coopérative à la base de sa construction, la cité du LogisFloréal n’a rien perdu de son aspect primitif et apparaît comme l’une des cités-jardins les mieux conservées de notre pays. Elle s’étend sur plus de 80 ha et occupe un promontoire de 100 m d’altitude cerné par les vallées du ruisseau de Watermael et de la Woluwe. Les concepteurs du projet avaient trouvé le site des Trois Tilleuls idéal à l’implantation d’un ensemble de logements répondant à un nouveau mode de vie communautaire. L’urbaniste Louis van der Swaelmen, qui s’était imprégné de la vision rationnelle des architectes néerlandais durant son exil aux Pays-Bas, travailla en collaboration avec JeanJules Eggericx qui, de son séjour en Grande-Bretagne, avait rapporté la notion de «cité-jardin». En effet, cette dernière connaissait déjà depuis le XIXe siècle un certain succès en Grande-Bretagne, suite aux concepts développés par Ebenezer Howard. Le Logis fut commencé en 1921 et le Floréal, en 1922. Les maisons, en briques ou en bloc de cendrée, furent dotées de volets et de châssis aux couleurs vives et ceintes de coquets jardinets. Tout fut conçu pour le bien- être des futurs occupants. Une première phase de restauration a déjà permis de refaire les toitures et de repeindre les façades de 78 maisons situées dans le quartier du «Trapèze», ce qui a solutionné de graves problèmes de porosité et d’infiltrations. 38 ⁄ WOLUWE-SAINT-LAMBERT / WOLUWE-SAINT-PIERRE / AUDERGHEM / WATERMAEL-BOITSFORT 38 39 Les cheminées ont aussi été restaurées et les lucarnes disparues restituées. D’autres phases de travaux vont suivre et porteront tant sur les maisons que sur les espaces verts, très importants dans la composition du site. (CL 15/02/2001) Promenades guidées à travers la cité-jardin, permettant également de découvrir « le Chant des Cailles» et ses potagers participatifs, samedi et dimanche à 14h (durée : 2h). Rendez-vous au square des Archiducs (arrêt «Archiducs» du bus 41 à proximité de l’avenue des Archiducs). Maximum 20 participants par départ. Avec la collaboration du Cercle des Guides-nature du Brabant (Cercles des Naturalistes de Belgique – CNB). Promenade géopoétique dans le Logis à Watermael-Boitsfort (voir encadré page suivante). 39. Carte L 13 M* STUDIO LOGIS rue des Trois Tilleuls 139 Watermael-Boitsfort A sam. et dim. de 11h à 18h B 17-95 (Trois Tilleuls) En lisière de la cité-jardin du même nom, se dresse le Centre culturel et social du Logis construit entre 1930 et 1933 d’après les plans de l’architecte J.-J. Eggericx. En 1953, ce dernier dota l’immeuble d’une nouvelle entrée. L’architecte Depré, quant à lui, transforma l’arrière de la salle des fêtes en 1964. Le bâtiment, en tenaille, se compose de deux parallélépipèdes reliés par une sorte de charnière de plus faible hauteur. Les fenêtres bandeaux, les volumes simples, l’absence d’ornements, le crépi sur ossature béton et le jeu de carreaux de céramique sont autant de caractéristiques du nouveau style moderniste. L’implantation de l’ensemble s’articule par rapport au rond-point avec, dans la partie centrale, la salle de fêtes qui devait bénéficier à toute la communauté. L’immeuble fait face au rond-point des Trois Tilleuls, un lieu jadis occupé par trois ancêtres plantés au XIXe siècle et qui avaient donné son nom au quartier. Le premier dut être abattu dans les années 1970. Les deux autres le furent en 2003. Quelques mois plus tard, en 2004, trois tilleuls, déjà âgés de quinze ans, furent replantés tandis que le pourtour du rond-point a retrouvé un joli palissage arboré. Exposition «Le Logis-Floréal au temps des pionniers» (voir encadré ci-dessous). H EXPOSITION Le Logis-Floréal au temps des pionniers  Quelques cartes postales grand format et une projection de vues anciennes dans la salle de spectacle du Logis, entièrement restaurée, vous feront entrer dans le passé des cités-jardins Le Logis-Floréal. Pour les plus jeunes, une histoire visuelle du Logis-Floréal: architectes, maisons, venelles, matériaux… Rue des Funkias, Muscaris, Ibis… Mais c’est quoi tout ça? Jouez à l’apprenti botaniste et ornithologue. A samedi et dimanche de 11h à 18h C Studio Logis, rue des Trois Tilleuls 139 à Watermael-Boitsfort – carte L 13 B 17-95 (Trois Tilleuls) Avec la collaboration de l’Espace Mémoire de Watermael-Boitsfort. WOLUWE-SAINT-LAMBERT / WOLUWE-SAINT-PIERRE / AUDERGHEM / WATERMAEL-BOITSFORT ⁄ 3 9 g PROMENADE Promenade géopoétique dans le Logis à Watermael-Boitsfort Petites maisons unifamiliales. Volets et châssis de couleur verte. Rues portant des noms d’oiseaux et bordées de pelouses, de haies et de cerisiers du Japon. Dédale de chemins piétons qui sinuent entre les jardins jusqu’à des plaines de jeux abritées en cœur d’îlots et plantées d’arbres fruitiers. Anne Versailles, artiste marcheuse et géopoète, vous accompagnera au sein du Logis dans un parcours créatif. Vous recevrez une planche légère et un marqueur noir pour «cARTographier » votre parcours. Une «cartographie» sensible, à travers laquelle chacun traduit ce qui a attiré son regard, sa curiosité. L’œil est guidé vers les détails du patrimoine que l’on ne remarque que lorsqu’on prend le temps de la marche lente : la clinche d’une porte, les arabesques végé- tales d’une grille, le dessin d’un pas de porte ou celui des plantations… Sur sa planche, chacun dessine, à l’aide de traits et/ou de mots, son parcours, celui de sa propre exploration sensible et personnelle du patrimoine présent. À la fin de la promenade, les planches de tous les participants seront exposées in situ et chacun pourra alors découvrir la vision personnelle des autres. A samedi et dimanche à 14h (durée : 2h) C lieu de départ : Studio Logis, rue des Trois Tilleuls 139 à Watermael-Boitsfort – carte L 13 B 17-95 (Trois Tilleuls) I réservation souhaitée au 02/672.77.34 ou par mail (tilia@wb.irisnet.be). Maximum 25 personnes par départ. Tout public (intergénérationnel-à partir de 9 ans). Avec la collaboration de l’Espace Mémoire de Watermael-Boitsfort et le soutien de Rozenberg Bibliotheek. 40. Carte L 14 L INTERNATIONAL SCHOOL OF BRUSSELS – ANCIEN CHÂTEAU BISCHOFFSHEIM Kattenberg 19 – Watermael-Boitsfort A uniquement dim. de 10h à 17h B 17 (International School) De style néoclassique, la belle demeure aujourd’hui occupée par les bureaux de l’International School of Brussels fut construite à partir de 1854 pour l’homme politique, banquier et ami personnel de Léopold Ier, Jonathan Raphaël Bischoffsheim. Ce dernier avait acheté, quelques années plus tôt, un vaste terrain qu’il avait fait aménager en parc pour servir d’écrin à sa future résidence. Quand son fils meurt, un demi-siècle plus tard, la propriété est rachetée par Ernest Solvay et le roi Léopold II qui souhaitent la préserver des spéculateurs. Le château conserve toujours de beaux volumes tandis que la propriété qui a été dotée d’infrastructures sportives a gardé une jolie zone boisée ont été recensés plusieurs arbres remarquables dont un magnolier de Soulange, un tilleul argenté pleureur, deux chênes rouges d’Amérique, un hêtre pourpre, un chêne pédonculé et un platane à feuille d’érable. (CL 11/09/1992) Visites guidées, dimanche à 10h, 11h, 12h, 14h, 15h et 16h. Avec la collaboration d’Itinéraires, sur les sentiers de l’Histoire et de Klare Lijn. 40 41 40 ⁄ WOLUWE-SAINT-LAMBERT / WOLUWE-SAINT-PIERRE / AUDERGHEM / WATERMAEL-BOITSFORT 41. Carte L 14 DOMAINE DES SILEX chemin des Silex 10 Watermael-Boitsfort B 17 (Étangs de Boitsfort) Autrefois connu sous le nom de « Nieuwenvijver », le Domaine des Silex est une ancienne propriété du roi Léopold II qui en fit don à l’État en 1901 et qui appartient aujourd’hui à la Donation royale. Depuis 1999, la Commission ornithologique de Watermael-Boitsfort (COWB) s’attèle à restaurer la biodiversité du site. L’étang d’un hectare, dont les berges ont été reprofilées, a été vidangé tandis que le ruisseau du Vuilbeek a été remis à ciel ouvert. Une berge avec nichoirs a même été aménagée à l’attention du martin-pêcheur qui fréquente la pièce d’eau comme les grèbes huppés et castagneux ou les canards mandarins. Quant aux rousserolles effarvattes, elles nichent volontiers dans la roselière. Un mur «de sable» a été créé pour les hirondelles de rivage, et les surfaces de pelouses tondues ont été réduites au minimum, au profit de prairies à hautes herbes, fauchées une à deux fois l’an, permettant la réapparition de plantes et fleurs sauvages qui attirent insectes et autres volatiles. Depuis 2008, le Domaine des Silex a été doté d’un sentier botanique didactique avec des fiches informatives en quatre langues. Début 2017, 174 espèces d’oiseaux y ont été recensées. (CL 18/11/1993) Promenade à travers le site, samedi et dimanche à 11h, 14h et 16h (durée : 1h). Rendez-vous devant la grille à l’entrée du Domaine, chemin des Silex 10 à Watermael-Boitsfort. Maximum 25 personnes par départ. Exposition de photographies sur la biodiversité que l’on peut observer sur le site et exposition de cartes postales anciennes sur l’histoire du quartier des étangs de Boitsfort, accessibles à la fin de chaque promenade. Avec la collaboration de la Commission ornithologique de Watermael-Boitsfort (COWB). 42 42. Carte K-L 14 L* PARC TOURNAY-SOLVAY chaussée de La Hulpe/ avenue de la Foresterie Watermael-Boitsfort T 94 (Delleur) B 17 (Étangs de Boitsfort) À l’orée de la forêt de Soignes, le parc Tournay-Solvay s’étend sur près de 7 ha, offrant un espace vert pittoresque d’une rare qualité. La propriété appartenait autrefois à Alfred Solvay qui y fait construire en 1878 un castel d’inspiration néo-Renaissance flamande. Toutefois, il faut attendre 1911 pour que l’aménagement du parc soit confié à l’architecte-paysagiste Jules Buyssens. Ce dernier a tiré parti du relief au dénivelé plongeant. Il conçoit un remarquable parc paysager de style anglais aux perspectives inattendues doté également d’endroits plus intimes. La partie haute compte de vastes pelouses plantées d’arbres splendides dont certains spécimens classés comme un noisetier de Byzance, un cèdre du Liban, un tilleul du Caucase, un cornouiller du Japon ou des tsugas du Canada. Les sentiers plongent ensuite vers une ancienne zone marécageuse, sa végétation caractéristique des zones humides et ses deux pièces d’eau, maillons d’une chaîne d’étangs avec celui des Enfants noyés en amont et celui de Boitsfort en aval. À cet endroit a été aménagée une rocaille maçonnée en grès bruxellien d’où coule l’eau d’une source. Des passerelles en ferrociment imitant des branches d’arbre assemblées les unes aux autres dans un jeu de croisillons irré- guliers relient les différentes parties du parc entre elles. De faux rochers accentuent l’aspect pittoresque de certains endroits de la propriété où l’on rencontre aussi des champignons moulés et une ancienne glacière. Sur l’autre versant, un verger aux herbes hautes accueille des arbres fruitiers et mène à un potager clos à l’ancienne. Soucieuse de préserver l’ensemble, la commune a racheté la propriété en 1980. (CL 18/11/1993) Parcours familial à la découverte de la réserve naturelle des Enfants noyés, des vestiges néolithiques et du parc TournaySolvay, samedi à 11h et 14h (durée : 1h30). Rendez-vous devant la gare de Boitsfort, chaussée de La Hulpe 195. Maximum 15 personnes par départ. Avec la collaboration des Amis de la Forêt de Soignes. Promenade «Le parc TournaySolvay, un parc méconnu ?» (voir encadré page suivante). WOLUWE-SAINT-LAMBERT / WOLUWE-SAINT-PIERRE / AUDERGHEM / WATERMAEL-BOITSFORT ⁄ 4 1 43. Carte K 13 M* IMMEUBLE DE BUREAUX – ANCIEN SIÈGE PRINCIPAL DE GLAVERBEL chaussée de La Hulpe 166 Watermael-Boitsfort A sam. et dim. de 11h à 17h (dernière entrée à 16h15) I accès uniquement par visites guidées (groupes de 20 personnes) T 94 (Boitsfort Gare) De plan annulaire, avec un diamètre moyen de 85 m, l’ancien siège principal de Glaverbel est bien connu du public bruxellois qui le considère souvent, et à juste titre, comme l’un des édifices les plus réussis dans son genre. Érigé entre 1963 et 1967 dans une nouvelle zone réservée à l’implantation de bureaux et de sièges de sociétés, il est l’œuvre des architectes Renaat Braem, Pierre Guilissen, André Jacqmain et Victor Mulpas. Ces derniers ont choisi de développer le concept de la façaderideau, composée, dans ce cas, d’une superposition d’anneaux en béton revêtu de croûtes de pierre bleue et de châssis métalliques sans traverses horizontales. À l’époque, les concepteurs se sont déjà souciés d’écologie, car si le plan du bâtiment a permis une occupation harmonieuse du site et facilité son intégration au voisinage, il s’est aussi implanté en respectant les arbres déjà présents. Entouré d’un parc, l’ancien siège de Glaverbel renferme également en son centre un espace gazonné ponctué de massifs et de frondaisons. Visites guidées en continu (dernier groupe à 16h15). Avec la collaboration d’Arkadia et de Korei. g PROMENADE Le parc Tournay-Solvay, un parc méconnu ? Situé en lisière de la forêt de Soignes, le parc Tournay-Solvay compte parmi les plus beaux parcs de Bruxelles. Lors de cette promenade accompagnée, vous découvrirez notamment son jardin à l’anglaise, mais aussi le château de style néo-Renaissance flamande qui y fut construit en 1878 par Ernest Solvay alors proprié- taire du domaine. Aujourd’hui, ruine romantique assaillie par la végétation, il participe au charme incontestable du parc. A samedi et dimanche à 11h et 14h (durée : 2h) C lieu de départ : à l’entrée du parc, drève des Deux Montagnes (prolongée par le chemin du Silex) à Watermael-Boitsfort – carte K-L 14 B 17 (International School) I réservation obligatoire au 02/319.45.60 (du lundi au vendredi de 9h à 13h). Maximum 25 personnes par départ. Avec la collaboration d’Arkadia. 43 42 ⁄ WOLUWE-SAINT-LAMBERT / WOLUWE-SAINT-PIERRE / AUDERGHEM / WATERMAEL-BOITSFORT WOLUWE-SAINT-LAMBERT / WOLUWE-SAINT-PIERRE / AUDERGHEM / WATERMAEL-BOITSFORT ⁄ 4 3 CONCOURS PHOTOGRAPHIEZ VOTRE PATRIMOINE ! WEDSTRIJD FOTOGRAFEER U W E R F G O E D ! Règlement et inscription : www.patrimoine.brussels Reglement en inschrijving : www.erfgoed.brussels Photos réalisées dans le cadre du concours «Et vous? Comment voyez-vous le patrimoine bruxellois?» / Foto’s gerealiseerd in het kader van de wedstrijd “En u? Hoe ziet u het Brussels erfgoed?” (2015-2016) Éd. resp. / Verantw. uit.: Th. Wauters, RBC-DMS, rue du Progrès 80 – 1035 Bruxelles / BHG-DML, Vooruitgangstraat 80 – 1035 Brussel – Design by Kaligram Aff-ConcoursPhoto.indd 1 14/02/17 11:09 Bogaerts International School – Domaine de Latour de Freins 62 44 ⁄ IXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / UCCLE IXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / UCCLE 44. Carte J-K 13-14 L ANCIEN HIPPODROME D’UCCLE-BOITSFORT chaussée de la Hulpe 51 – Uccle A sam. et dim. de 10h à 18h T 94 (Hippodrome) C’est à l’initiative de la Société d’Encouragement des races de chevaux et du développement des Courses en Belgique que le projet d’un hippodrome prend forme, à l’orée de la forêt de Soignes. L’État donne son autorisation pour que les travaux commencent en 1875 et les plans sont confiés à l’architecte paysagiste Édouard Keilig, déjà auteur du tracé du bois de la Cambre et du parc de Laeken. D’inspiration néo-Renaissance flamande, la grande tribune présente des façades alternant bandes de couleur claire et briques. Par contre, la petite tribune s’apparente plutôt au style éclectique. En 1900, un autre architecte, François Kips, conçoit les écuries et le bâtiment du Pesage, là où s’effectue le contrôle de poids des jockeys. Entre 1941 et 1951, l’aménagement du site se poursuit, avec l’intervention de l’architecte Breydel, par la construction de la porte d’entrée, des guichets, de la tour de départ et des halles des parieurs, notamment. La dernière course eut lieu en 1995. Après une période de déshérence à la fin des activités hippiques, l’hippodrome est devenu propriété de la Région de Bruxelles-Capitale. Il est au centre d’une vaste opération de réhabilitation et de restauration des bâtiments remarquables, pilotée par la Société d’Aménagement urbain, et d’un projet d’aménagement en parc de loisirs actifs respectueux de l’environnement, mené par un concessionnaire privé : DROH!ME Melting Park. (CL 11/09/1992). Visites guidées, samedi et dimanche dès 10h. Expositions et chasse aux trésors de la nature autour de l'anneau de course (pour les enfants). Restauration possible sur place (food trucks, buvettes…). Atelier vélo. 44 45 45. Carte J 13 L THÉÂTRE ROYAL DU PERUCHET avenue de la Forêt 50 – Ixelles A uniquement sam. de 14h à 18h T 25-94 (Boondael Gare) B 41 (Boondael Gare) Fondé en 1929, le Théâtre du Peruchet crée une académie de la marionnette en 1940 et est, en 1958, dans le sillage de l’Exposition universelle de Bruxelles, à l’origine d’un festival international. L’expérience sera répétée en 1969, 1970 et 1971 et les marionnettistes du monde entier convergeront vers la capitale belge. Actuellement, l’institution joue plus de 100 spectacles par an, perpétuant à un haut niveau l’art de la marionnette. Vestige du passé rural d’Ixelles, l’ancienne fermette dans laquelle s’est installé, en 1968, le Théâtre du Peruchet daterait de la fin du XIXe siècle, voire au plus tard du début du XXe siècle. Affectant un plan en forme de L, le bâtiment a gardé son aspect d’antan avec ses façades en briques chaulées et ses soubassements goudronnés. Il se compose d’un corps de logis et d’une écurie qui a conservé des mangeoires et qui accueille aujourd’hui la salle où ont lieu les spectacles de marionnettes. Deux autres mangeoires ont subsisté dans la cour pavée. Le lieu abrite également le Musée international de la Marionnette, créé en 1938, où se côtoient près de 4.000 marionnettes originaires du monde entier. IXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / UCCLE / 45 46. Carte J 11 K* CIMETIÈRE D’IXELLES chaussée de Boondael 478 – Ixelles A sam. et dim. de 8h à 18h B 71-72-95 (Cimetière d’Ixelles) La commune d’Ixelles fait aménager le cimetière de la chaussée de Boondael en 1877. Edmond Le Graive et Louis Coenraets conçoivent un plan rayonnant à partir d’un rond-point planté de cyprès. Une grande avenue arborée, rappelant l’antique Via Appia, démarre de l’entrée monumentale. Plus loin, un second rond-point précède la pelouse d’honneur. Au fil des allées, on découvrira, à l’ombre d’aulnes à feuilles cordées, de thuyas du Pacifique, de frênes pleureurs ou de marronniers aux frondaisons impressionnantes, les mausolées et les sépultures de notabilités de la 46 g PROMENADE Le monde du silence Protégé par un mur de 800 m, le cimetière d’Ixelles est aménagé, en 1877, pour remplacer le précédent devenu trop exigu. Organisé en plan rayonnant autour d’un espace planté de cyprès, on y trouve aussi un carré d’honneur militaire veillé par de grandes statues de soldats. Les nombreuses personnalités artistiques, scientifiques et autres qui y sont enterrées sont le reflet de la diversité très riche d’Ixelles : Victor Horta y repose non loin de Jules Brunfaut et de Paul Saintenoy. Des mausolées d’une grande qualité artistique portent la signature d’artistes renommés comme Eugène Simonis et Victor Horta. Nature et œuvres d’art s’associent pour proposer dans ce lieu de silence un témoignage extraordinaire du foisonnement culturel de la commune. A samedi et dimanche à 10h et 14h (durée : 2h) C lieu de départ : entrée du cimetière, chaussée de Boendael 478 à Ixelles – carte J 11 B 71-72-95 (Cimetière d’Ixelles) I réservation obligatoire au 0499/21.39.85 ou par mail (info@e-guides.be). Maximum 20 personnes par départ. Avec la collaboration de E-Guides. H CONFÉRENCE Les jardinets en façade à rue À partir de la fin du XIXe siècle, la planification de zones de recul par rapport à la voirie publique se développe dans le cadre des nouveaux lotissements. Hormis le traitement miné- ral de l'accès à la porte d'entrée et plus tard, au garage, ces espaces très largement plantés forment de véritables petits jardins en façade à rue. Ils présentent de nombreux atouts urbanistiques et architecturaux : augmentation de la largeur entre les fronts bâtis de part et d'autre de la voirie, gain de lumière naturelle dans la rue et à l’intérieur des bâtiments, mise en valeur de l'architecture… Du jardinet clos par des grilles décorées en fer forgé à la simple pelouse, l'aménagement de la zone de recul varie au fil du temps, des constructions et des quartiers. La pérennité du bon aménagement de ces espaces fait l'objet d'une attention toute particulière de la part des pouvoirs publics. A samedi à 18h C Fondation CIVA, rue de l’Ermitage 55 à Ixelles – carte H 10 T 81-93-94 (Bailli) B 54 (Bailli) I réservation obligatoire par téléphone au 02/227.42.69 (du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 14h à 16h). Avec la collaboration de Ann Voets et de Homegrade. commune, mais aussi d’artistes qui furent inhumés ici. Le caveau de la famille Van Steenkiste se distingue par son sarcophage en pierre imitant le rocher, un parti choisi par les familles Van Adenhove et Van Schouteden ou par le général baron Eugène van Rode, attiré par cette allusion à la nature intemporelle. La tombe de Constantin Meunier ressemble, quant à elle, à un bloc de pierres à peine équarri. Enfin, une gracieuse guirlande de lierre, un végétal toujours vert qui symbolise souvent l’immortalité, décore le tombeau d’Armand Huysmans, qui fut échevin et bourgmestre d’Ixelles entre 1929 et 1935. (CL 15/09/2016) Promenade «Le monde du silence» (voir encadré ci-dessous). 46 ⁄ IXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / UCCLE 47 47. Carte I 9 L IMMEUBLE rue du Trône 216 – Ixelles A sam. et dim. de 10h à 18h (dernière entrée à 17h15) I accès uniquement par visites guidées (groupes de 15 personnes) B 38-60-95 (Blyckaerts) Typique du style néoclassique à Bruxelles, cet édifice fut construit en 1868 par l’architecte Louis De Curte, comme sa demeure personnelle. De Curte est notamment l’auteur du mausolée néogothique érigé à Laeken à la mémoire du roi Léopold Ier. Ce bâtiment forme un ensemble avec l’immeuble voisin, au 218. Sa façade est ornée de guirlandes feuillagées situées au niveau des baies. L’intérieur a conservé un riche décor d’origine. Ainsi, dans le hall, le départ d’escalier figure un fût tronqué cannelé émergeant d’un réseau de feuilles d’acanthe. Une rampe en fer forgé suit les degrés qui, sur le palier, sont éclairés par une verrière figurant un treillis peint d’oiseaux et de motifs végé- taux. Elle donne accès à un jardin d’hiver en demi-lune entièrement vitré aux montants métalliques décorés. Certains salons présentent encore une remarquable décoration stuquée avec plafond compartimenté en caissons délimités par une succession de rosaces. Des éléments feuillagés strient joliment d’importantes corniches qui confèrent une certaine majesté à l’ensemble. Visites guidées en continu (dernier groupe à 17h15). Avec la collaboration de l’Atelier de Recherche et d’Action Urbaines (ARAU) et de Pro Velo. Exposition de photos anciennes. J Visites guidées en langue des signes, samedi à 16h et dimanche à 14h et 16h. Avec la collaboration de l’association Arts et Culture. g PROMENADE La nature à Ixelles Partant du plateau oriental d’Ixelles, cette promenade vous réservera bon nombre de découvertes. Vous vous mettrez en quête de la nature dans un des quartiers les plus densément peuplés de la Région. Les premiers hectomètres seront paisibles, car entre les tours de l’Union européenne, vous ne relèverez que l’un ou l’autre frêle arbre planté dans une jardinière. Mais un peu plus loin, vous découvrirez le parc Léopold, peuplé d’arbres majestueux et même de pelouses fleuries. Ici, le contraste entre ville et nature est saisissant. En redescendant du plateau après avoir visité une série de parcs miniatures, vous arriverez dans la vallée du Maelbeek avec ses majestueux étangs de pêche aujourd’hui entourés de jardins, de hauts arbres et d’une architecture prestigieuse datant du XIXe siècle. À l’extrémité des étangs, vous constaterez, à la vue de l’abbaye (XIIe siècle) et du parc de la Cambre, que le paysage urbain réserve bien des surprises. Vous achèverez votre promenade sur l’avenue Louise d’où vous admirerez le panorama sur l’abbaye et la vallée du Maelbeek. A samedi et dimanche à 10h et 14h (durée : 2h) C lieu de départ : devant l’ancienne gare, place du Luxembourg à Bruxelles-Extensions (fin de la promenade à l’avenue Louise) – carte I 9 B 21-27-34-38-64-80-95 (Luxembourg) I réservation obligatoire au 0499/21.39.85 ou par mail (info@e-guides.be). Maximum 20 personnes par départ. Uniquement en néerlandais. Avec la collaboration de E-Guides. IXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / UCCLE / 47 49. Carte I 10 ÉTANGS D’IXELLES Ixelles T 81 (Flagey) B 38-60 (Flagey), 71 (Étangs d’Ixelles) Le ruisseau du Maelbeek, qui prenait sa source non loin des bâtiments conventuels de l’abbaye de la Cambre, est aujourd’hui partiellement canalisé et, des sept étangs qu’il formait, il ne reste plus que les deux vastes pièces d’eau que nous connaissons aujourd’hui sous le nom des étangs d’Ixelles. La première, qui couvrait autrefois l’actuelle place Flagey, fut en partie asséchée vers 1860. La deuxième découle de la réunion des étangs Pennebroeck et Ghé- vaert. L’ingénieur Victor Besme amé- nagea tout le quartier en 1871 et leur donna la configuration pittoresque qui reflète le goût de l’époque pour les parcs paysagers à l’anglaise. Pas moins de 59 arbres remarquables ont été recensés aux abords des étangs, dont de beaux ensembles de platanes, de tilleuls argentés, d’érables et de peupliers. Classé depuis 1976, le site s’enorgueillit d’un ensemble de sculptures et d’une grande rocaille, récemment restaurée, dont les rochers factices, les ruines et la colonne tronquée servent de cadre à une cascade hydraulique unique à Bruxelles. (CL 18/11/1976) Promenades «Une grotte enchanteresse sur le site classé des étangs d’Ixelles» et «Nature et architecture, une autre perception de l'espace» (voir encadrés ci-contre). 48 48. Carte I 11 L MUSÉE DES ENFANTS – ANCIEN HÔTEL CANONNE rue du Bourgmestre 15 – Ixelles I accès gratuit au musée uniquement par les visites guidées B 71 (Geo Bernier) Depuis 1984, le Musée des Enfants occupe un bel hôtel particulier érigé en 1914 à la demande d’Edmond Canonne, tailleur et chapelier bruxellois. De style Beaux-Arts, il marie avec grandiloquence la pierre blanche à la brique orangée. En 1923, le bâtiment est acheté par l’ingénieur Lambert Jadot qui fait élever le bâtiment à front de rue. C’est finalement la commune d’Ixelles qui devient propriétaire de l’ensemble en 1967. Transformé en Maison des Jeunes, l’hôtel de Canonne sera ensuite affecté au Musée des Enfants fondé par Kathleen Lippens en 1975. Toutes les expositions qui s'y déroulent sont créées, imaginées et construites par l'équipe du musée et s'intègrent parfaitement dans le décor d'origine du lieu. Ce dernier a, par ailleurs, conservé des dépenH EXPOSITION Le thème floral dans les sgraffites L’analyse détaillée des sgraffites aboutit à l’observation d’un type bien précis de répertoire iconographique. Étant donné leur rapport étroit avec l’Art nouveau, les artistes décorateurs vont manipuler avec allégresse le monde végétal et floral sous toutes ses formes. Au départ d’une simple tige, ils déploient avec fougue un amas de courbes et contre-courbes s’agençant selon une symétrie stricte. Les artistes sgraffiteurs vont ainsi s’inspirer d’un monde qui leur est proche, facile à observer, à étudier, en éternel mouvement… Parmi les motifs choisis, ils abordent les thèmes des saisons, des variétés de fleurs. Ces différents éléments végétaux se présentent sous formes de frises, de guirlandes, de gerbes…, soulignant les impostes, les allèges des fenêtres… et habillant l’architecture telle une enluminure ornant les lettres d’un livre. Un art à découvrir lors de cette exposition. A samedi et dimanche de 10h à 17h C lieu de départ : rue des Champs-Élysées 72 à Ixelles – carte H 10 T 81 (Dautzenberg) Avec la collaboration du Groupe d’Études et de Recherches Peintures murales – Sgraffites culturels (G.E.R.P.M-S.C). dances et un parc en intérieur d’îlot apprécié des plus petits qui profitent volontiers des branches basses d’un impressionnant if commun repris à l’inventaire des arbres remarquables. (CL 18/02/2016) Visites guidées permettant d’accéder au musée, samedi à 14h et 16h. Réservation obligatoire au 0493/50.40.60 ou par mail (info@klarelijn.be). Maximum 15 personnes par départ. Avec la collaboration de Klare Lijn. 48 ⁄ IXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / UCCLE 49 g DÉCOUVERTE Une grotte enchanteresse sur le site classé des étangs d’Ixelles Les parcs et jardins paysagers et pittoresques deviennent un véritable phénomène au XIXe siècle. Les étangs d’Ixelles s’inscrivent dans ce mouvement de verdurisation venant enrichir le processus d’urbanisation en pleine éclosion. Construite en 1876 sur le site des étangs par l’entreprise de construction Blaton-Aubert, spécialisée à l’époque dans les ornements de jardins, la grotte artificielle constitue un élément de composition dans l’aménagement du site. C’est Edouard Keilig (1827-1895), horticulteur et architecte des jardins de formation, qui la conçoit. Fait rare, la rocaille est surmontée d’un temple en construction, laissant place à la libre interprétation de cette symbolique poétique. L’aménagement du bois de la Cambre, le parc de Laeken, l’embellissement du domaine de Tervueren, etc. sont également l’œuvre de Keilig. Les étangs sont classés comme site depuis 1976. A samedi à 10h30 et dimanche à 16h (durée : 1h) C lieu de départ : square du Souvenir à Ixelles – carte I 10 B 71 (Étangs d’Ixelles) I réservation souhaitée au 02/515.67.48, par sms (0477/25.01.47) ou par mail (patrimoine@ixelles.be). Avec la collaboration du Service Patrimoine de la commune d’Ixelles g PROMENADE Nature et architecture, une autre perception de l’espace La nature se révèle une source inépuisable d’inspiration. Au XIXe siècle, cet intérêt sera vivifié par la découverte de l’art japonais. L’usage d’une ligne fluide pour lier les différents plans va développer une nouvelle sensibilité. Cette promenade mettra l’accent sur le dialogue constant entre nature et architecture, tant dans les matériaux de construction que dans l’aménagement et la perception de l’espace et dans l’ornementation. Elle se terminera à la rue des Champs-Élysées 72, où le visiteur pourra apprécier une exposition de photographies illustrant la variété du thème floral et végétal dans les sgraffites. A samedi et dimanche à 15h (durée : 1h30) C lieu de départ : square du Souvenir à Ixelles – carte I 10 B 71 (Étangs d’Ixelles) Avec la collaboration du Groupe d’Études et de Recherches Peintures murales – Sgraffites culturels (G.E.R.P.M-S.C). IXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / UCCLE / 49 de la Cambre. Les versants arborés dissimulent quelque peu l’abbaye qui se découvre mieux du sommet de la partie supérieure. Composés de cinq terrasses successives, de pelouses tirées au cordeau et de buis taillés, ceux-ci s’inspirent de l’esprit classique français. Si la terrasse supé- rieure a disparu suite au tracé de l’avenue De Mot, les autres forment g PROMENADE La Cambre : du cloître au Longchamp fleuri Qui, à Bruxelles, ne connaît pas le bois de la Cambre ? Mais surtout, combien connaissent sa véritable histoire ? Aujourd’hui destination incontournable les jours ensoleillés, ce vestige de l’ancienne forêt de Soignes a été aménagé, par la Ville de Bruxelles, en parc de promenade romantique au milieu du XIXe siècle. Les travaux furent confiés à l’architecte saxon Edouard Keilig qui conserva l’essentiel de son aspect bucolique ainsi que la topographie. Avec ses nombreuses anecdotes, monuments et lieuxdits, la découverte de ce poumon vert est essentielle à la compréhension de l’histoire du développement de Bruxelles. La promenade débutera à l’entrée de l’abbaye de la Cambre, et s’enfoncera ensuite par les drèves, sentiers et chemins pour finir sur l’avenue Louise. A samedi et dimanche à 10h30, 14h et 16h (durée : 1h30) C lieu de départ : devant l’entrée de l’église de la Cambre, abbaye de la Cambre à Ixelles/Bruxelles-Extensions – carte I 11 T 93-94 (Abbaye) B 71 (Étangs d’Ixelles) I réservation obligatoire 0487/60.82.52 (du lundi au vendredi de 14h à 18h). Maximum 25 personnes au départ. Avec la collaboration de Bruxelles Bavard. 50. Carte I 11 JARDINS DE L’ABBAYE DE LA CAMBRE avenue Émile De Mot/rue du Monastère/avenue Émile Duray Bruxelles-Extensions/Ixelles T 93-94 (Abbaye) B 71 (Étangs d’Ixelles) Fondée en 1201 dans la vallée du Maelbeek, l’abbaye de la Cambre, après être passée de propriétaire en propriétaire, est finalement prise en charge par la commune d’Ixelles et la Ville de Bruxelles. L’espace vert qui cerne les bâtiments conventuels est alors en piteux état. Sa restauration est confiée, à partir de 1930, à l’architecte paysagiste Jules Buyssens. Aménagés «à la française» vers 1720, les jardins abbatiaux couvrent environ 5 ha. Dans la partie basse, un vivier cerné de massifs et de bosquets sert de havre à une faune variée qui se partage entre les étangs d’Ixelles et le lac tout proche du bois encore une perspective imposante dont l’axe est l’escalier monumental de style Louis XIV qui mène, palier par palier, jusqu’à l’abbaye. Au fil du parc, on découvrira un cèdre bleu de l’Atlas, un ailante glanduleux, un catalpa d’une circonférence de 3 m ou un intéressant ginkgo biloba «pendula». (CL 30/03/1989) Promenades «Les jardins de l’abbaye de la Cambre, l’art des jardins à la française», samedi à 16h et dimanche à 17h30 (durée : 1h30). Rendez-vous devant le mémorial du Lieutenant-Général Dossin de Saint-Georges (entrée de l’abbaye) square de la CroixRouge à Ixelles. Réservation souhaitée au 02/515.67.48, par sms (0477/25.01.47) ou par mail  (patrimoine@ixelles.be). Avec la collaboration du Service Patrimoine de la Commune d’Ixelles Visite-découverte de la faune et de la flore des jardins, dimanche à 14h (durée : 2h). Rendez-vous au bord de la pièce d’eau (côté sud – accès par l’avenue Duray). Maximum 25 participants par départ. Avec la collaboration du Cercle des Guides-nature du Brabant (Cercles des Naturalistes de Belgique – CNB). Promenade «La Cambre : du cloître au Longchamp fleuri » (voir encadré ci-contre). 50 50 ⁄ IXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / UCCLE 51 52 51. Carte I 11 L* ÉGLISE ABBATIALE NOTREDAME DE LA CAMBRE abbaye de la Cambre 11 Ixelles/Bruxelles-Extensions A sam. de 10h à 17h dim. de 13h30 à 17h45 T 94 (Abbaye), 7-94 (Cambre-Étoile) B 71 (Geo Bernier) Au début du XIIIe siècle, le duc de Brabant, Henri I er, favorisa la création d’une abbaye de femmes affiliée à l’ordre de Cîteaux (dès 1232). De nombreuses donations permirent d’agrandir sans cesse le domaine, mais aussi le complexe architectural de l’abbaye qui vit défiler, durant près de 600 ans, 41 abbesses. Le complexe, avec son église qui remonte au XIVe siècle, est le dernier du genre à avoir subsisté en région bruxelloise. Il s’était implanté à la lisière de la forêt 52. Carte I 11 L MAISON ERNEST BLEROT rue de Belle-Vue 46 Bruxelles-Extensions A sam. et dim. de 10h à 17h (dernière entrée à 16h15) I accès uniquement par visites guidées (groupes de 15 personnes) T 93-94 (Abbaye) Propagateur enthousiaste de l’Art nouveau, l’architecte Ernest Blerot a laissé nombre de témoignages de son inventivité et de son sens de la décoration à Ixelles ou à Saint-Gilles où il fut chargé de concevoir des rues, voire des quartiers entiers. Il juxtaposait ainsi des façades différentes comme à la rue de Belle-Vue où il a signé notamment les nos 30, 32, 42, 44 et 46. Le 46, précisément, qui lui servira de demeure, conserve une ornementation florale particulièrement raffinée. Ainsi, des sgraffites figurant des marguerites s’épanouissent au niveau de la baie d’imposte aveugle, du tympan de la grande fenêtre du deuxième niveau mais aussi sous la corniche à modillons, en alternance cette fois avec les feuilles découpées et les fleurs jaunes de pissenlits. D’élégants iris décorent les vitraux de la baie du premier niveau mais aussi l’impressionnante ouverture oblongue pardessus la porte d’entrée qui monte à l’assaut des étages et éclaire la cage d’escalier. La végétalisation des élé- d’alors, dans une cuvette qui accentuait son isolement, à l’écart des grandes chaussées de l’époque mais à proximité d’un point d’eau, essentiel pour la survie de ses occupantes. Un chemin tortueux baptisé le voetwegh donnait accès à l’abbaye, desservie plus tard, de l’autre côté, par une voie carrossable pour acheminer les vivres cultivées dans les terrains proches cédés par le duc de Brabant. Les moniales disposaient également d’un moulin, d’un droit de pêche sur les étangs voisins et d’un droit de pacage sur le bétail des environs. L’église est le seul édifice d’origine de l’ensemble. De style ogival, elle se compose d’une nef unique longue de 54 m avec abside pentagonale. On lui adjoignit un porche d’entrée au XVIIIe siècle. (CL 30/06/1953 et 06/05/1993) Cloître et jardin du cloître accessibles. Concert de l’ensemble vocal Kairos, dimanche à 17h45. ments se manifeste également au niveau des fers forgés, qu’il s’agisse des deux consoles supportant la logette, du garde-corps de la fenêtre du dernier niveau ou de la rampe de l’escalier intérieur aux inflexions d’une souplesse vertigineuse, véritable hommage à Mère Nature. Visites guidées en continu (dernier groupe à 16h15). Avec la collaboration de E-Guides et de Klare Lijn. Exposition de photographies mettant l’accent sur la présence du thème floral dans les réalisations architecturales d’Ernest Blerot. Avec la collaboration du Groupe d’Études et de Recherches Peintures murales – Sgraffites culturels (G.E.R.P.M-S.C). IXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / UCCLE / 51 53. Carte H 10 L PARC FAIDER rue Faider 86 – Ixelles T  81-93-94 (Bailli) B 54 (Bailli) La surprise est au rendez-vous après avoir franchi la porte cochère du 86 de la rue Faider. Le parc éponyme déploie ses pelouses et ses frondaisons en intérieur d’îlot, offrant un écrin de verdure inespéré dans ce quartier très urbanisé d’Ixelles. Il fut créé dans les années 1980 par une initiative communale qui prôna le remembrement de quatre jardins de maisons de l’avenue Paul-Émile Janson. Jusqu’il y a peu, le parc conserva un arbre qui aurait été planté vers 1900 par Buffalo Bill, de passage à Bruxelles avec son spectacle. Animé par un collectif citoyen, cet espace vert est très apprécié des habitants du quartier. g PROMENADE L’avenue Louise, une belle plante fin de siècle Jusqu’au XIXe, Bruxelles s’arrêtait aux frontières de la deuxième enceinte, que suit aujourd’hui le tracé de la petite ceinture. L’urbanisation massive liée à l’explosion démographique de la capitale de ce nouveau pays, la Belgique, réduit rapidement la place laissée à la nature. L’intervention de Léopold II et de son fidèle architecte urbaniste Victor Besme permet d’aménager des espaces verts et de créer des axes de circulation, dont l’avenue Louise est un exemple emblématique. Axe fondamental de la mobilité contemporaine, elle n’a pas toujours été une autoroute urbaine. Autrefois promenade arborée opportunément scandée par les jardins du Roi, elle menait les élégantes et élégants de la Belle Époque jusqu’à la lisière du bois de la Cambre à travers un nouveau quartier aux demeures prestigieuses. Une plongée dans la suave sophistication du riche passé de Bruxelles qui marquera les esprits. A samedi et dimanche à 10h30, 14h et 16h (durée : 1h30) C lieu de départ : au carrefour entre l’avenue Louise et la rue Lesbroussart, sur la bande centrale piétonnière, face au 196A de l’avenue Louise à Bruxelles-Extensions – carte H 10 T 81-93-94 (Bailli) B 54 (Bailli) I réservation obligatoire 0487/60.82.52 (du lundi au vendredi de 14h à 18h). Maximum 25 personnes au départ. Avec la collaboration de Bruxelles Bavard. Promenades «Le parc Faider, îlot de verdure dynamisé par des initiatives citoyennes», samedi à 17h30 et dimanche à 10h30 (durée : 1h). Rendez-vous rue Faider 86 à Ixelles. Réservation souhaitée au 02/515.67.48, par sms (0477/25.01.47) ou par mail (patrimoine@ixelles.be). Avec la collaboration du Service Patrimoine de la commune d’Ixelles. 53 g VISITEDÉCOUVERTE Derrière les façades… S’étendant de la porte Louise au bois de la Cambre, l’avenue Louise est aujourd’hui encore l’une des avenues les plus réputées de la capitale. Autrefois promenade arborée, on y trouve encore de nos jours bon nombre de bâtiments prestigieux. Mais, que se cache-t-il derrière ses façades ? Une visite-découverte qui ne vous laissera pas de marbre… A dimanche à 10h, 10h40, 11h, 11h40, 12h, 12h40 et 13h C avenue Louise 346 à BruxellesExtensions – carte I 11 T 93-94 (Vleurgat) B 38-60 (Vleurgat) I réservation obligatoire au 02/319.45.60 (du lundi au vendredi de 9h à 13h). Maximum 10 personnes par départ. Avec la collaboration d’Arkadia. 54. Carte H 11 L* PARC TENBOSCH chaussée de Vleurgat/ rue des Mélèzes/rue Hector Denis Ixelles B 38 (Van Eyck) Petit havre de paix et de verdure dans un quartier fortement urbanisé, le parc Tenbosch se déploie sur 3 ha. Un tiers du terrain faisait autrefois partie d’une propriété achetée en 1885 à une époque où le lieu se situait encore en pleine campagne. En 1902, Louis et Élisa Semet-Solvay reprennent le domaine doté entretemps d’un château. C’est à leur fils Jean-Louis que nous devons l’aspect actuel du parc Tenbosch. Dendrologue passionné, ce dernier acquiert bientôt des parcelles adjacentes et agrandit un jardin qu’il plante de nombreuses essences exotiques, conseillé par le jardinier Hector Noyer et les pépinié- ristes anglais Hillier. Le parc où l’on 52 ⁄ IXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / UCCLE g PROMENADE Parcs discrets et rêve de roi Le quartier Louise-Tenbosch, que l’on croit bien connaître, abrite de petits parcs discrets en intérieurs d’îlots, points verts d’une commune densément bâtie. Près de l’avenue Louise à Ixelles s’étirent, par exemple, les allées du très beau parc Tenbosch, arboretum le plus riche en espèces rares de la région bruxelloise, refuge de nombreux oiseaux et squatté par des conures veuves ou autres perruches à collier. Outre cette ancienne propriété, dont l’unique vestige est occupé par l’ambassade de l’Inde, cette promenade vous emmè- nera à la découverte de la flore et de la faune sculptées sur les façades de style Art nouveau ou Beaux-Arts et se terminera au Jardin du Roi, parc «à la Française» voulu par Léopold II comme fenêtre panoramique sur le site des étangs d’Ixelles lors de l’aménagement de l’avenue Louise. A samedi à 10h et 14h (durée : 2h) C lieu de départ : au coin de la rue Paul-Émile Janson et de l’avenue Louise (fin de la promenade au Jardin du Roi) à Bruxelles-Extensions – carte H 10 T 81-93-94 (Bailli) B 54 (Bailli) I réservation obligatoire au 0499/21.39.85 ou par mail (info@e-guides.be). Maximum 20 personnes par départ. Avec la collaboration de E-Guides. 54 découvre l’evodia, le liquidambar, l’hovénie d’Asie, l’umbellaria de Californie, le tetracentron, le sycopsis et le polyothirsis de Chine, le clavalier de Sibérie ou le sophora du Japon comprend plus de 90 arbres remarquables, un record pour une surface aussi modeste. L’arboretum, qui a été réaménagé par la Société René Pechère et Partners à la demande de la Région bruxelloise, l’actuelle propriétaire, a pu être ouvert au public en 1986. F C I R C U I T EN BUS Parcs, jardins et murs végétaux à Bruxelles Capitale la plus verte d’Europe, composée de six vallées, c’est principalement au XIXe siècle que Bruxelles se couvre de plus de 300 ha de parcs et jardins. Ceinturée d’un réseau de boulevards et traversée de larges avenues arborées, notre capitale a ainsi absorbé les campagnes de jadis pour s’étendre, tout en accordant une place privilégiée aux espaces verts et publics. Pour comprendre ce besoin de nature en ville, ce parcours vous plongera au travers des vallées de la Woluwe, du Maelbeek, du Molenbeek et de la Senne, dans ces lieux verts qui enchantent les faubourgs urbanisés de Bruxelles, là où repos et ressourcement offrent des moments d’évasion nécessaires pour échapper à notre vie trépidante. Un plaisir pour les yeux et les poumons, mais également un anti-stress efficace. A samedi à 10h et 14h (durée : +/- 2h) C lieu de départ : square du Bois (entrée au bois de la Cambre, au bout de l’avenue Louise) à Bruxelles-Extensions – carte I 11 T 7-93-94 (Legrand) I réservation obligatoire au 0499/21.39.85 ou par mail (info@e-guides.be). Maximum 45 personnes par départ. Avec la collaboration de E-Guides. Promenades «Le parc Tenbosch, havre de paix entouré d’une flore remarquable», samedi et dimanche à 14h (durée : 1h30). Rendez-vous à l’entrée principale du parc, à l’angle des rues des Mélèzes et Hector Denis. Réservation souhaitée au 02/515.67.48, par sms (0477/25.01.47) ou par mail (patrimoine@ixelles.be). Avec la collaboration du Service Patrimoine de la commune d’Ixelles. IXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / UCCLE / 53 55. Carte I 12 BOIS DE LA CAMBRE carrefour des Attelages Bruxelles-Extensions T 7-94 (Legrand) B 41 (Gendarmes) Alors que les travaux de construction de l’avenue Louise battent leur plein, la Ville de Bruxelles, à l’instigation du roi Léopold II, obtient du gouvernement la cession du bois de la Cambre, sorte d’avancée de la forêt de Soignes aux portes de Bruxelles. L’idée des autorités est de doter la capitale d’un parc à la hauteur des ambitions royales. Né en Saxe, l’architecte-paysagiste allemand Edouard Keilig en dessinera les plans, veillant à préserver les arbres déjà présents. Connu notamment pour l’aménagement du parc d’Anvers, du parc de la Boverie à Liège, il parvint à préserver le caractère forestier qui faisait le charme du lieu, tout en associant des éléments nouveaux comme la pelouse des Anglais, le pont imitant des rochers enjambant le ravin, et le lac qui nécessita, entre 1863 et 1866, d’importants travaux de déblai. Lieu de promenade très prisé, le bois de la Cambre disposait autrefois d’un court de tennis, de buvettes et d’autres lieux d’agréments propices à l’arrêt. Il a toutefois conservé un restaurant, le Chalet Robinson. Au fil des allées, on découvrira un bel ensemble de hêtres d’Europe dont 34 sont répertoriés, mais aussi un aulne glutineux, des cèdres bleus de l’Atlas ou des araucarias du Chili. (CL 18/11/1976) Promenade «La Cambre : du cloître au Longchamp fleuri » (voir encadré page 50). g PROMENADE Les Carrés ucclois Le quartier du Chat à Uccle cache quelques trésors : les Carrés, généralement accessibles par une seule ruelle. Les habitants des Marolles, chassés par la construction du Palais de Justice (1866-1883) y ont construit leurs habitations ouvrières. Havres de sérénité dans le brouhaha de la ville, ils restent les rares témoins des conceptions sociétales du XIXe siècle. Cette promenade vous emmènera vers les carrés Stevens et Pauwels portant le nom de leur concepteur et propriétaire. Vous traverserez la chaussée d’Alsemberg en direction des carrés Cassimans, Sertsé et Meert et continuerez ensuite vers le square Coghen pour terminer par le carré Tillens, sans conteste le plus grand et le plus spectaculaire. À deux pas d’une voirie particulièrement bruyante, vous voici en pleine campagne ! A samedi et dimanche à 10h et 14h (durée : 2h) C lieu de départ : arrêt Coghen du tram 51, au coin de la chaussée d’Alsemberg et de la rue Vanderkindere (fin du parcours à l’arrêt Bens), à Uccle – carte F 11 T 51 (Coghen) I réservation obligatoire au 0499/21.39.85 ou par mail (info@e-guides.be). Maximum 20 personnes par départ. Avec la collaboration de E-Guides. 55 56 56. Carte I 13 L ROYAL ÉTRIER BELGE champ du Vert Chasseur 19 Bruxelles-Extensions A sam. et dim. de 10h à 18h B 41 (Vert Chasseur) Mis sur pied à l’initiative de la famille Solvay qui souhaitait offrir un centre hippique aux officiers, à l’aristocratie et aux membres de la haute bourgeoisie, le Royal Étrier belge fut construit entre 1929 et 1930 d’après les plans de l’architecte Gaston Ide qui choisit un style régionaliste, mélange de néo-Renaissance flamande et de Beaux-Arts. L’ensemble se compose de nombreuses ailes qui s’ordonnent derrière la longue façade en brique rouge à front de rue. Le complexe dispose d’une petite centaine de boxes, d’une grande piste intérieure avec gradins, d’une grande piste extérieure entièrement couverte, d’un rond de longe intérieur, d’espaces de pansage, de nombreuses selleries, de vestiaires et d’un restaurant. Sa situation idéale permet aux cavaliers de profiter des pistes qui leur sont réservées tant au bois de la Cambre qu’en forêt de Soignes, juste à deux pas. (CL 24/01/2008) 54 ⁄ IXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / UCCLE Visites guidées permettant d’accéder à certaines parties intérieures, samedi à 13h, 14h, 15h et 16h. Maximum 20 personnes par départ. 57 58 58. Carte H 14 L FERME D’UCCLE Vieille rue du Moulin 93 – Uccle A uniquement sam. de 13h à 17h I accès uniquement par visites guidées (groupes de 20 personnes) T 92 (Saint-Job Gare) B 43 (Directoire) Au cœur du site champêtre de Fond’Roy subsiste une ferme d’un seul tenant qui s’étire tout en longueur, juxtaposant le corps de logis, les étables et la grange. Au contraire des fermes en carré, elle est dépourvue de cour. On date sa construction entre 1810 et 1837. Heureusement préservée, elle est aujourd’hui gérée par l’asbl Tournesol-Zonnebloem vzw qui y organise des activités pédagogiques autour des ânes, des moutons, des chèvres, des porcs et des animaux de basse-cour habitant les lieux. La ferme cultive aussi un grand potager didactique présentant une zone de rotation de cultures, de petits fruits, de permaculture… et prend soin du verger planté de vielles espèces de pommiers, pruniers et poiriers, mais aussi des prairies avoisinantes qui servent de pâturage aux animaux. Dans la partie ouest du parc, un chemin mène à une zone marécageuse observable depuis un sentier en caillebotis qui se prolonge jusqu’à la source du ruisseau Geleytsbeek. Enfin, les parties boisées du parc préservent quelques frondaisons remarquables comme deux séquoias géants, un faux cyprès de Lawson ou deux tulipiers de Virginie. 57. Carte G 12 M* JARDINS DU MUSÉE VAN BUUREN avenue L. Errera 41 – Uccle A sam. et dim. de 9h à 13h I accès gratuit uniquement au jardin T 3-7 (Churchill) Arrivés à Bruxelles en 1909, Alice et David van Buuren achètent, vers 1927, une parcelle à l’avenue Errera. Ils y font construire une villa et confient l’aménagement de l’espace vert à l’architecte de jardins (paysager) Jules Buyssens, inspecteur des plantations des parcs et des promenades de la Ville de Bruxelles, qui réalisera quelques parcs, mais proposera toujours ses services à une clientèle privée. Pour les van Buuren, il imagine un « jardin pittoresque» sur un terrain pentu et exigu. Une salle de verdure, une bordure herbacée, des bassins, un mur fleuri, des rocailles, des massifs de bruyère et de conifères frangent une pelouse centrale, offrant des points de vue variés, à partir de la maison et du jardin lui-même. Bancs, tonnelles, pas japonais, pavillons et sentiers pittoresques agrémentent encore l’ensemble. Le jardin a été récemment restauré et a retrouvé toute sa superbe. Il couvre une superficie de 100 m2 avec un déroulé de 380 m. En 1958, René Pechère avait substitué une roseraie au terrain de tennis. Il est également l’auteur du célèbre Jardin de Cœur, l’une des attractions du jardin, véritable écrin pour la maison musée du couple de mécènes. (CL 17/04/1997) Visites guidées, samedi et dimanche à 9h, 10h, 11h et 12h. Avec la collaboration de Klare Lijn et de Korei. Exposition de dix-sept sculptures d’Anthony Caro. Accès au musée payant (€ 5). IXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / UCCLE / 55 59. Carte H 14 PLATEAU AVIJL chaussée de Saint-Job/ rue De Wansijn/Vieille rue du Moulin/ Montagne de Saint-Job/ rue Jean Benaets – Uccle B 43 (Directoire) Précieux témoin du passé villageois du quartier Saint-Job, le site seminaturel du plateau Avijl forme un espace champêtre à caractère rural de 8,5 ha, constamment menacé par la pression immobilière. Il combine des potagers cultivés par des riverains et une école toute proche, une prairie à faucher riche en graminées, des espaces verts sauvages et des bosquets arborés, parcourus de sentiers nés spontanément au fil du temps. Si la pervenche, l’ortie, la véronique ou la stellaire holostée poussent parmi les plantes horticoles, le jonc épars, la pesse d’eau, l’iris et la massette à feuilles étroites se situent, quant à eux, près de la petite mare. Dans les zones arborées et arbustives, on trouvera le cornouiller, l’églantier, l’aubépine, le sureau, le saule, le tilleul à grandes feuilles, le noisetier ou le chêne. Avec le parc Fond’Roy et le Kauwberg, le plateau Avijl participe au maillage vert de la commune d’Uccle. (CL 16/05/2014) Promenade « Rayonnement de la nature avec l’environnement », samedi et dimanche à 14h30 (durée : 1h30-2h). Rendez-vous Vieille rue du Moulin, en face du 85A. Maximum 20 personnes par départ. Avec la collaboration de l’association Protection et avenir Avijl. 60. Carte G 14 M* PARC DE LA SAUVAGÈRE avenue de la Chênaie 83 – Uccle B 60 (Chênaie) Peu de personnes savent que le parc de la Sauvagère s’ordonnait autrefois autour d’un château démoli en 1957 et se résumait à quelques bosquets et une allée d’accès à l’édifice. Agrandi en 1910 puis en 1925 pour atteindre les 4,5 ha actuels, il se compose aujourd’hui d’une hêtraie mélangée qui couvre en partie le relief accidenté de l’endroit toujours sillonné de chemins creux ou de sentiers surélevés. Un imposant talus artificiel, formé de faux rochers d’où coulent quelques cascades, sert de fondation à un temple d’inspiration grecque. L’étang lui-même, fait en ciment, a été doté d’un pourtour rocailleux à l’aspect sauvage, bel exemple de ce type d’ornement en région bruxelloise. Au hasard du parc, mentionnons des séquoias géants, un cèdre de l’Atlas ou un tulipier de Virginie, tous classés comme arbres remarquables. (CL 26/06/1997) Promenades guidées, dimanche à 10h et 14h (durée : 1h). Rendezvous à l’entrée du parc. Maximum 20 personnes par départ. Avec la collaboration de SOS KauwbergUccla Natura. 61. Hors carte PLATEAU ENGELAND avenue Dolez/rue Engeland – Uccle B 43 (Directoire) Ce lieu semi-naturel aux confins de la commune d’Uccle porte un nom déjà mentionné en 1247. Il est alors boisé et apparaît comme une prolongation de la forêt de Soignes. Au début du XVIe siècle, la confrérie de Saint-Éloi y exploite le sable et l’argile tandis que champs voisinent pâturages et vergers. Le cerisier planté pour la fabrication de la Kriek a déjà une place de choix. Au XIXe siècle, on continuera à déboiser le plateau qui, plus tard, sera en partie loti. Aujourd’hui, prairies et zones forestières se partagent l’endroit peuplé d’une majorité de chênes pédonculés, de noisetiers, de charmes, d’aulnes et d’érables sycomores. Ces arbres et arbustes attirent l’accenteur mouchet, la sitelle torchepot, le bouvreuil, le roitelet huppé, le pinson des arbres, la buse variable, le troglodyte, le grimpereau des jardins, le martin-pêcheur ou encore le pic épeiche. Des ânes ont été placés sur le site pour débroussailler et restaurer les espaces ouverts d’autrefois. Le site fait partie du réseau Natura 2000 sur la Région bruxelloise et est un bel exemple de connexion écologique entre le bois du Verrewinkel et les réserves naturelles du Kriekenput et du Kinsendael. Visites du chantier du parc potager Dolez et du plateau Engeland, samedi et dimanche à 11h et 14h (durée : 1h). Rendez-vous avenue Dolez, au niveau de la chapelle. Avec la collaboration de Bruxelles Environnement. 59 60 61 56 ⁄ IXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / UCCLE 62. Hors carte M* BOGAERTS INTERNATIONAL SCHOOL – DOMAINE DE LATOUR DE FREINS rue Engeland 555 – Uccle A sam. et dim. de 10h à 18h B 43 (Pasteur) Édifié dans le style néo-Renaissance flamande à partir de 1899, le château de Latour de Freins, avec sa jolie galerie accolée à la façade arrière, est l’œuvre de l’architecte Henri Maquet, à qui l’on doit la façade du palais royal de Bruxelles. Il est entouré d’un parc de 8 ha qui fut dessiné par Louis Fuchs, paysagiste d’origine allemande responsable de l’aménagement du parc Léopold. Ce dernier tira parti du relief vallonné et le planta de marronniers, de châtaigniers, de frênes, d’érables, de chênes rouges d’Amérique, de saules, de platanes et de séquoias géants, dont 28 spécimens ont été inscrits comme remarquables. Le domaine, destiné à devenir un lieu de convalescence pour les malades des hôpitaux de Bruxelles, fut inauguré le 1er juin 1903 par le roi Léopold II en personne. Après sa fermeture, en 1989, les lieux seront occupés par une ambassade, par une société et par la Région de Bruxelles-Capitale, avant d’être investis, tout récemment, par la Bogaerts International School. L’école, fondée par Rodolphe «Rudy» Bogaerts, professeur honoraire de S.A.R. le prince Laurent de Belgique, dispense un enseignement en anglais et prépare ses élèves au baccalauréat international. Le domaine constitue un maillon vert important, entre les bois de Buysdelle et de Verrewinkel et le plateau Engeland et plus loin, le Kauwberg et le parc de la Sauvagère. (SV 17/09/1998) Visites guidées, samedi et dimanche à 10h, 12h, 14h et 16h. Avec la collaboration de Pro Velo. 63 63. Carte G 13-14 L* CIMETIÈRE DU DIEWEG Dieweg 95 – Uccle A sam. et dim. de 9h30 à 16h30 T 92-97 (Dieweg) B 60 (Chênaie) Confrontée à une importante expansion démographique et, en 1866, à une épidémie de choléra, la commune d’Uccle fit aménager le cimetière du Dieweg sur l’un des versants de la vallée de Saint-Job. Couvrant à l’origine une superficie de 71 a, il fut utilisé jusqu’à sa fermeture en 1945. De nos jours, il constitue un véritable musée à ciel ouvert de l’art funéraire, mais aussi un parc miné- ralisé riche d’une flore et d’une faune tout à fait étonnantes. En effet, le manque d’entretien, à une certaine époque, a favorisé la croissance du chêne pédonculé, de la bourdaine, du sorbier des oiseleurs, de l’érable sycomore ou du chêne sessile. Quant à la campanule raiponce, au géranium des prés ou au séneçon jacobée, ils se sont réapproprié les parcelles herbeuses non fauchées. À l’heure actuelle, près de 202 espèces ont été recensées sur le site qui couvre 3 ha. Ainsi, le sol acide et sableux a été propice au bouleau verruqueux comme à la digitale pourpre tandis que la jacinthe des bois, le sceau de Salomon et la pervenche se sont développés en sous-bois. L’ail des vignes, la corydale jaune ou la sabline ont colonisé des endroits secs. Enfin la pré- sence d’érythrée petite centaurée, de pulicaire dysentérique et d’une sorte de laîche unique en Belgique s’avère exceptionnelle. Autre lecture végétale de ce jardin d’éden, celle effectuée au fil des tombes avec le pavot sculpté dont l’opium évoque le sommeil, le lierre dont le feuillage persistant symbolise l’immortalité ou la rose, transfiguration pétrifiée des gouttes de sang du Christ, rosée céleste de la rédemption… (CL 16/01/1997) Promenade guidée, samedi à 14h (durée : 2h). Rendez-vous à l’entrée du cimetière. Uniquement en néerlandais. Avec la collaboration de Natuurpunt Brussel. Promenade «Uccle, plus verte que vous ne le pensez» (voir encadré ci-contre). g PROMENADE Uccle, plus verte que vous ne le pensez  Uccle est l’une des communes bruxelloises les plus vertes ; elle a conservé son caractère champêtre jusqu’en 1900. Cette promenade vous emmènera du vaste cimetière du Dieweg, avec ses 200 espèces de fleurs différentes, ses 60 varié- tés de flore exotique, ses insectes, oiseaux et rongeurs, et aussi ses ruches et grenouilles, au Crabbegat, en passant par le parc de Wolvendael. Ce dernier, littéralement coupé en deux par l’érosion, est aujourd’hui un endroit romantique, parcouru par de petits sentiers tortueux, abritant un étang, un théâtre de verdure, des bosquets, des pelouses fleuries et des arbres remarquables, dont des hêtres et des noyers noirs d’Amérique. Eh oui, Uccle est bien plus verte qu’on ne le croit! A samedi et dimanche à 14h30 (durée : 2h) C lieu de départ : devant le cimetière du Dieweg, Dieweg 95 à Uccle (fin de la promenade au square des Héros) – carte G 13-14 T 92-97 (Dieweg) B 60 (Chênaie) I réservation obligatoire au numéro 02/569.27.74 ou par e-mail (culturama@telenet.be). Maximum 20 personnes par départ. Avec la collaboration de Culturama. IXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / UCCLE / 57 64. Carte G 13 L* PARC DE WOLVENDAEL avenue Wolvendael/ avenue Paul Stroobant/rue Rouge/ Dieweg/chemin du Crabbegat/ avenue de Fré/square des Héros Uccle T 3-4-92-97 (Héros) B 38-41-98 (Héros) Le Wolvendael, qui signifie « vallon au tournant », est déjà mentionné en 1209, dans un cartulaire de l’abbaye d’Affligem. Vestige de l’ancienne forêt de Soignes, le parc actuel, qui est limité par deux voies très anciennes, le Dieweg et le Crabbegat, occupe un versant très accidenté de la vallée de l’Ukkelbeek. Le domaine a appartenu aux Fricx, aux Fraula, aux Vanderborght, aux de Looz-Corswarem, aux Coghen, aux Balser et au baron Léon Janssen. Chacun contribua à l’aménagement du parc qui, en 1763, à l’époque de la construction du châ- teau, possédait encore un jardin à la 64 g PROMENADE La nature reprend ses droits à Uccle Même le grand bâtisseur qu’est l’humain ne peut rien faire face à la force de la Nature. Uccle en est un exemple tout particulièrement représentatif. Et ce n’est pas l’impressionnant parc de Wolvendael qui va prouver le contraire. Avec ses 14 ha, il semble repousser les limites du paysage urbain qui l’entoure. Au détour de la montagne Saint-Job, les habitants s’inclinent aussi devant Mère Nature et, ensemble, ont créé un quartier durable respectueux de l’environnement. Mais c’est dans le cimetière de Dieweg que la nature montre son plus beau tour de force. Marbre, pierres bleues, sentiers, etc., tous sont recouverts, grignotés par la verdure versatile. Le tout donne une atmosphère qui ravirait plus d’un poète du XIXe siècle ! Et ce ne sont pas là les seules surprises que vous réserve cet itiné- raire plein d’enchantement… A samedi à 9h30, 11h30 et 14h (durée : 1h30) C lieu de départ : devant l’entrée du parc de Wolvendael, square des Héros à Uccle – carte G 13 T 3-4-92-97 (Héros) B 38-41-98 (Héros) I réservation obligatoire au 02/537.68.75 (du lundi au vendredi de 10h à 13h). Maximum 25 personnes par départ. Avec la collaboration d’Itinéraires, sur les Sentiers de l’Histoire. française. Mais très vite, l’espace sera aménagé à la mode de l’époque, selon le style romantique anglais. Aujourd’hui, il offre une morphologie variée, combinant de vastes pelouses festonnées, des bouquets d’arbres en futaie et des massifs qui tirent parti du relief vallonné. Il a conservé un théâtre de verdure complété par une petite construction appelée la Bergerie où les comédiens avaient coutume de se changer et un élégant pavillon de style rococo acheté en 1877 à Amsterdam et reconstruit ici pierre par pierre. Cette folie XVIIIe siècle, dotée d’une toiture campanulée, présente une façade richement ornementée de volutes chantournées. Une rénovation des sentiers et des chemins a redonné bel aspect au parc qui fait, à nouveau, la joie des sportifs téméraires, des promeneurs et des enfants. (CL 08/11/1972) Promenade «La nature reprend ses droits à Uccle» (voir encadré ci-dessous). 58 ⁄ IXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / UCCLE 65 66 65. Carte F 13 M* DOMAINE ALLARD rue Victor Allard 88 – Uccle A sam. et dim. de 10h à 18h T 4-51-97 (Globe) B 48 (Aulne) Se rattachant à l’éclectisme avec une prédominance nette pour le style néo-Renaissance, la belle demeure en brique et pierre qui surplombe le domaine Allard aurait été construite en 1898 pour Charles-Eugène Loicq, architecte qui aurait également construit la maison communale d’Uccle. Une cheminée monumentale trône dans le hall d’entrée qui donne accès à une vaste salle composée d’une enfilade de trois pièces. La première en style classique français (fin du XVIIIe siècle) conserve une ravissante décoration de guirlandes florales présentes sur la partie haute 66. Hors carte L* CIMETIÈRE DE SAINT-GILLES avenue du Silence 72 – Uccle A sam. et dim. de 9h à 16h30 T 51 (Crematorium) Situé aux confins de la commune d’Uccle, le cimetière de Saint-Gilles dispose d’une entrée monumentale de style néo-étrusque dominée par une statue en marbre blanc de Julien Dillens, figurant le « Silence de la Tombe». Les pavillons une fois franchis, on découvre nombre de sépultures évoquant les mondes politique, artistique et culturel de la commune, mais aussi, à l’arrière-plan, un paysage au caractère champêtre plutôt inattendu. Ici, la nature semble former un écrin propice au repos éternel et les instances communales visent à pérenniser cet état d’esprit en pré- servant les espaces gazonnés riches en graminées, en orchidée et thym sauvages, en sedum, prêle, coquelicot ou achillée. Cette communion avec la nature transparait aussi dans les tombes rochers, imitation de la des lambris, mais aussi par-dessus les baies. La deuxième avec sa cheminée néo-Renaissance est parcourue d’une frise en cuir de feuilles de lierre sculptées qui court, à mi-hauteur, autour de la pièce. À l’arrière, un vaste espace gazonné ourlé de massifs descend en pente douce vers un jardin champêtre dont une partie, non fauchée, devance un sous-bois. Un amusant champignon géant en ciment sert d’abri en cas de pluie ainsi qu’une gloriette typique de l’époque, réalisée en ciment imitant le bois jusque dans les moindres détails. Au fond, un étang aux berges ornées de plantes aquatiques invite à la rêverie. Le domaine, qui compte quelques arbres remarquables dont un platane à feuille d’érable et deux beaux marronniers, est bordé par le chemin du Delleweg, un des derniers vestiges de l’ancien réseau vicinal ucclois avec le Crabbegat et le chemin du Château d’eau. Visites guidées, samedi et dimanche à 10h, 12h, 15h et 17h. Avec la collaboration des proprié- taires, d’Arkadia et d’Itinéraires, sur les Sentiers de l’Histoire. pierre brute, souvent agrémentées de sculptures de troncs d’arbre morts. Au cours de la visite du cimetière, ne manquez pas les deux hêtres pourpres à la frondaison exceptionnelle, repris à l’inventaire des arbres remarquables de la Région de Bruxelles-Capitale. (CL 11/07/1991) Visites guidées, samedi à 11h et 15h. Brochure Le Silence et les tombes. Une histoire du cimetière de Saint-Gilles, retraçant l’histoire du cimetière et mettant en évidence une cinquantaine de tombes remarquables, et dépliant avec le plan du cimetière, disponibles gratuitement à l’entrée du cimetière. Avec la collaboration de l’administration communale de SaintGilles. IXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / UCCLE / 59 68. Carte F14 KEYENBEMPT chaussée d’Alsemberg/ chaussée de Drogenbos/ rue François Vervloet/ rue Keyenbempt – Uccle T 82 (Keyenbempt) Aux confins de la commune d’Uccle, le site champêtre du Keyenbempt est le dernier vestige des marécages qui bordaient jadis le Geleytsbeek, un affluent de la Senne. Expropriée par l’État en 1968 pour la construction du ring, la zone échappa à son destin et resta en grande partie en friche. Certains y installèrent leur potager, une tradition qui a été maintenue quand la Région a décidé de rénover l’endroit en 2006. Un an plus tard, le parc était à nouveau ouvert au public, avec sa colline boisée, sur la rive droite du cours d’eau, ses marais, ses zones de culture maraîchère et ses prés en fauche. Hêtres, charmes, chênes, ormes et frênes composent la strate arborescente alors que les troènes, les houx, les noisetiers, les sureaux ou les cornouillers forment, quant à eux, la strate arbustive. Cachés par la végétation, un abri à chauve-souris et un rucher favorisent la biodiversité. À peu de chose près, on pense que l’aspect actuel du Keyenbempt est proche de ce à quoi il ressemblait lorsqu’il fut cité pour la première fois dans un écrit de 1435 ! Le site abrite aussi les restes d’un camp néolithique. Stand d’information et promenades avec un gestionnaire du site et un gardien, samedi et dimanche 11h et 14h (durée : 1h). Rendez-vous à la cabane du gardien, rue Keyenbempt. Avec la collaboration de Bruxelles Environnement. 69. Carte E 14 L MOULIN DU NECKERSGAT rue Keyenbempt 66 – Uccle A sam. de 10h à 12h et dim. de 10h à 12h et de 13h30 à 17h30 T 4-97, 51 (Bourdon), 82 (Keyenbempt) B 98 (Égide Van Ophem) Le site du Neckersgat est mentionné depuis 1299. Il se rattachait à l’époque à la cour féodale de l’abbaye d’Affligem. Les bâtiments actuels remontent, quant à eux, au XVIIe siècle, datant des importants travaux menés par la famille Gaucheret en 1666-1667. La maison du meunier, les dépendances et le local abritant la machinerie entourent une cour centrale, une disposition conforme à la tradition brabançonne. Autrefois utilisé pour produire de l’huile, le moulin fut dévolu au grain à partir de 1745 jusqu’à la cessation de ses activités vers 1918. Ensuite, le bâtiment échut à l’œuvre nationale des Invalides de Guerre, créée après le premier conflit mondial, une institution rappelée à propos par une arcade en ferronnerie érigée à côté de l’aile droite du bâtiment. Le moulin du Neckersgat, le dernier avec celui de Calevoet sur le territoire de la commune d’Uccle, fut l’un des sujets favoris des peintres et graveurs séduits par l’aspect pittoresque des lieux. Il est toujours entouré de potagers, vestige d’un paysage rural en milieu urbain. Autour du moulin, toujours occupé par l’atelier du ferronnier d’art Jean Seydel, des ruches ont été installées. (CL 19/04/1977) Démonstrations de forge. Présentation et explications des ruches. Animation musicale et polyrythmique. 68 69 67. Hors carte L MOULIN DE CALEVOET (OU NIEUWENBAUWMOLEN OU MOULIN CROKAERT) rue de Linkebeek 11 – Uccle A sam. et dim. de 14h à 18h T 51 (Van Haelen) Si le moulin à eau est attesté depuis au moins 1476, les bâtiments actuels remonteraient, quant à eux, au début du XVIIIe siècle (d’où le nom de Nieuwenbauwmolen). Ils furent acquis en 1841 par la famille Crokaert qui lui redonna sa vocation initiale, à savoir moudre le grain. Le moulin est le dernier à avoir servi à Uccle et dans les environs (jusqu’après la Seconde Guerre mondiale). Fait exceptionnel dans notre région, sa machinerie est toujours en état de fonctionner et de produire de la farine. Le moulin a d’ailleurs été classé comme monument (machinerie façades et bief). Son site, le long du ruisseau du Linkebeek et du bief qui lui est parallèle, est également bien conservé. Grâce à son dernier meunier et à sa propriétaire actuelle, il est possible de refaire les gestes d’antan pour obtenir la précieuse farine. (CL 08/08/1988) Présentation du moulin. Mouture du grain entre 14h30 et 16h30 (avec le concours de l’asbl Luizenmolen-Anderlecht). Avec la collaboration du Cercle d’Histoire, d’Archéologie et de Folklore d’Uccle et environs. 60 ⁄ IXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / UCCLE 67 IXELLES / BRUXELLES-EXTENSIONS / UCCLE / 61 Depuis quelques années, la revue Bruxelles Patrimoines a rejoint la liste déjà longue des ouvrages consacrés à notre belle Région. À travers elle, la Direction des Monuments et Sites ambitionne de présenter les multiples facettes du patrimoine régional intégré à l’aménagement du territoire. Ces ouvrages sont en vente dans les principales librairies (attention: plusieurs titres sont actuellement épuisés). La Direction des Monuments et Sites édite également diverses publications gratuites. La liste de ces publications est disponible sur le site www.patrimoine.brussels. Publications de la Direction des Monuments et Sites Par ses nombreuses publications, la Direction des Monuments et Sites de la Région de BruxellesCapitale contribue à une meilleure connaissance du patrimoine régional. Parmi elles, citons, entre autres, la collection «Bruxelles, Ville d’Art et d’Histoire», déjà riche de plus de 50 titres, les Atlas du sous-sol archéologique de la Région de Bruxelles, les ouvrages de la série «Histoire et restauration», etc. 6 2 ⁄ JOURNÉES DU PATRIMOINE VOIES D’EAU, DE TERRE ET DE FER 9 & 10 SEPTEMBRE 2017 PATRIMOINES ET RAVeL 29e édition des EUROPÉENNES DU PATRIMOINE JOURNÉES EN WALLONIE WWW.JOURNEESDUPATRIMOINE.BE TÉLÉPHONE VERT : 1718 ANDERLECHT 78 Golf miniature d’Anderlecht. . .C10 angle de la rue Claude Debussy et de l’avenue Marius Renard 82 Jardin de la Maison d’Érasme. . .D9 rue du Chapitre 31 80 Jardin des Sens de Neerpede. . .C9 rue de Neerpede 187 79 Jardins et serres de l’Institut Redouté-Peiffer. . . . . . . . . . . . .C10 avenue Marius Renard 1 77 Luizenmolen. . . . . . . . . . . . . . . . .A9 rue des Papillons 192 83 Parc forestier. . . . . . . . . . . . . .D-E8 rue Démosthène 76 Vallée du Vogelzangbeek. . . . . .B12 rue Chant d’oiseaux/ avenue des Millepertuis 81 Vieux béguinage d’Anderlecht. .D9 rue du Chapelain 8 AUDERGHEM 34 Domaine de Val Duchesse. .M10-11 avenue Val Duchesse 1 37 Forêt de Soignes. . .N-O11-12-13-14 35 Jardin botanique Jean Massart (ULB). . . . . . . . . .M11 chaussée de Wavre 1850 36 Site de Rouge-Cloître. . . . . . N11-12 rue du Rouge-Cloître 4 BERCHEM-SAINTE-AGATHE 90 Ancienne église Sainte-Agathe. .C6 place de l’Église 15 B R U X E L L E S 10 Bibliothèque royale. . . . . . . . . . .N3 Mont des Arts 1 Bras de la Senne. . . . . . . . . . . . . .M3 place Saint-Géry 23 12 Galeries de treillage du Waux-Hall. . . . . . . . . . . . . . . . .O3 rue de la Loi 5 (derrière le Théâtre royal du Parc et le Cercle royal gaulois artistique et littéraire) 2 Hôtel de ville de Bruxelles. . . . . .M3 Grand-Place 3 Institut Pacheco. . . . . . . . . . . . . .M2 rue du Grand Hospice 7 13 Jardin de la Cité administrative de l’État. . . . . . . .O2 boulevard du Jardin botanique/ boulevard Pacheco 6 Jardin du siège de la Société royale de Philanthropie (Maison des Aveugles). . . . . . . . .M5 boulevard du Midi 142 5 Maison de l’architecte Pierre-Victor Jamaer et jardin. . .M4 avenue de Stalingrad 62 9 Mont des Arts. . . . . . . . . . . . . . . .N3 boulevard de l’Empereur 4 Musée des Égouts – anciens pavillons d’Octroi. . . . . . L3 Porte d’Anderlecht 11 Parc de Bruxelles. . . . . . . . . . . . .O3 rue de la Loi/rue Royale/place des Palais/rue Ducale 7 Parc d’Egmont. . . . . . . . . . . . . . .N4 rue aux Laines/rue du Grand Cerf/ boulevard de Waterloo 8 Petit Sablon. . . . . . . . . . . . . . . . . .N4 rue de la Régence BRUXELLES-EXTENSIONS 21 Bibliothèque Solvay. . . . . . . . . . . .I9 parc Léopold – rue Belliard 137 55 Bois de la Cambre. . . . . . . . . . . . .I12 carrefour des Attelages 51 Église abbatiale Notre-Dame de la Cambre. . . . . .I11 voir Ixelles 50 Jardins de l’abbaye de la Cambre. . . . . . . . . . . . . . . . .I11 voir Ixelles 14 Maison de la Francité. . . . . . . . . . .I8 rue Joseph II 18 20 Maison de l’histoire européenne – ancien institut Eastman. . . . . . . . .I9 Parc Léopold – rue Belliard 135 52 Maison Ernest Blerot. . . . . . . . . .I11 rue de Belle-Vue 46 17 Parc du Cinquantenaire. . . . . . J8-9 avenue d’Auderghem/avenue de Cortenbergh/avenue des Gaulois/ avenue de la Joyeuse entrée/avenue des Nerviens/avenue de la Renaissance/avenue de l’Yser 19 Parc Léopold. . . . . . . . . . . . . . . . . .I9 rue Belliard/chaussée d’Etterbeek 18 Pavillon Horta-Lambeaux/ Pavillon des Passions humaines. J8 parc du Cinquantenaire 56 Royal Étrier Belge. . . . . . . . . . . . .I13 champ du Vert Chasseur 19 15 Squares Ambiorix, Marie-Louise et Marguerite. . . .I-J8 16 SYNERGRID – ancien hôtel van Eetvelde. . . . . . .I8 avenue Palmerston 4 BRUXELLES-LAEKEN 104 Cimetière de Laeken. . . . . . . .G-H4 parvis Notre-Dame de Laeken 96 Cité modèle. . . . . . . . . . . . . . . . . .E2 chaussée Romaine/avenue des Citronniers/avenue de l’Arbre Ballon 102 Cressonnière royale. . . . . . . . . . . .I3 avenue des Croix de Feu 101 Jardin du Pavillon chinois . . . . . .H3 avenue J. Van Praet 44 99 Jardins du Fleuriste du Stuyvenbergh. . . . . . . . . . . . . .G3 avenue Sobieski/ avenue des Robiniers 103 Musée de l’Art funéraire – ancien atelier Ernest Salu. . . .G-H4 parvis Notre-Dame 16 100 Parc de Laeken. . . . . . . . . . . . . . .G3 avenue de la Dynastie/avenue du Parc royal/avenue des Trembles 97 Parc d’Osseghem. . . . . . . . . . .G2-3 avenue de l’Atomium/avenue de Madrid/avenue du Vieux-Bruxelles/ avenue du gros Tilleul/boulevard du Centenaire 98 Parc Sobieski et Jardin colonial G3 avenue Jean Sobieski/avenue des Ébéniers/avenue des Robiniers BRUXELLES-N-O-H 105 Ferme Nos Pilifs. . . . . . . . . . . . . . J1 Trassersweg 347 ETTERBEEK 22 Jardin Jean Félix Hap. . . . . . . . . . J9 chaussée de Wavre 510 EVERE 106 Cimetière de Bruxelles. . . . . . . L5-6 avenue du Cimetière de Bruxelles 107 Musée bruxellois du Moulin et de l’Alimentation. . . . . . . . . . . . J5 rue du Moulin à Vent 21 FOREST 70 Cité-jardin Forest vert. . . . . . . .E12 avenue de Fléron 72 Parc Duden. . . . . . . . . . . . . . . . . F11 chaussée de Bruxelles/avenue Gabriel Fauré/avenue Massenet/ avenue Jupiter/avenue Victor Rousseau/rue du Mystère 73 Parc Jupiter. . . . . . . . . . . . . . . . . F11 avenue Jupiter 71 Site de l’ancienne abbaye de Forest. . . . . . . . . . . . . . . . . . .E12 place Saint-Denis GANSHOREN 87 Basilique nationale du Sacré- Cœur et parc Élisabeth. . . . . . E-F6 voir Koekelberg 89 La Charnière. . . . . . . . . . . . . . . . .D5 rue Victor Lowet 9 JOURNÉES DU PATRIMOINE ⁄ 6 3 RÉPERTOIRE DES LIEUX PAR COMMUNE A B C D E F 2 1 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 A B C D E F KOEKELBERG FOREST ANDERLECHT MOLENBEEK-SAINT-JEAN GANSHOREN JETTE BERCHEM-SAINTE-AGATHE BRUXELLES BRUXELLES-EXTENSIONS ETTERBEEK pages 4 à 27 WOLUWE-SAINT-LAMBERT WOLUWE-SAINT-PIERRE AUDERGHEM WATERMAEL-BOITSFORT pages 28 à 42 IXELLES BRUXELLES-EXTENSIONS UCCLE pages 44 à 60 FOREST SAINT-GILLES ANDERLECHT MOLENBEEK-SAINT-JEAN pages 76 à 89 KOEKELBERG BERCHEM-SAINT-AGATHE GANSHOREN JETTE BRUXELLES-LAEKEN BRUXELLES-NEDER-OVER-HEEMBEEK pages 90 à 105 EVERE SCHAERBEEK SAINT-JOSSE-TEN-NOODE pages 106 à 119 69 70 71 76 77 78 79 80 8182 83 84 85 86 87 89 90 91 92 93 94 96 F G H I J K L M N O F G H I J K L M N O 2 1 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 BRUXELLES SAINT-JOSSE-TEN-NOODE UCCLE SAINT-GILLES AUDERGHEM WOLUWE-SAINT-PIERRE WOLUWE-SAINT-LAMBERT EVERE SCHAERBEEK KOEKELBERG WATERMAEL-BOITSFORT FOREST JETTE BRUXELLES-LAEKEN BRUXELLES-NOH ETTERBEEK IXELLES 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 28 27 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 42 41 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 63 64 65 68 72 73 74 75 88 94 95 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 66 61 67 62 i ⬇ Hors carte IXELLES 46 Cimetière d’Ixelles. . . . . . . . . . . J11 chaussée de Boondael 478 51 Église abbatiale Notre-Dame de la Cambre. . . . . . . . . . . . . . . . .I11 abbaye de la Cambre 11 49 Étangs d’Ixelles . . . . . . . . . . . . . .I10 47 Immeuble. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .I9 rue du Trône 216 50 Jardins de l’abbaye de la Cambre. . . . . . . . . . . . . . . . .I11 avenue Émile De Mot/rue du Monastère/ avenue Émile Duray 48 Musée des Enfants – ancien hôtel Canonne . . . . . . . . .I11 rue du Bourgmestre 15 53 Parc Faider. . . . . . . . . . . . . . . . .H10 rue Faider 86 54 Parc Tenbosch. . . . . . . . . . . . . .H11 chaussée de Vleurgat/rue des Mélèzes/rue Hector Denis 45 Théâtre royal du Peruchet. . . . . J13 avenue de la Forêt 50 JETTE 93 Ancienne demeure abbatiale de Dieleghem. . . . . . . .E3 rue Jean Tiebackx 14 91 Bois du Laerbeek. . . . . . . . . . . . .D4 avenue du Laerbeek 95 Domaine de la grotte Notre-Dame-de-Lourdes. . . . . . . F5 rue Léopold Ier 296 92 Ferme pour enfants de Jette. . . .D4 petite rue Sainte-Anne 172 94 Parc Roi Baudouin. . . . . . . . E-F3-4 rue Bonaventure KOEKELBERG 87 Basilique nationale du Sacré- Cœur et parc Élisabeth. . . . . . E-F6 parvis de la Basilique 1 – avenue de Jette/avenue des Gloires nationales/ avenue du Panthéon/avenue de la Liberté 88 Belgian Chocolate Village Museum – ancienne biscuiterie-chocolaterie Victoria. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . F6 rue De Neck 20 MOLENBEEK-SAINT-JEAN 86 Parc du Karreveld. . . . . . . . . . . . .E6 avenue Jean de la Hoese 3 85 Parc Marie-José. . . . . . . . . . . . . .E7 boulevard Edmond Machtens/avenue De Roovere/avenue Joseph Baeck 84 Scheutbos. . . . . . . . . . . . . . . . .C-D7 boulevard Louis Mettewie/rue de l’Idylle/ rue de la Gavotte/rue de l’Aubade/ rue du Gazouillis/rue Charles de Gronckel/rue du Scheutbos SAINT-GILLES 66 Cimetière de Saint-Gilles. . . . . . .HC voir Uccle 75 Maison Pelgrims et parc Pierre Paulus. . . . . . . . .G10 rue de Parme 69 74 Musée Horta. . . . . . . . . . . . . . . .H10 rue Américaine 27 SAINT-JOSSE-TEN-NOODE 115 Le Botanique et Jardin botanique. . . . . . . . . . .H7 rue Royale 236 116 Square Armand Steurs. . . . . . . . . .I7 SCHAERBEEK 109 Jardin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .I5 avenue Eugène Demolder 41 112 Maison Autrique. . . . . . . . . . . . . . .I6 chaussée de Haecht 266 114 Maison des Arts. . . . . . . . . . . . . . .I6 chaussée de Haecht 147 111 Mini-golf du parc Josaphat. . . . . .I6 avenue Ambassadeur Van Vollenhoven 1 110 Parc Josaphat. . . . . . . . . . . . . . . . J6 avenue Ambassadeur Van Vollenhoven/ avenue du Suffrage universel/ avenue Ernest Renan/boulevard Lambermont/avenue Chazal/ avenue des Azalées 108 Parc Walckiers. . . . . . . . . . . . . . . J4 113 Siège social de Greenpeace Belgique – ancien atelier du peintre Markelbach. . . . . . . . . .I6 chaussée de Haecht 159 UCCLE 44 Ancien hippodrome d’Uccle-Boitsfort. . . . . . . J-K13-14 chaussée de la Hulpe 51 62 Bogaerts International School – Domaine de Latour de Freins. . .HC rue Engeland 555 66 Cimetière de Saint-Gilles. . . . . . .HC avenue du Silence 72 63 Cimetière du Dieweg. . . . . . G13-14 Dieweg 95 65 Domaine Allard. . . . . . . . . . . . . . F13 rue Victor Allard 88 58 Ferme d’Uccle. . . . . . . . . . . . . . .H14 Vieille rue du Moulin 93 57 Jardins du musée van Buuren. .G12 avenue L. Errera 41 68 Keyenbempt. . . . . . . . . . . . . . . . F14 chaussée d’Alsemberg/chaussée de Drogenbos/rue François Vervloet/ rue Keyenbempt 67 Moulin de Calevoet (ou Nieuwenbauwmolen ou Moulin Crokaert) HC rue de Linkebeek 11 69 Moulin du Neckersgat. . . . . . . . E14 rue Keyenbempt 66 60 Parc de la Sauvagère. . . . . . . . .G14 avenue de la Chênaie 83 64 Parc de Wolvendael. . . . . . . . . .G13 avenue Wolvendael/avenue Paul Stroobant/rue Rouge/Dieweg/ chemin du Crabbegat/avenue de Fré/ square des Héros 59 Plateau Avijl. . . . . . . . . . . . . . . . .H14 chaussée de Saint-Job/rue De Wansijn/Vieille rue du Moulin/Montagne de Saint-Job/rue Jean Benaets 61 Plateau Engeland. . . . . . . . . . . . .HC avenue Dolez/rue Engeland WATERMAEL-BOITSFORT 38 Cité-jardin Le Logis-Floréal. . . L12 41 Domaine des Silex. . . . . . . . . . . L14 chemin des Silex 10 43 Immeuble de bureaux – ancien siège principal de Glaverbel. . .K13 chaussée de La Hulpe 166 40 International School of Brussels – ancien château Bischoffsheim. . L14 Kattenberg 19 42 Parc Tournay-Solvay. . . . . . . K-L14 chaussée de La Hulpe/ avenue de la Foresterie 39 Studio Logis. . . . . . . . . . . . . . . . L13 rue des Trois Tilleuls 139 WOLUWE-SAINT-LAMBERT 24 Ferme Hof ter Cauwerschueren M8 chaussée de Roodebeek 155 25 Hof ter Musschen. . . . . . . . . . . . .N7 avenue E. Mounier 2 29 Jardin de l’ancienne propriété Voot – Villa du Pont. . . . . . . . . . . .M8 place Saint-Lambert 27 Jardin des Plantes médicinales (UCL). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .O7 avenue E. Mounier (face au centre sportif) 28 Jardin des Sculptures (UCL). . . .O7 avenue E. Mounier (face au centre sportif) 26 Moulin à vent. . . . . . . . . . . . . . . . .N7 avenue E. Mounier 8 23 Parc de Roodebeek. . . . . . . . . . . L7 chaussée de Roodebeek 314 WOLUWE-SAINT-PIERRE 32 Étangs Mellaerts. . . . . . . . . . . . .M10 avenue de Tervueren/boulevard du Souverain 33 Parc de Woluwe. . . . . . . . .L-M9-10 avenue de Tervueren/rue du Bemel/ avenue Mostinck/boulevard du Souverain/avenue Xavier Henrard/avenue des Franciscains 30 Parc du manoir d’Anjou (Fraternités du Bon Pasteur). . N-O10 rue au Bois 365 31 Parc Parmentier. . . . . . . . . . . . .M10 avenue Parmentier 19 6 6 ⁄ JOURNÉES DU PATRIMOINE RÉPERTOIRE DES LIEUX PAR COMMUNE JOURNÉES DU PATRIMOINE ⁄ 6 7 Suivez-nous sur Journée du Patrimoine en Flandre Programme & infos Dimanche 10 septembre 2017 www.openmonumentendag.be bourgeoises et immeubles modernes, ateliers d’artistes et temples cinématographiques se bousculent dès 1898 dans un carnet de commandes qui ne désemplit pas. Bruxelles est le principal théâtre de leur fièvre créatrice qui évolue avec les styles, les techniques et les matériaux de leur temps. Destinée à un public familial, l’exposition Paul et ses frères ouvre les portes d’une ville vrombissante et lumineuse où quelque 200 réalisations disséminées sur le territoire déclinent le savoir-faire de Paul et ses frères, virtuoses de la décoration. Exposition Paul et ses frères L’architecte Paul Hamesse travaille pendant plus de 40 ans avec ses frères, Georges et Léon, dans leur bureau saint-gillois. Élève de Hankar et de Chambon, passionné d’art et coutumier du milieu artistique bruxellois, Paul a un goût affirmé pour le décor et se forge une griffe toute personnelle qu’il applique aux moindres détails, de la façade à la poignée de porte. Le bureau Hamesse frères est à l’image d’une ruche prolifique et infatigable qui conçoit des projets, dresse des plans et dirige des chantiers sans discontinuer. Maisons de commerces chics et vitrines éphémères, villas luxueuses, maisons SPRB, 2016 Ch. Mouzelard, 2014 6 8 ⁄ JOURNÉES DU PATRIMOINE Archives de la Ville de Bruxelles Archives communales d’Ixelles/Urbanisme Archives familiales Hamesse Archives familiales Hamesse Ch. Mouzelard, 2014 Exposition accessible gratuitement, du 8 septembre au 22 novembre 2017, tous les jours de 10h à 18h, à la mezzanine des Halles Saint-Géry, place Saint-Géry à Bruxelles. Organisation : Association pour l’Étude du Bâti (APEB), avec le soutien de la Direction des Monuments et Sites de la Région de Bruxelles-Capitale. JOURNÉES DU PATRIMOINE ⁄ 6 9 7 0 ⁄ JOURNÉES DU PATRIMOINE 08/09 > 22/11/17 Halles Saint-Géry place Saint-Géry / 1000 Bruxelles accès gratuit tous les jours de 10h à 18h Sint-Gorikshallen Sint-Goriksplein / 1000 Brussel gratis toegankelijk alle dagen van 10u tot 18u & SES FRÈRES   ZIJN BROERS PAUL_HAMESSE_A5_Mise en page 1 13/06/17 20:58 Page1 JOURNÉES DU PATRIMOINE ⁄ 7 1 En Belgique, les Journées du Patrimoine sont organisées depuis 1989. Rendez-vous annuel de milliers de visiteurs, ces Journées sont aujourd’hui organisées dans les 49 États signataires de la Convention culturelle européenne, sous le nom de Journées européennes du Patrimoine. Dans toute l’Europe, pendant les week-ends du mois de septembre, les Journées européennes du Patrimoine ouvrent ainsi les portes de nombreux sites et monuments, dont beaucoup sont fermés d’ordinaire au public, permettant aux citoyens européens de découvrir leur patrimoine culturel commun et de s’instruire à son sujet, tout en les encourageant à prendre une part active à sa sauvegarde et à sa mise en valeur pour les générations présentes et à venir. Des informations sur les Journées européennes du Patrimoine dans les autres pays sont disponibles sur le site www.europeanheritagedays.com LES JOURNÉES DU PATRIMOINE EN EUROPE Depuis 1998, la Région de Bruxelles-Capitale participe à l’Expérience photographique internationale des Monuments. Initié par la Catalogne en 1992 dans le cadre des Journées européennes du Patrimoine, ce projet a pour objectif de développer chez les jeunes, via la photographie, une approche personnelle et créative de la découverte du patrimoine architectural. Actuellement, de nombreux pays européens y prennent part. Emilie GEVERS L’Expérience photographique internationale des Monuments 7 2 ⁄ JOURNÉES DU PATRIMOINE Allan VAN DE GUCHT Zane INDANE L’Expérience photographique internationale des Monuments JOURNÉES DU PATRIMOINE ⁄ 7 3 Ce concours s’adresse à l’ensemble des écoles bruxelloises, toutes années scolaires et sections confondues. Le principe de l’Expérience photographique internationale des Monuments est simple : pendant quelques semaines, les élèves photographient un ou plusieurs monuments ou sites ayant une valeur patrimoniale. Les meilleurs clichés sont sélectionnés par un jury et exposés, pendant les Journées du Patrimoine, dans l’ensemble des pays participant au projet. Dès début septembre, découvrez, sous les marquises des Halles Saint-Géry, les 25 photographies sélectionnées cette année par la Région de Bruxelles-Capitale. Exposition accessible gratuitement, du 1er septembre au 29 novembre 2017, aux Halles Saint-Géry, place Saint-Géry à Bruxelles. Organisation : Direction des Monuments et Sites de la Région de Bruxelles-Capitale. Tom VANDEN BERGHE Margot KENGEN Victoria ENGLEBERT 7 4 ⁄ JOURNÉES DU PATRIMOINE JOURNÉES DU PATRIMOINE ⁄ 7 5 Pour cette 17e édition, la Région de BruxellesCapitale dédie à nouveau ses 160 km2 à la mobilité douce. Le 17 septembre, goûtez donc à une autre mobilité et devenez, vous aussi, Mobilmix ! Avec la gratuité de la STIB et les trains S – offre ferroviaire dans et autour de Bruxelles –, c’est le moment rêvé de tester la complémentarité entre divers modes de transport : bus, métro, train, marche à pied, roller, vélo… La journée sans voiture est destinée à changer les mentalités, à engager un débat sur la mobilité en ville. Outre les Journées du Patrimoine, de nombreuses activités et manifestations seront organisées partout dans la ville. Tous les moyens de se déplacer seront mis à l’honneur. À l’initiative de la Région, «Mon village à la ville» vous permettra de profiter de zones de convivialité et d’activités mobilité/développement durable dans plusieurs communes bruxelloises. Ce sera une journée animée et surtout l’occasion de visiter et découvrir Bruxelles en famille ou entre amis avec moins de voitures, moins de bruit, moins de pollution ! En pratique Le Dimanche sans voiture s’applique à tout le monde, exception faite des transports en commun, des taxis, des autocars, des services de secours et des véhicules d’utilité publique. La vitesse maximum est cependant limitée à 30 km/h pour des raisons de sécurité. Les heures de fermeture de la région : de 9h30 à 19h. Dans certains quartiers, la fermeture des voiries pourra se prolonger en raison des activités ou des fêtes qui s’y dérouleront. Les tunnels seront rouverts de manière progressive. Attention, le code de la route reste d’application. N’oubliez pas que certains véhicules seront autorisés à circuler ce jour-là. Nous vous encourageons à vous déplacer dans le souci du respect de chaque usager. Pour des raisons de sécurité, piétons, rollers et cyclistes ne peuvent en aucun cas emprunter les tunnels ! Pour certaines raisons (livraisons spéciales, déplacements pour raisons médicales), une autorisation de circuler, valable pour l’ensemble de la région, peut être octroyée. Celle-ci ne vaut que pour un véhicule et le motif repris sur le laissez-passer. Pour les Bruxellois, la demande d’autorisation doit se faire auprès de l’administration communale du domicile. Pour les personnes extérieures à la région, la demande doit se faire auprès de l’administration communale du lieu de destination. Vous voulez en savoir plus ? Consultez le site Internet www.mobilmix.brussels où tout le programme sera disponible à partir de début septembre ! Dimanche sans voiture Bruxelles Mobilité Jardins et serres de l’Institut Redouté-Peiffer 79 FOREST / SAINT-GILLES / ANDERLECHT / MOLENBEEK-SAINT-JEAN 70 70. Carte E 12 CITÉ-JARDIN FOREST VERT avenue de Fléron – Forest T 82-97 (Max Waller) B 50 (Max Waller) En 1922, l’architecte Henri Van Montfort remporte le concours organisé par le Foyer forestois. Retenu à l’unanimité, son projet de nouvelle cité-jardin respecte à la lettre le cahier des charges imposé par le commanditaire, à savoir deux tiers de logements pour la classe ouvrière et un tiers destiné à la bourgeoisie, le maintien du terrain en pente et de nombreux espaces protégés pour les petits enfants. Les maisons aux gabarits variés, dotées chacune d’un jardin à l’avant et un à l’arrière, forment un complexe attrayant, véritable labyrinthe de verdure agrémenté de venelles et de petites placettes. De nos jours, les habitants du quartier s’investissent pour préserver le caracg PROMENADE Sur les traces du Zandbeek Cette promenade guidée vous emmènera sur les traces d’un ruisseau forestois enfoui, le Zandbeek ainsi qu’à la découverte d’un paysage urbain riche en surprises. Jadis vallonné et recouvert de bois, il fut d’abord modifié par la percée du chemin de fer et ensuite conquis par la ville, par l’industrie, mais aussi par les cités-jardins, nées d’un rêve de synthèse entre ville et campagne… Le tissu urbain actuel témoigne de ces transformations et recèle encore de petits coins de nature sauvegardée, grâce notamment à l’action de citoyens. Aujourd’hui, commune et citoyens y esquissent des projets de toiles vertes et bleues, de couloirs de biodiversité ou de «nouvelles rivières urbaines». Ce parcours, qui croisera en outre le doyen des arbres bruxellois, sera commenté par certains des auteurs du Carnet du Zandbeek, un ouvrage collectif sorti de presse au printemps dernier. A samedi à 14h (durée : 2h) C lieu de départ : angle des avenues Gatti de Gamond, du Globe et du Jonc à Forest – carte F 12-13 B 48 (Decroly) I renseignements : coordegeb@gmail.com Avec la collaboration des États-Généraux de l’Eau à Bruxelles et de la commune de Forest. tère champêtre de l’ensemble. Ils multiplient les initiatives pour encourager la gestion durable de la cité-jardin centenaire en 2022. Outre un verger, on trouve également un potager collectif, une spirale aromatique, un parcours-découverte par le biais de dix panneaux répartis dans les rues et espaces verts du quartier. Autant d’initiatives qui favorisent la convivialité et la découverte. Promenade, dimanche à 14h et 16h (durée : 1h30). Rendez-vous devant la supérette, place Sunny (à l’angle des avenue Kersbeek, de Fléron et Général Dumonceau). Réservation souhaitée par mail (info@citeforestvert.be). Parcours-découverte accessible toute l'année (dépliants disponibles à la supérette). Avec la collaboration des habitants porteurs du projet Cité Forest vert. FOREST / SAINT-GILLES / ANDERLECHT / MOLENBEEK-SAINT-JEAN ⁄ 7 7 71 71. Carte E 12 M* SITE DE L’ANCIENNE ABBAYE DE FOREST place Saint-Denis – Forest T 82 (Saint-Denis) B 50-54 (Saint-Denis) Bien que la fondation du premier prieuré se situe entre 1105 et 1110 et l’élévation au rang d’abbaye en 1239, la plupart des bâtiments encore visibles aujourd’hui datent du XVIIIe siècle. Ils furent construits sous la direction de l’architecte Laurent-Benoît Dewez, auquel les moniales firent appel après l’incendie qui ravagea une partie du complexe en 1764. Chantre du néoclassicisme, il conçoit un portail et un vaste hémicycle scandé d’ouvertures en plein cintre qui rejoint le prieuré lui-même. La révolution va sonner le glas de l’abbaye et de son important domaine. À une époque, celuici s’étendait de l’actuel parc Duden aux confins de Boitsfort, formant le vaste bois de la Heegde. De même, les bénédictines conserveront les 52 ha du bois de Vronerode jusqu’en 1794, quand elles se séparent de leurs possessions uccloises. Le reste sera vendu au profit de l’État en 1797. Si les constructions, qui avaient à peine 30 ans, ont été maintenues et réaffectées, il n’en fut pas de même pour l’abbatiale gothique et son cloître qui furent démolis comme nombre d’autres dépendances. L’ensemble est finalement acquis par la commune en 1964. Grâce notamment au soutien du programme FEDER 2020, le site de l’abbaye est aujourd’hui à l’aube d’un important projet de restauration et de réhabilitation visant sa reconversion complète en pôle culturel. Récemment, un potager collectif fait de 35 carrés a vu le jour. (CL 08/09/1994) Diverses activités à l’occasion des Fêtes médiévales de Forest. 72. Carte F 11 L* PARC DUDEN chaussée de Bruxelles/ avenue Gabriel Fauré/ avenue Massenet/avenue Jupiter/ avenue Victor Rousseau/ rue du Mystère – Forest B 48-54 (Duden) N’est-il pas curieux de trouver en plein cœur de Bruxelles ce parc à caractère forestier qui conserve des vestiges intacts de la hêtraie pure composant la forêt de Soignes ? Des futaies de hêtres, donc, couvrent les vallons escarpés et se partagent les 23 ha du parc Duden avec des sousbois denses où l’on trouve érables et frênes avec, à leurs pieds, luzules et fougères. Seule la partie nord fut amé- nagée en jardin. La propriété occupée autrefois par l’abbaye de Forest était passée à la famille Mosselman puis à la famille Duden en 1869. C’est toutefois le roi Léopold II qui en devint nu-propriétaire en 1895 et qui la céda à l’État en 1900, via la Donation royale. En 1912, à la mort de la veuve Duden, dernière usufruitière des lieux, on put finalement ouvrir le parc au public. De nos jours, promeneurs et sportifs apprécient les sentiers escarpés et pittoresques de ce coin vert d’exception qui compte quelques spécimens classés comme deux cèdres bleus de l’Atlas, un févier sans épines, un savonnier de Chine ou un phellodendron de Chine. (CL 26/10/1973) Passage de la promenade «Duden et Jupiter, un patrimoine verdoyant» (voir encadré ci-contre). 72 7 8 ⁄ FOREST / SAINT-GILLES / ANDERLECHT / MOLENBEEK-SAINT-JEAN 73 74 73. Carte F 11 L* PARC JUPITER avenue Jupiter – Forest T 51 (Jupiter) B 54 (Jupiter) Liaison naturelle entre le parc Duden et le parc de Forest, la végétation du parc Jupiter couvre joliment un talus en pente raide qui alterne de hautes frondaisons, des espaces gazonnés et des massifs d’arbustes ornementaux jusqu’au niveau de l’Altitude Cent. Son relief accidenté offre des perspectives attrayantes avec, dans la partie méridionale, un ensemble 74. Carte H 10 L MUSÉE HORTA rue Américaine 27 – Saint-Gilles A sam. et dim. de 9h40 à 13h I accès uniquement par les visites guidées T 81-92-97 (Janson) B 54 (Trinité) Déjà architecte de la famille Solvay et d’Edmond van Eetvelde, secrétaire de l’État indépendant du Congo, Victor Horta songea à se construire une demeure personnelle. En 1898, il acheta deux parcelles rue Américaine construisant son habitation sur l’une et son atelier sur l’autre. L’artiste apporta constamment des modifications aux deux édifices avant de déménager à l’avenue Louise en 1919. Après être passée entre diffé- rentes mains, la maison est rachetée par la commune de Saint-Gilles en 1961 à l’instigation de Jean Delhaye tandis que l’atelier suivra en 1971. Des campagnes successives de restauration redonneront à l’ensemble son aspect d’origine. Fort heureusement, les peintures murales, les fers forgés, les parements de briques vernissées et les mosaïques avaient été bien conservés. À l’intérieur, l’escalier joue un rôle majeur dans la liaison des espaces. Sa rampe aux élégantes inflexions évoque l’amour des lignes souples professé par Victor Horta qui fait tourner le bois et découper les vitraux en s’inspirant des végé- taux et d’une nature omniprésente dans son œuvre, comme les corolles épanouies des fresques du dernier palier le prouvent une fois encore. (CL 16/10/1963) Visites guidées, samedi et dimanche à 9h40, 10h, 10h40, 11h, 11h40, 12h et 12h40. Réservation obligatoire au 02/543.04.90 ou par mail (info@hortamuseum.be). Maximum 15 personnes par départ. Avec la collaboration de Bruxelles Bavard et de Korei. Pendant les visites, un atelier papier plié sur le thème du végé- tal sera organisé dans le jardin de l’extension. Cet atelier est destiné aux enfants de 5 à 13 ans accompagnant le groupe. Réservation obligatoire au 02/543.04.90 ou par mail (info@hortamuseum.be). Maximum 12 enfants par groupe. g P R O M E N A D E Duden et Jupiter, un patrimoine verdoyant Commune ouvrière au riche passé industriel, Forest offre un très large éventail de parcs et d’espaces verts : le parc Duden, le parc de Forest, le parc de l’Abbaye, le parc Jacques Brel, le parc Abbé Froidure, etc. Focus sur Jupiter et Duden. Finalement ne font-ils qu’un? Un itinéraire vert au cœur de la nature en ville. A samedi et dimanche à 10h et 14h (durée : 1h30) C lieu de départ : panorama du parc Jupiter, à l’angle de l’avenue Jupiter et de l’avenue Alexandre Bertrand à Forest – carte F 11 T 51 (Jupiter) B 54 (Jupiter) I réservation obligatoire au 02/537.68.75 (du lundi au vendredi de 10h à 13h). Maximum 25 personnes par départ. Avec la collaboration d’Itiné- raires, sur les Sentiers de l’Histoire. de frênes, de merisiers, d’érables et de robiniers, pour ne citer qu’eux. Quelques marronniers remarquables, des tilleuls, un prunier myrobolan et un olivier de Bohême retiendront l’attention des amateurs. Un projet de verger a vu le jour assez récemment au sein du parc Jupiter. Enfin, sur un terre-plein aménagé dans le talus, une table d’orientation permet aux visiteurs de situer quelques curiosités de la capitale, car, à cet endroit, un panorama unique embrasse tout le sud de la Ville de Bruxelles. (SV 26/03/1998) Promenade «Duden et Jupiter, un patrimoine verdoyant » (voir encadré ci-dessous). FOREST / SAINT-GILLES / ANDERLECHT / MOLENBEEK-SAINT-JEAN ⁄ 7 9 F CIRCUIT EN BUS Chassez le naturel, il revient au galop À Saint-Gilles, des parcs dérobés, des étangs, des grottes, des ponts, des cascades se montrent à la manière des folies du XVIIIe siècle et se déclinent parfois en panoramas étranges et abris romantiques. Derrière toutes ces petites choses que l’homme a retravaillées, plagiant Mère Nature, se cachent des techniques et un savoir-faire certain. Volte-face, la nature revient en force et réinvestit le paysage urbain : émerveillement garanti devant les «cascadelles» du square Ambiorix, ou encore avenue de Tervueren avec la nouvelle passerelle sur le Ravel reliant jadis le centre à Tervueren. Un circuit qui mettra en valeur la force de la nature combinée au paysage urbain. A samedi à 9h, 11h30 et 14h (durée : 2h) C lieu de départ : en face de l’entrée arrière du parc Pierre Paulus, rue Hôtel des Monnaies à Saint-Gilles – carte G 10 T 3-4-51 (Parvis Saint-Gilles) B 48 (Parvis Saint-Gilles) I réservation obligatoire au 02/537.68.75 (du lundi au vendredi de 10h à 13h). Maximum 45 personnes par départ. Avec la collaboration d’Itinéraires, sur les Sentiers de l’Histoire. g PROMENADE À la découverte du poumon vert saint-gillois… Quel est le point commun entre la Société royale de Philanthropie, la porte de Hal et la maison Pelgrims ? La beauté de leur jardin. De jolis espaces verts à découvrir ou (re)découvrir sans plus attendre. Trois lieux bien différents qui charmeront les amateurs d’histoire et d’espaces verts ! A samedi et dimanche à 11h et 14h (durée : 2h) C lieu de départ : devant la Société royale de Philanthropie, boulevard du Midi 142 à Bruxelles – carte Centre M 5 M 2-6 (Porte de Hal) T 3-4-51 (Porte de Hal) B 27-48 (Porte de Hal) I réservation obligatoire au 02/319.45.60 (du lundi au vendredi de 9h à 13h). Maximum 25 personnes par départ. Avec la collaboration d’Arkadia. 75 75. Carte G 10 L* MAISON PELGRIMS ET PARC PIERRE PAULUS rue de Parme 69 – Saint-Gilles A sam. et dim. de 14h à 18h (maison) T 3-4-51 (Parvis Saint-Gilles) B 48 (Parvis Saint-Gilles) Attribué à l’architecte A. Pirenne, cet hôtel de maître avec écuries d’abord habité par la famille Colson fut vendu en 1927 à l’industriel Eugène Pelgrims avant de devenir bien communal en 1963. Si l’intérieur fut adapté, on distingue encore quelques beaux vitraux et une élégante verrière bleue reposant sur une structure en béton. Celle-ci couvre l’ancien jardin d’hiver, destiné à accueillir des plantes exotiques, et surplombe de façon impressionnante l’ancien parc de la propriété qui, augmenté ultérieurement, s’étend sur 1,2 ha en intérieur d’îlot. D’inspiration romantique, ce parc à l’anglaise présente un relief au dénivelé singulier qui lui donne un aspect des plus pittoresques encore accentué par des fontaines, de fausses ruines antiques, un petit pont qui enjambe un étang aux berges cimentées, des rocailles au pied de la maison où le propriétaire des lieux cultivait des plantes médicinales, des bacs d’eau et des sources qui alimentaient autrefois les quartiers avoisinants. Cet espace vert, qui compte de belles frondaisons et plusieurs arbres répertoriés comme remarquables, a reçu le nom de Pierre Paulus, en hommage à l’un des fondateurs du groupe expressionniste Nervia. (CL 21/06/2001-maison et 17/04/1997-parc) Visites guidées de la maison et du parc, samedi et dimanche à 14h, 15h, 16h et 17h. Avec la collaboration de Bruxelles Bavard et de Korei. J Visites guidées en langue des signes, samedi à 15h et 16h et dimanche à 14h. Avec la collaboration de l’association Arts et Culture. Exposition des œuvres de l’artiste Ludovic Menesson, lauréat du concours Fonds Pierre Paul Hamesse 2016. Ce fonds créé en 1981 en hommage à Paul Hamesse, ancien échevin de la Culture de Saint-Gilles, participe au rayonnement culturel de la commune en promouvant les jeunes talents dans le secteur des Arts plastiques. 8 0 ⁄ FOREST / SAINT-GILLES / ANDERLECHT / MOLENBEEK-SAINT-JEAN g PARCOURS-DÉCOUVERTE Saint-Gilles, naturellement! Un parcours nature et biodiversité à Saint-Gilles, vraiment ? Dans cet univers tellement urbanisé ? Que reste-t-il de la nature dans une commune pleine de rues asphaltées et de bâtiments ? Vous seriez étonnés… Autrefois, Saint-Gilles était un territoire rural avec des champs, des moulins, des fermes et un fort. On y cultivait des choux de toutes sortes pour alimenter les Bruxellois. Les célèbres choux de Bruxelles y ont trouvé leur origine et ont donné le nom de kuulkapers aux résidents saint-gillois. Aujourd’hui, il reste très peu de traces de ce passé agraire. Néanmoins, il y a toujours, à Saint-Gilles, une grande richesse naturelle, beaucoup d’espaces verts cachés et une biodiversité étonnamment présente. Développé par Brukselbinnenstebuiten à la demande du service du Développement durable de Saint-Gilles, ce parcours-découverte vous fera découvrir le passé rural et les projets nature récents et futurs à Saint-Gilles. A samedi et dimanche toute la journée. Guide du parcours disponible à la Maison Pelgrims, (rue de Parme 69), au Musée Horta (rue Américaine 27) et à l’hôtel de ville de Saint-Gilles (place Van Meenen 39) accessible de 9h30 à 17h à l'occasion des Journées du Patrimoine (informations sur le site de la commune). Avec la collaboration de l’administration communale de Saint-Gilles. g PROMENADE Saint-Gilles, du village de campagne à l’Art nouveau Durant cette promenade, vous partirez à la recherche du Saint-Gilles rural, celui d’avant l’urbanisation massive de la fin du XIXe siècle. En faisant appel aux histoires et aux traces de ce très ancien village, vous commencerez par un voyage dans le temps, pour imaginer le Saint-Gilles des fermes, des sources et des moulins à vent. À travers les rues et les maisons, vous plongerez ensuite dans la formidable mutation qui a transformé le village en faubourg huppé, où s’alignent les hôtels de maître et les fantaisies architecturales si typiques de Bruxelles. Le parcours mettra alors l’accent sur l’Art nouveau et sur la manière dont des architectes comme Horta, Blerot et Strauven ont projeté sur les façades une nature luxuriante et stylisée au tournant du XXe siècle. Vous traverserez aussi un parc méconnu et saisirez l’occasion pour un indispensable condensé de biodiversité saint-gilloise… Une visite inédite et ludique, avec une question en filigrane : comment la ville prend-elle possession de la campagne ? A samedi et dimanche à 10h30, 14h et 16h (durée : 1h30) C lieu de départ : devant l’entrée de la porte de Hal, boulevard du Midi 150 à Bruxelles – carte Centre M 5 M 2-6 (Porte de Hal) T 3-4-51 (Porte de Hal) B 27-48 (Porte de Hal) I réservation obligatoire 0487/60.82.52 (du lundi au vendredi de 14h à 18h). Maximum 25 personnes au départ. Avec la collaboration de Bruxelles Bavard. FOREST / SAINT-GILLES / ANDERLECHT / MOLENBEEK-SAINT-JEAN ⁄ 8 1 76. Carte B 12 VALLÉE DU VOGELZANGBEEK rue Chant d’oiseaux/ avenue des Millepertuis Anderlecht M 5 (Eddy Merckx) Situé sur la rive gauche de la vallée de la Senne, le site du Vogelzang (chant d’oiseaux) illustre le paysage typique des fonds de vallée humides du Brabant, sur une surface de près de 25 ha. Il fait partie du Pajottenland, une région agricole qui se caractérise par des paysages ouverts constitués de cultures, de vergers pâturés, de haies, de friches, de bosquets, de prairies humides et de zones maré- cageuses. Sillonnant la vallée, le Vogelzangbeek alimente une grande mare cernée de saules « têtards », d’aulnes, de roseaux, de massettes, de joncs et d’autres plantes adaptées aux milieux humides. De vastes g PROMENADE Le bassin de batelage, un couloir écologique bleu et vert, plein de vie Le bassin de Biestebroeck est bien connu des nombreux usagers qui empruntent ses quais verdoyants et évidemment des quelques bateleurs qui ont élu domicile sur ses eaux calmes. La promenade nature consistera à observer diverses espèces, tant terrestres qu’aquatiques. Si les unes y séjournent leur vie durant, comme les végétaux, les autres ne font que passer, comme les oiseaux. Mais toutes y trouvent des réponses à leurs besoins : de quoi loger pour les unes ; de quoi manger pour les autres. Cette visite guidée vous permettra donc de découvrir certaines des richesses, parfois inattendues, de la flore et de la faune. Et peut-être aussi de vous étonner que ce tronçon élargi du canal puisse offrir un cadre si propice à la vie sauvage, et cela au cœur de la capitale ! A dimanche à 14h et 16h (durée : 1h30) C lieu de départ : quai de Biestebroeck 110 (en contrebas du pont situé au bout de l’avenue Frans Van Kalken) à Anderlecht – carte D 10 T 81 (Douvres) B 46 (Douvres) I réservation obligatoire au 02/526.83.51 (du lundi au vendredi de 9h à 15h) ou par mail (monuments@anderlecht.brussels). Maximum 25 personnes par départ. Avec la collaboration de l’administration communale d’Anderlecht. 76 prairies, des vergers, des champs et de grandes haies offrent des abords champêtres au site, vestiges du paysage rural d’antan. Cette diversité paysagère se traduit par une variété importante de biotopes, qui explique le classement du Vogelzang en 1998. Au cœur du site, la villa en style cottage du Kattekasteel, avec son petit clocheton, est en cours de rénovation. Non loin de là, un quadruple alignement de marronniers mène de façon solennelle à un cimetière de 18 ha, véritable havre de verdure réputé pour sa faune, sa flore et sa fonge. Des nichoirs ont été installés pour favoriser davantage la pérennité des espèces présentes. (CL 19/03/2009) Visites guidées, samedi et dimanche à 14h (durée : 2-3 h). Rendez-vous devant l’entrée du cimetière d’Anderlecht, avenue des Millepertuis (métro Eddy Merckx). Maximum 25 personnes par départ. Réservation souhaitée par mail (vogelzangreservation@gmail.com). Les chiens, même en laisse, ne sont pas admis. Prévoir des bonnes chaussures de marche ou en cas de pluie, des bottes. Avec la collaboration de l’association CCN Vogelzang CBN. 8 2 ⁄ FOREST / SAINT-GILLES / ANDERLECHT / MOLENBEEK-SAINT-JEAN 77. Carte A 9 L LUIZENMOLEN rue des Papillons 192 – Anderlecht A uniquement dim. de 10h à 18h B 75 (Bon Air) Autrefois, il n’était pas rare de déplacer les moulins à vent sur pivot d’un village à un autre. Ce fut le cas de celui de la rue des Papillons qui, venu d’on ne sait où, fut installé en 1864 aux confins d’Anderlecht. Déplacé à nouveau en 1874, il prend place sur une butte, juste à côté de la ferme de son propriétaire. Le moulin maintient une activité jusqu’en 1928 avant d’être racheté par la commune en 1939. Classée en 1942, la structure se dégrade peu à peu, perdant ses ailes puis s’effondrant tristement. Déclassé en 1954, le Luizenmolen est démoli l’année suivante. Nostalgiques, quelques Anderlechtois passionnés d’histoire locale se mobilisèrent et une ASBL fut créée en vue de la reconstitution du moulin. La commune accorda son aval et les plans furent confiés à l’architecte bruxellois Georges Piron. Une nouvelle butte vit le jour, non loin de l’ancienne, et les frères Peel, constructeurs de moulins à Gistel, furent chargés de faire renaître le Luizenmolen, permettant ainsi à nouveau aux ailes, d’une envergure de 24 m, d’actionner les deux meules de 800 kg chacune. L’inauguration eut lieu en mai 1999. Ce moulin à pivot central, déjà recensé au XIIe siècle, poursuit son œuvre, moulant, comme par le passé le blé fourni par les paysans des alentours, belle touche de ruralité dans la capitale de l’Europe. (CL 08/02/2007) Explications sur l’histoire du moulin et sur son fonctionnement. Accès au musée didactique et à la maquette du moulin. 78. Carte C 10 L GOLF MINIATURE D’ANDERLECHT angle de la rue Claude Debussy et de l’avenue Marius Renard Anderlecht A sam. et dim. de 13h à 19h M 5 (Bizet/Veeweide) T 81 (Van Beethoven) B 75 (Bizet/Van Beethoven) Dès 1956, l’administration communale d’Anderlecht imagine, via son Service des Travaux publics, d’implanter sur son territoire un golf miniature s’inté- grant dans les aménagements, selon les principes du park system. Elle s’inscrit ainsi pleinement dans l’engouement du temps pour ce loisir. À l’époque, dans la seule agglomération bruxelloise, les communes de Forest, d’Uccle, de Jette et, un peu plus tard, de Schaerbeek possèdent déjà un mini-golf, une manière de satisfaire les attentes des administrés tout en ménageant les deniers communaux, ce genre d’installation étant fort rentable à court terme. Le golf miniature d’Anderlecht est aménagé dans un îlot triangulaire délimité par l’avenue Guillaume Stassart, le boulevard Théo Lambert et la rue Claude Debussy, îlot qui est consacré à un espace vert plutôt qu’à l’urbanisation, en raison de la nature du sol (on se trouve en effet dans le fond de la vallée de la Pede). Il compte dix-huit jeux aménagés dans un jardin pittoresque agré- menté de bosquets, de rocailles et de parterres et dont l’élément central est une pièce d’eau surplombée d’une terrasse panoramique. Rapidement, le mini-golf d’Anderlecht connaît un grand succès, enregistrant, quatre ans seulement après son inauguration le 19 septembre 1959, quelque 30.000 entrées. Entrée gratuite à l’occasion des Journées du Patrimoine 79. Carte C 10 JARDINS ET SERRES DE L’INSTITUT REDOUTÉ-PEIFFER avenue Marius Renard 1 – Anderlecht A sam. et dim. de 10h à 18h M 5 (Bizet/Veeweide) T 81 (Van Beethoven) B 75 (Debussy/Van Beethoven) L’école maraîchère, créée en 1922, n’a cessé de se développer et d’étoffer ses cours, adjoignant la floriculture en 1932 et l’histoire des jardins en 1946. En 1958, Paul Dewit, alors directeur des lieux, imagine de doter l’institut d’un jardin de rocaille d’inspiration alpine. Cet élève de Jules Buyssens réussira cette entreprise au-delà de toutes les espérances, combinant avec une rare subtilité le minéral et le végétal. Ce jardin asymétrique, qui s’inscrit dans l’engouement pour le style pittoresque, se découvre au fil d’allées sinueuses au tracé improbable. Une serre riche en plantes tropicales viendra encore enrichir l’endroit dans les années 1960. Entretenu selon les vœux originaux de son créateur, qui en avait fait aussi un outil pédagogique, ce jardin méconnu porte un magnifique témoignage de l’histoire esthétique des jardins en Belgique. Visites guidées, samedi et dimanche à 11h et 14h (durée : 1h30). Maximum 25 personnes par départ. Démonstration de l’utilisation d’une «presse-motte», samedi et dimanche à 12h30 et 15h30. 77 78 FOREST / SAINT-GILLES / ANDERLECHT / MOLENBEEK-SAINT-JEAN ⁄ 8 3 g RALLYE Mère Nature et ses richesses : Anderlecht au naturel Pour un moment, vous êtes invité à un rallye dans la commune de saint Guidon. Maître des lieux, il nous invite à poser un regard… naturel sur sa commune ! Accompagné d’un guide, vous ferez des parallèles – ainsi que des voyages – entre les traces de la nature inscrite profondément dans notre patrimoine architectural, tel le style Art nouveau, et la nature vivante que nous pouvons concrètement manipuler, par exemple dans les jardins ou les parcs. Cette Mère Nature, inépuisable puits de ressources comme la pierre et la terre que l’on utilise pour construire, les plantes médicinales d’Érasme, entre autres, pour soigner, les fleurs ou représentations pour décorer, les fibres, les plantes, les matières pour se vêtir, etc. Quelques questions et épreuves plus tard, vous aurez réussi votre rallye… naturellement ! A samedi à 9h30, 11h30 et 14h (durée : 1h30) C lieu de départ : parvis de la collégiale Saints-Pierre-et-Guidon, place de la Vaillance à Anderlecht – carte D 9 M 5 (Saint-Guidon) T 81 (Saint-Guidon) B 49 (Maison d’Erasme/Saint-Guidon) I réservation obligatoire au 02/537.68.75 (du lundi au vendredi de 10h à 13h). Maximum 25 personnes par départ. Avec la collaboration d’Itinéraires, sur les Sentiers de l’Histoire. 80. Carte C 9 M* JARDIN DES SENS DE NEERPEDE rue de Neerpede 187 – Anderlecht A sam. et dim. de 10h à 18h B 46 (Scherdemael), 75 (Hôpital J. Bracops) Premier parc bruxellois dédié aux personnes malvoyantes, ce jardin, d’une superficie de 2.529 m2, situé en inté- rieur d’îlot, est dédié aux cinq sens. Il a été conçu par le bureau d’étude René Pechère & Partners et inauguré en 2011. Le Jardin des Sens permet au grand public, mais aussi aux personnes malvoyantes, de découvrir en toute sécurité de nombreuses espèces végétales grâce à des chemins balisés en braille. Il est principalement axé sur les sens de l’odorat (plantes odoriférantes), de l’ouïe (fontaines et jeux d’eau), du toucher (plantes caractéristiques) et du goût (plantes comestibles). Un parcours unique qui permet aux visiteurs de toucher, sentir, voir et même goûter, pour certains, les végétaux présentés dans des constructions surélevées 80 en pierre bleue. Une serre, destinée à abriter les plantes en pots nécessitant une protection hivernale, sert aussi de lieu d’accueil à différentes activités pédagogiques consacrées à la nature et à la protection de la biodiversité. 8 4 ⁄ FOREST / SAINT-GILLES / ANDERLECHT / MOLENBEEK-SAINT-JEAN 81. Carte D 9 L* VIEUX BÉGUINAGE D’ANDERLECHT rue du Chapelain 8 – Anderlecht A sam. et dim. de 10h à 12h et de 14h à 17h M 5 (Saint-Guidon) T 81 (Saint-Guidon) B 49 (Maison d’Érasme) Anderlecht conserve le plus petit béguinage de Belgique, attesté dans les sources historiques à partir de 1252. Situé à deux pas de la collégiale Saints-Pierre-et-Guidon, il se compose de deux modestes maisonnettes longues et basses, construites l’une au XVIIe (et dont une partie remonte même au XVe), l’autre au XVIIIe siècle, autour d’un jardin clos agrémenté d’un 81 82 82. Carte D 9 L* JARDIN DE LA MAISON D’ÉRASME rue du Chapitre 31 – Anderlecht A sam. et dim. de 10h à 18h M 5 (Saint-Guidon) T 81 (Saint-Guidon) B 49 (Maison d’Érasme/ Saint-Guidon) Le jardin de la Maison d’Érasme est un jardin des plaisirs et des savoirs. Il se compose, d’un côté, d’un jardin de plantes médicinales dessiné par le paysagiste René Pechère en 1987. Dans ce jardin des maladies, véritable portrait botanique de l’humaniste, on cultive une centaine de plantes connues des médecins du XVIe siècle, parmi lesquelles l’hellébore, l’armoise, l’asaret, la joubarde des toits, la traînasse, la ficaire, la chélidoine, la pâquerette ou la molène, qu’il disposa dans seize carrés bordés de pierre bleue. Il s’inspira des jardins de l’Italie renaissante, réunissant une collection de simples digne des meilleurs herboristes. Derrière ce jardin «du corps » se trouve un jardin philosophique, réalisé par l’architecte-paysagiste Benoit Fondu en 2000, pour aider à penser le monde. En s’inspirant du texte «Le banquet religieux», écrit par l’humaniste après son séjour à Anderlecht (1521), une série de parterres cartographiques a été aménagée, dans laquelle le visiteur admirera les plantes et les fleurs qu’Érasme, premier grand Européen, a contemplées lors de ses nombreux voyages. Jardin de l’esprit, jardin du monde, ce lieu abrite une série de «chambres philosophiques » créées par des artistes contemporains qui sont autant d’invitations à s’asseoir pour jouir du temps qui s’écoule ou discuter avec ses amis, car, comme nous le rappelait Érasme : « Là où sont les amis, là est la richesse. » (SV 26/03/1998) Visites guidées du jardin, samedi et dimanche à 13h et 15h. J Visites guidées en langue des signes, samedi à 14h et dimanche à 10h et 12h. Avec la collaboration de l’association Arts et Culture. puits. Ce lieu au charme désuet servait jadis de cadre de vie à huit béguines. Depuis 1930, le vieux béguinage abrite un musée de folklore et d’art populaire créé par Daniel Van Damme, qui fut aussi le fondateur de la Maison d’Érasme. Avec l’aide de l’architecte Charles Van Elst, celui-ci aménagea les petites pièces qui caractérisent les deux bâtisses en intérieurs reconstitués évoquant la vie quotidienne d’autrefois : une cuisine villageoise et un bollewinkel dans l’aile droite, une chapelle, décorée de peintures murales, différentes chambres de béguines, toutes meublées de mobilier ancien, dans l’aile gauche. Les combles et d’autres salles abritent des collections archéologiques, d’art religieux et populaire, qui reflètent le riche passé d’Anderlecht. (CL 25/10/1938) Visites guidées, samedi et dimanche à 14h et 16h. FOREST / SAINT-GILLES / ANDERLECHT / MOLENBEEK-SAINT-JEAN ⁄ 8 5 84. Carte C-D 7 SCHEUTBOS boulevard Louis Mettewie/ rue de l’Idylle/rue de la Gavotte/ rue de l’Aubade/rue du Gazouillis/ rue Charles de Gronckel/ rue du Scheutbos Molenbeek-Saint-Jean B 46-86 (Machtens) Aux confins de Molenbeek-SaintJean, le Scheutbos déploie encore des paysages identiques à ceux que Breughel reproduisit dans ses tableaux, en particulier une chênaiecharmaie pâturée qui n’existe plus guère dans nos campagnes. Mais la richesse du Scheutbos est bien plus grande. Une vaste saulaie marécageuse ainsi qu’une roselière de 2 ha 83. Carte D-E 8 PARC FORESTIER rue Démosthène – Anderlecht M 5 (Aumale) Bien peu de visiteurs le savent : ce parc vallonné, alternant espaces gazonnés et massifs boisés, était autrefois un cimetière. Fondé en 1854, il accueillit la dernière inhumation en 1953. Encore doté d’une entrée monumentale, le parc forestier a conservé de cette époque un relief particulièrement marqué, l’essentiel des chemins et la totalité des frondaisons, plus de 280 spécimens en tout. Au gré d’attrayants jeux de perspectives, on découvrira des ailantes glanduleux, des tilleuls argentés, des peupliers, des bouleaux ou deux impressionnants robiniers. Sureaux et houx, vestiges des plantations caractéristiques des cimetières, composent la strate arbustive. (CL 03/07/1997) Stand d’informations sur la reprise de la gestion du parc par Bruxelles Environnement, avec enquête sur les attentes du public et promenades dans le parc, samedi et dimanche de 10h à 17h. Rendez-vous à l’entrée du parc, place du Repos. 83 g ACTIVITÉ Navettes en attelage entre les parcs molenbeekois Quoi de plus agréable pour apprécier la ville qu’une balade en attelage ? L’élégance des chevaux, le doux bercement des pavés, le bruit des sabots, la fraiche petite brise… Le charme de ces promenades hippiques permettra aux petits et grands de découvrir ou redécouvrir Molenbeek-Saint-Jean à travers un parcours reliant les différents parcs et squares de l’ouest de Molenbeek-Saint-Jean. Du Karreveld au Scheutbos, en passant par les parcs Albert, Marie-José et des Muses, chacun pourra profiter d’une pause détente en empruntant la carriole d’une « station» à une autre. A samedi et dimanche de 13h à 17h (animation autour du cheval dimanche à 15h30 au Scheutbos) C stations : Scheutbos, parc Albert, parc Marie-José, parc des Muses et parc du Karreveld à Molenbeek-Saint-Jean I pas de réservation possible. Renseignements : tourisme@molenbeek.irisnet.be Avec la collaboration du Service Tourisme de la commune de Molenbeek-Saint-Jean. 8 6 ⁄ FOREST / SAINT-GILLES / ANDERLECHT / MOLENBEEK-SAINT-JEAN 84 g VISITE La Maison de la Nature et le Scheutbos À l’occasion des Journées du Patrimoine, rendez-vous sur le chantier de la «Maison de la Nature», où vous découvrirez ce projet d’exception. Le bâtiment existant est en court de réaffectation pour devenir une ferme d’animation pour enfants avec des activités éducatives tout au long de l’année. Au terme des travaux, ce lieu de rencontre pourra encourager les initiatives du quartier pour la nature et l’environnement. Depuis l’arrière de la maison, un petit sentier de 200 m vous conduira en haut du chemin de l’Oiselet, d’où vous découvrirez un magnifique panorama de Bruxelles. Un ami du Scheutbos vous y racontera l’histoire du Scheutbos, vous décrira sa richesse biologique et paysagère (qui explique son classement) et distribuera des cartes et indications d’itinéraires de promenade à ceux qui souhaitent approfondir leur visite. A dimanche de 10h à 18h C Maison de la Nature, chaussée de Ninove 993 à Molenbeek-Saint-Jean – carte C 8 B 49-86 (Machtens) Avec la collaboration de la commune de MolenbeekSaint-Jean, des Amis du Scheutbos et de Beliris g PROMENADE Le monde bucolique et animalier du petit patrimoine molenbeekois Portez un regard neuf sur les petits clins d’œil amusants et symboliques que nous livre la commune de Molenbeek-Saint-Jean à travers son riche patrimoine (une ruche, une araignée, un poisson, des bateaux, une rocaille dans une église, etc.) et décryptez ce que les façades abritent et nous dévoilent. N’est-ce pas Monsieur Dewin ? A samedi à 9h30, 11h30 et 14h (durée : 1h30) C lieu de départ : parvis de l’église Saint-Rémi, boulevard du Jubilé à Molenbeek-Saint-Jean – carte F 6 T 51 (Jubilé) I réservation obligatoire au 02/537.68.75 (du lundi au vendredi de 10h à 13h). Maximum 25 personnes par départ. Avec la collaboration d’Itinéraires, sur les Sentiers de l’Histoire. et des prairies cernées de haies forment en effet un espace au biotope particulièrement varié qui occupe le sommet du versant ouest de la vallée de la Senne. L’endroit où campèrent les troupes du maréchal de Villeroy quand Bruxelles fut bombardée en 1695 compte près de 300 espèces de plantes à fleurs, 66 espèces d’arbres et d’arbustes. En outre, on y a recensé 87 espèces de champignons et 120 insectes différents, bref, un véritable havre pour le serin cini, l’accenteur mouchet, le traquet, l’épervier, la belette ou la grande sauterelle. C’est au cœur du Scheutbos, traversé par le Maelbeek, que le Leybeek prend sa source. (CL 06/10/1997 et 16/07/2015) Visite «La Maison de la Nature et le Scheutbos» (voir encadré ci-dessous). FOREST / SAINT-GILLES / ANDERLECHT / MOLENBEEK-SAINT-JEAN ⁄ 8 7 g P R O M E N A D E Usines, friches et potagers. Promenade verte dans le vieux Molenbeek Molenbeek-Saint-Jean est l’une des communes les plus peuplées de la Région bruxelloise, particulièrement dans la partie historique. Rares sont les espaces verts à agrémenter les vieux quartiers. Dans ce bâti très dense, cette visite guidée partira à la découverte de quelques lieux où la ville respire : un parc public, une friche industrielle, un jardin collectif, des initiatives privées. Ces jardins racontent l’histoire de ce qui fut le petit Manchester, une commune industrielle singulièrement active, et nous parlent des défis à relever et des initiatives locales. A samedi et dimanche à 11h, 13h et 14h30 (durée : 1h) C lieu de départ : La Fonderie, rue Ransfort 27 à Molenbeek-Saint-Jean – carte F 7 M 1-5 (Comte de Flandres) B 89 (Borne) I réservation souhaitée au 02/410.99.50 (du lundi au vendredi de 9h à 17h). Maximum 25 personnes par départ. À l’occasion des Journées du Patrimoine, La Fonderie-Musée bruxellois des Industries et du Travail sera accessible gratuitement de 10h à 17h. Avec la collaboration de La Fonderie. 85 85. Carte E 7 L* PARC MARIE-JOSÉ boulevard Edmond Machtens/ avenue De Roovere/ avenue Joseph Baeck Molenbeek-Saint-Jean M 1-2-6 (Gare de l’Ouest) T 82 (Gare de l’Ouest) B 86 (Gare de l’Ouest) D’une superficie de 6 ha, le parc Marie-José est aménagé sous les auspices de l’architecte-urbaniste Louis Van der Swaelmen qui transforme le domaine forestier d’Oostendael en un parc paysager de style anglais. Il tire parti des étangs et des sous-bois pittoresques abandonnés à la végétation brabançonne et imagine un espace vert à double physionomie : l’une au relief plan et à l’aspect jardiné, proche de l’entrée principale, et l’autre qui conserve l’aspect vallonné d’origine. Si le jardin japonais a disparu, il reste un petit pont aux rambardes en béton imitant des branches, genre d’ornement qu’affectionnaient les paysagistes. Situé entre le boulevard Machtens et les avenues Baeck et De Roovere, le parc est inauguré en 1922 par la princesse Marie-José, fille du roi Albert. De nos jours, il compte de nombreux arbres remarquables et, dans la partie plus sauvage, une intéressante végétation de sous-bois alternant anémone sylvie, gouet tacheté, lierre, ficaire, fougère ou laîche des bois. (SV 25/02/1999) Stand d’informations sur la reprise de la gestion du parc par Bruxelles Environnement, avec enquête sur les attentes du public et promenades dans le parc avec le gestionnaire et les gardiens, samedi et dimanche de 10h à 16h. Rendez-vous au centre du parc. 8 8 ⁄ FOREST / SAINT-GILLES / ANDERLECHT / MOLENBEEK-SAINT-JEAN 86. Carte E 6 L PARC DU KARREVELD avenue Jean de la Hoese 3 Molenbeek-Saint-Jean T 82 (Cimetière de Molenbeek) B 49 (Cimetière de Molenbeek) Considéré comme l’un des derniers exemples de châteaux-fermes dans la Région de Bruxelles-Capitale, le Karreveld a connu de nombreux propriétaires avant d’être vendu en 1930 à la commune de Molenbeek-Saint-Jean qui, afin de financer sa restauration, a vendu une grande partie du parc comptant, à l’époque, 16 ha. Aujourd’hui, l’écrin vert qui encercle le château couvre un peu plus de 3 ha et se compose d’un terrain boisé évoquant la forêt brabançonne d’antan, avec au printemps, ses tapis d’anémones, de belles surfaces gazonnées et, à l’arrière, un petit jardin classique à la française avec ses parterres et ses haies d’ifs taillés s’ordonnant autour d’une vasque centrale. Au fil de la promenade, certains reconnaîtront sorbier des oiseleurs, marronnier rouge ou magnolia de Soulange. Parmi les arbres remarquables, mentionnons deux platanes à feuilles d’érable, deux frênes et un sophora du Japon. Le parc préserve aussi de nombreuses variétés de conifères : des cèdres de l’Himalaya, de l’Atlas ou du Liban, un cryptoméria du Japon, des douglas d’Amérique, des pins noirs et de Weymouth, un thuya géant, un mélèze du Japon, un épicéa de Brewer ou un faux cyprès de Sawara. (CL 10/11/1955) Exposition et visites «Une promenade verte à Molenbeek» (voir encadré ci-dessous). 86 H EXPOSITION ET VISITES Une promenade verte à Molenbeek Le saviez-vous ? Molenbeek-Saint-Jean dispose de nombreux parcs. Par le biais de documents variés, cette exposition vous permettra de les découvrir… Le plus ancien, inauguré par la princesse Marie-José, est doté de trois étangs. Le parc du Karreveld, quant à lui, propose une grande variété de conifères. Un parc «à la Française» a été aménagé à l’arrière du château. La Région de BruxellesCapitale vient de procéder à la mise en valeur de ces deux parcs. Le site du Scheutbos s’étend sur une grande partie de la commune jusqu’aux limites d’Anderlecht, de Berchem-Sainte-Agathe et de Dilbeek. Des travaux viennent d’y être effectués sur le cours du Maelbeek et du Leybeek. Protégé, un remarquable ginkgo biloba retiendra votre attention au parc des Muses. Le caractère forestier caractérise le parc Hauwaert. Les parcs Bonnevie, Fuchsias (un gazomètre classé), Albert proposent, eux aussi, des espaces jeux pour les jeunes. On en trouve aussi à Saint-Remi, Dubrucq, rues des Étangs Noirs, De Cock, Pierron. À l’ombre des arbres, des bancs suggèrent une halte à la place des Menteurs, square des Libérateurs, Vandenheuvel, Pevenage et encore… Bref, qui a dit que Molenbeek n’était qu’industrielle ? A samedi et dimanche de 9h30 à 18h (visites guidées, samedi et dimanche à 10h, 11h, 12h, 14h, 15h, 16h et 17h) C château du Karreveld, avenue Jean de la Hoese à Molenbeek-Saint-Jean – carte E 6 T 82 (Cimetière de Molenbeek) B 49 (Cimetière de Molenbeek) Avec la collaboration de Molenbecca et de l’administration communale de Molenbeek-Saint-Jean. FOREST / SAINT-GILLES / ANDERLECHT / MOLENBEEK-SAINT-JEAN ⁄ 8 9 Musée de l’Art funéraire – ancien atelier Ernest Salu 103 KOEKELBERG / BERCHEM-SAINTE-AGATHE / GANSHOREN / JETTE / BRUXELLES-LAEKEN / BRUXELLES-NEDER-OVER-HEEMBEEK les provinces du pays. Ses tours en façade s’élèvent à 65 m tandis que la coupole de 30 m de diamètre culmine quant à elle à 90 m de hauteur. D’une superficie de 17 ha, le parc fut amé- nagé à partir de 1880 d’après les plans de l’ingénieur Victor Besme, comme une prolongation verdoyante du nouveau boulevard Léopold II. Coupé en deux en 1958 par une avenue menant à l’Exposition universelle, le bel espace «parc » a cependant pu préserver un joli kiosque à musique et quelques arbres remarquables, dont des micocouliers d’Amérique, des sorbiers de Scandinavie ou des 87. Carte E-F 6 M* BASILIQUE NATIONALE DU SACRÉ-CŒUR ET PARC ÉLISABETH parvis de la Basilique 1 – avenue de Jette/avenue des Gloires nationales/avenue du Panthéon/ avenue de la Liberté Koekelberg/Ganshoren A uniquement dim. de 10h à 17h M 2-6 (Simonis/Élisabeth) T 19 (Collège du Sacré-Cœur) B 87 (Collège du Sacré-Cœur) Tel un majestueux tapis de verdure, le parc Élisabeth déroule sa vaste berme centrale gazonnée, frangée de massifs d’arbres et d’arbustes au pied de la basilique de Koekelberg, un édifice religieux dédié au Sacré-Cœur qui s’est substitué à un projet avorté de panthéon national. Manifeste de l’Art Déco religieux, elle repose sur 1.288 pieux Franki. Si la première pierre fût posée en 1905, l’église que nous connaissons aujourd’hui est un projet du Gantois Albert Van huffel issu d’un concours d’architecture initié bien plus tard, en 1920. Sa mission était de concevoir une église pouvant contenir 3.000 à 4.000 personnes avec neuf chapelles représentant 87 g PROMENADE Koekelberg : histoire de façades Et si les façades du Koekelberg vous étaient contées ? Vignes, vagues, cygnes, nénuphars, cigognes, chérubins, fleurs, lions ailés ont envahi les bétons reconstitués, les vitraux, les céramiques ou encore les sgraffites des maisons d’avant et d’après-guerre. Un moment de séduction dans un quartier qui ne dévoile bien souvent que sa basilique. A samedi et dimanche à 10h et 14h (durée : 1h30) C lieu de départ : devant l’entrée principale de la basilique nationale du Sacré-Cœur de Koekelberg, parvis de la Basilique à Koekelberg – carte E 6 M 2-6 (Simonis/Élisabeth) T 19 (Collège du Sacré-Cœur) B 87 (Collège du Sacré-Cœur) I réservation obligatoire au 02/537.68.75 (du lundi au vendredi de 10h à 13h). Maximum 25 personnes par départ. Avec la collaboration d’Itinéraires, sur les Sentiers de l’Histoire. gainiers de Judée. Du sommet de la basilique, le panorama sur la ville et sur le parc Élisabeth est époustouflant. (CL 08/11/1972 – parc) Visites guidées de la basilique, dimanche à 13h, 14h, 15h et 16h. Avec la collaboration d’Itiné- raires, sur les Sentiers de l’Histoire et de Klare Lijn. Accès au panorama payant. Promenade « Koekelberg: histoire de façades » (voir encadré ci-dessous). KOEKELBERG / BERCHEM-SAINTE-AGATHE / GANSHOREN / JETTE / BRUXELLES-LAEKEN / BRUXELLES-NEDER-OVER-HEEMBEEK ⁄ 9 1 88 88. Carte F 6 L* BELGIAN CHOCOLATE VILLAGE MUSEUM – ANCIENNE BISCUITERIE-CHOCOLATERIE VICTORIA rue De Neck 20 – Koekelberg A sam. et dim. de 10h à 18h M 2-6 (Simonis) T 19 (Simonis) B 13-14-20-87 (Simonis) Fleuron du chocolat belge, la firme Victoria employa jusqu’à 4.000 personnes. Fondée en 1896 à Koekelberg, elle fut d’abord une biscuiterie dont le catalogue comptait près de 131 références. En 1908, le biscuitier devient aussi chocolatier et commercialise tablettes et boîtes aux effigies de la famille royale, du chocolat «de ménage » ou « à croquer » puis du chocolat au lait, aux amandes ou aux noisettes. L’entreprise s’implante rapidement aux Pays-Bas et en France. Les bâtiments, dont une partie abrite aujourd’hui le musée interactif Belgian Chocolate Village, ont traversé le XXe siècle et ses deux conflits mondiaux. Au sein du musée, on découvre notamment des salles didactiques, un atelier mais aussi une serre tropicale qui accueillent trois cacaoyers dans ses conditions de vie naturelle soit 28 °C pour 85 % d’humidité en permanence. Des bananiers, du roucou ou du curcuma y côtoient poivrier, piment, vanillier ou gingembre, voilà qui s’avère unique à Bruxelles ! Visites guidées, samedi et dimanche à 10h, 11h, 11h30, 12h, 14h, 14h30, 15h, 16h et 16h30. Avec la collaboration de l’administration communale de Koekelberg et de E-Guides. Accès à l’exposition permanente du Belgian Chocolate Village. g PROMENADE À travers le Cœur vert de Ganshoren Au départ de La Charnière, cette promenade dévoilera les paysages ruraux de Ganshoren par ses chemins creux et ses quartiers d’habitation les plus récents. Elle vous fera découvrir le cœur boisé de la commune avec ses prairies où paissent des ânes. Quittant ce vallon typiquement brabançon, vous rejoindrez le parc du Mennegat avec ses équipements contemporains, bordé de logements sociaux et d’immeubles à appartements. Du haut du Mail, le panorama, qui inspira plus d’un artiste, vous offrira une vision d’ensemble sur le Cœur vert, entre développement urbanistique et préservation du patrimoine rural. A samedi à 14h et dimanche à 10h (durée : 2h) C lieu de départ : La Charnière, rue Victor Lowet 9 à Ganshoren – carte D 5 B 84-87 (Lowet) I réservation obligatoire au 02/464.05.44 ou par mail (alinclau@ganshoren.irisnet.be). Maximum 25 personnes par départ. Avec la collaboration du Service de l’Aménagement du Territoire, du Service de la Culture Française et du Dienst Nederlandse Cultuur de la commune de Ganshoren. g JEU DE L’OIE Lorsque Ganshoren devient terrain de jeu Un jeu de l’oie à la mare aux oies… Cela ne s’invente pas. Il n’y a qu’à Bruxelles que cela est possible ! Coincée entre une basilique des plus imposantes et un château moyenâgeux, Ganshoren, ce petit bout de terre, dissimule en ses antres des fermettes d’un autre temps, un monde interstellaire, des références à ses origines et une nature tantôt cachée tantôt offerte aux automobilistes pressés. Accompagné de guides, participez en équipe à ce véritable jeu de l’oie vivant. Jetez le dé sur le plateau du jeu et redécouvrez cette commune sous un autre regard… A samedi à 10h et 14h (durée : 2h) C lieu de départ : La Villa, place Guido Gezelle 26 à Ganshoren – carte E 5 B 84-87 (Nereus) I réservation obligatoire au 02/537.68.75 (du lundi au vendredi de 10h à 13h). Maximum 30 personnes par départ. Avec la collaboration d’Itinéraires, sur les Sentiers de l’Histoire. 9 2 / KO EKELB ER G / B ER C H EM - SAI NTE- A GATH E / GAN S H O R EN / J ET TE / B R UXELLES- L AEKEN / B R UXELLES- N ED ER - OVER - H EEM B EEK 89 90 89. Carte D 5 L LA CHARNIÈRE rue Victor Lowet 9 – Ganshoren A sam. et dim. de 10h à 18h B 84-87 (Lowet) Vestige du passé rural de Ganshoren, le bâtiment connu aujourd’hui comme « La Charnière » était une ancienne ferme construite, selon une inscription conservée sur la façade chaulée de blanc, en 1792. Elle sera transformée en café dont l’enseigne « In ‘t Oude Pachtof » (À la vieille ferme) accueillit le public jusqu’à la fin des années 1960. En mauvais état, le corps de logis fut racheté par la commune qui le restaura et le mit à la disposition des seniors qui y organisent nombre de réunions. Avec la rue Demesmaeker toute proche, le quartier résiste encore à la pression immobilière et a su préserver nombre de fermettes, jadis à vocation agricole. Exposition «Les estaminets de Ganshoren, à la charnière de deux mondes» et promenade «À travers le Cœur vert de Ganshoren» (voir encadrés ci-dessous). H EXPOSITION Les estaminets de Ganshoren, à la charnière de deux mondes Jusqu’au milieu du siècle dernier, Ganshoren est restée une commune essentiellement rurale, à deux pas d’un centre urbain à croissance rapide. Au cœur du village de Ganshoren, les estaminets et les laiteries dictaient le rythme de vie de ses habitants, et les accompagnaient dans leurs loisirs. La Charnière, qui date de 1792, est le plus ancien vestige de cette histoire révolue, méconnue des générations actuelles. Dans le cadre des Journées du Patrimoine, la commune de Ganshoren restituera l’atmosphère de cette époque. Le temps d’un week-end, La Charnière se transformera en estaminet, proposant au visiteur des spécialités du terroir et des bières locales artisanales. Une exposition rassemblant des œuvres d’art issues de collections communales et privées évoquera les riches heures de ce lieu aux affectations variées au fil de son histoire (grange, maison d’habitation et estaminet dénommé In ’t Oude Pachthof). A samedi et dimanche de 10h à 18h C La Charnière, rue Victor Lowet 9 à Ganshoren – carte D 5 B 84-87 (Lowet) Avec la collaboration du Service de l’Aménagement du Territoire, du Service de la Culture Française et du Dienst Nederlandse Cultuur de la commune de Ganshoren. 90. Carte C 6 K* ANCIENNE ÉGLISE SAINTE-AGATHE place de l’Église 15 Berchem-Sainte-Agathe A sam. et dim. de 10h à 16h B 20 (place de l’Église) Transformée en centre culturel, la première église dédiée à sainte Agathe occupe un emplacement qui est connu comme lieu de culte dès 1132. Elle conserve d’ailleurs des élé- ments fort anciens, comme la tour de style roman qui date du XIIIe siècle, quand on mentionne une simple chapelle dépendant de l’abbaye de Grimbergen. À l’époque, l’actuel site du Zavelenberg procurait du sable et celui du Kattebroek disposait de carrières dont l’exploitation remonte aussi au XIIIe siècle. Pas étonnant dès lors que l’église ait bénéficié de cet apport en matériaux locaux pour sa construction. Si le bâtiment montre des fondations anciennes toujours visibles, le reste de l’édifice, à savoir une nef unique à chœur surbaissé, est plus tardif. Le monument, témoin de l’antique noyau villageois, a subi deux campagnes de restauration, l’une au XVIIe siècle et l’autre entre 1970 et 1975. On lui redonna alors l’aspect qu’elle avait au XVIIIe siècle. (CL 25/10/1950) Exposition «Berchem-SainteAgathe ou comment concilier ville et nature ?» et promenade «Berchem-Sainte-Agathe, entre urbanité et ruralité» (voir encadrés page suivante). KOEKELBERG / BERCHEM-SAINTE-AGATHE / GANSHOREN / JETTE / BRUXELLES-LAEKEN / BRUXELLES-NEDER-OVER-HEEMBEEK ⁄ 9 3 g PROMENADE Berchem-Sainte-Agathe, entre urbanité et ruralité  Cette promenade verte (une boucle d’environ 4 km) vous permettra de découvrir une série de sites verts berchemois (Allée Verte, bois du Wilder, prairies du Hogenbos, ferme Pie Konijn, Kattebroek, promenade verte, etc.). On vous expliquera comment ces sites ont été préservés et valorisés, comment l’imbrication entre ville et nature s’opère : ses défis et opportunités, la manière de veiller à la constitution d’un patrimoine paysager de valeur pour les générations à venir. Divers projets en relation avec des vergers et potagers, économie sociale ou maillage bleu seront en outre évoqués et commentés. A samedi et dimanche à 10h et 14h (durée : 2h) C lieu de départ : ancienne église, place de l’Église 15 à Berchem-Sainte-Agathe – carte C 6 B 20 (place de l’Église) I maximum 15 personnes par départ. Avec la collaboration de l’administration communale de Berchem-Sainte-Agathe. g P R O M E N A D E Petit patrimoine en carrelage à Berchem-Sainte-Agathe Berchem-Sainte-Agathe a pu se singulariser au fur et à mesure du développement des manufactures de carrelages historiés. Des façades évoquent les champs de blé, les panoramas, les alcyons, les lilas, les mouettes, les poissons, quand il ne s’agit pas d’un cadran scolaire ou de petits singes. Cet itinéraire permettra l’approche de la fabrication de carrelages qui ont fait la réputation de plusieurs manufactures locales et d’un savoir-faire à préserver. A samedi et dimanche à 9h, 11h et 14h (durée : 1h30) C lieu de départ : place Schweitzer à Berchem-Sainte-Agathe – carte C 6 T 19-82 (Schweitzer) B 20 (Schweitzer) I réservation obligatoire au 02/537.68.75 (du lundi au vendredi de 10h à 13h). Maximum 25 personnes par départ. Avec la collaboration d’Itinéraires, sur les Sentiers de l’Histoire. g P R O M E N A D E Jette et ses carrières Depuis l’époque gallo-romaine et jusqu’au XVIIIe siècle, le sous-sol du nord-ouest de Bruxelles a fait l’objet de nombreuses fouilles en quête de pierre silico-calcaire. Cette dernière a été utilisée pour un grand nombre de monuments, mais aussi dans certaines églises à Malines. L’exploitation des carrières de pierre a laissé de profondes traces dans le paysage et dans la toponymie. Cette promenade dans les environs du bois du Laerbeek donnera des explications détaillées sur les exploitations de pierre et la naissance des bois jettois. A samedi à 14h (durée : 1h15) C lieu de départ : Cimetière de Ganshoren, rue au Bois 1 à Ganshoren – carte D 4 B 84-87 (Ganshoren sport) Avec la collaboration du Cercle d’Histoire, d’Archéologie et de Folklore du Comté de Jette. H EXPOSITION Berchem-Sainte-Agathe ou comment concilier ville et nature ?  À travers diverses illustrations cartographiques et photographiques, cette exposition présentera l’état de la nature à Berchem-Sainte-Agathe: ses fleurons (Zavelenberg, bois du Wilder, Kattebroek, Hogenbos) et ses coins cachés (bois inondable de la rue de l’Azur, roselière de la rue des Chats, butte du Zavelenberg, etc.). Son fil conducteur sera «passé, présent et avenir », à la fois historique et prospectif : pourquoi ces espaces de nature ont-ils échappé à l’urbanisation à laquelle ils étaient destinés ? Qui les entretient aujourd’hui et suivant quels principes ? Quels projets pour les maintenir et les valoriser à l’avantage des générations futures ? A samedi et dimanche de 10h à 16h C ancienne église, place de l’Église 15 à Berchem-Sainte-Agathe – carte C 6 B 20 (place de l’Église) Avec la collaboration de l’administration communale de Berchem-Sainte-Agathe. 9 4 / KO EKELB ER G / B ER C H EM - SAI NTE- A GATH E / GAN S H O R EN / J ET TE / B R UXELLES- L AEKEN / B R UXELLES- N ED ER - OVER - H EEM B EEK 91. Carte D 4 M* BOIS DU LAERBEEK avenue du Laerbeek – Jette B 13-14 (UZ-Brussel) Une carrière exploitée par les moines de l’abbaye de Dieleghem est à l’origine du site du Laerbeek. Curieusement, l’endroit s’appelait «het laer », autrement dit « le terrain défriché ». Quand l’extraction cessa à la fin du XVIIIe siècle, on boisa les terrains accidentés riches en sources pour en tirer quelques revenus. Ils devinrent peupleraie, hêtraie et frênaie-aulnaie. L’ensemble, qui s’étend aujourd’hui sur environ 30 ha, fait partie du parc régional Roi Baudouin. Au hasard des promenades, on découvrira les dénivellations inattendues et pittoresques qui font le charme de ce bois vieux de 200 ans. La floraison des nombreuses plantes de sous-bois constitue un 92. Carte D 4 M* FERME POUR ENFANTS DE JETTE petite rue Sainte-Anne 172 – Jette A sam. et dim. de 11h à 18h B 14-84 (De Rivieren), 15 (Eugène Toussaint) Déjà présente en 1777 sur la carte de Ferraris, la petite rue Sainte-Anne traversait un paysage bucolique, qui a très peu changé depuis, avec son ruisseau, ses saules et ses prairies. En bordure de cette voie antique, devenue parfois sentier, une imposante ferme brabançonne a abrité les laitiers de Jette. Ils y ont poursuivi leurs activités jusque dans les années 1960, même si les bâtiments étaient entrés dans le patrimoine communal dès 1934. L’idée de transformer l’endroit en ferme pédagogique germa au début des années 1980. L’ASBL «La Ferme des Enfants » voit le jour en 1986 et assure, depuis, les animations du lieu qui dispose d’un terrain de 9 ha. On y trouve des canards, des poules, des 91 92 autre attrait du Laerbeek. Au fil des saisons, on pourra observer de l’ail des ours, des anémones sylvie ou des jacinthes des bois par myriade, mais aussi du muguet, du populage, de la ficaire, de la violette, de la bugle, de la cardamine, de la valériane, de l’épilobe des marais, de la salicaire, de la lysimaque commune ou des primevères des bois ! (CL18/11/1976) Parcours familial à la découverte du Laerbeek (flore, faune, histoire), dimanche à 11h (durée : 2h). Rendez-vous devant le Chalet du Laerbeek, avenue du Laerbeek 145. Réservation souhaitée par mail (steve.c.braem@gmail. com). Maximum 15 participants. Avec la collaboration des Amis de la forêt de Soignes. cochons, des oies, des lapins, des ânes, des chevaux, des moutons, des chèvres et des cobayes. La ferme est entourée de prés, de champs et d’un verger dont les pommes servent à fabriquer du jus. Visites guidées, samedi et dimanche à 13h. Maximum 20 participants par départ. Avec la collaboration du Cercle des Guides-nature du Brabant (Cercles des Naturalistes de Belgique – CNB). Exposition de photographies de la ferme avant restauration. KOEKELBERG / BERCHEM-SAINTE-AGATHE / GANSHOREN / JETTE / BRUXELLES-LAEKEN / BRUXELLES-NEDER-OVER-HEEMBEEK ⁄ 9 5 93 H E X P O S I T I O N Patrimoine et nature dans le comté de Jette Depuis son apparition, l'être humain a toujours entretenu une relation étroite avec la nature. Par le passé, l’habitat était plus disséminé que de nos jours et l'activité se limitait à l’élevage. Aujourd’hui, il ne reste plus grand-chose du patrimoine rural d’antan, en raison principalement de l’urbanisation galopante. Il fallait en effet, pour édifier les cités, recourir à des matériaux présents dans la nature. L’exploitation de carrières de pierre et de sable et l’aménagement de bois ont laissé des traces dans le paysage et dans la toponymie. La relation avec la nature a persisté également sous la forme de représentations florales dans le patrimoine plus monumental. Châteaux et abbayes ont souvent été dotés de jardins magnifiques. Au XIXe et au XXe siècles, avec l’urbanisation, une attention croissante s’est portée sur les espaces verts et divers parcs ont vu le jour. Tous ces aspects sont encore visibles aujourd’hui à Jette et à Ganshoren et seront évoqués dans cette exposition. A samedi et dimanche de 10h à 12h et de 13h à 18h C Musée communal du Comté de Jette, ancienne demeure abbatiale de Dieleghem, rue Jean Tiebackx 14 à Jette – carte E 3 B 53 (Dieleghem) Avec la collaboration du Cercle d’Histoire, d’Archéologie et de Folklore du Comté de Jette. 93. Carte E 3 L ANCIENNE DEMEURE ABBATIALE DE DIELEGHEM rue Jean Tiebackx 14 – Jette A sam. et dim. de 10h 12h et de 13h à 18h B 53 (Dieleghem) Amputé de son environnement d’origine et de ses dépendances, le palais abbatial de Dieleghem dresse encore avec fierté ses façades d’inspiration classique dessinées par l’architecte Laurent-Benoît Dewez. Érigé à partir de 1775, l’édifice reflète l’environnement luxueux dont pouvaient s’entourer l’abbé et les chanoines qui, à Dieleghem, avaient la charge d’administrer huit paroisses. Très puissante, l’abbaye possédait quantité d’alleux et de bois, parmi lesquels ceux de Dieleghem, du Laerbeek et du Poelbos. Elle y exploitait les filons de grès calcaire avec lequel on construisit notamment la cathé- drale Sainte-Gudule, mais aussi le bois dont elle tirait profit. Après la Révolution, en 1797, le domaine fut vendu. Il faudra attendre un siècle pour que l’endroit, racheté en 1898 par le docteur Capart, retrouve un peu de sa superbe. À cette époque, la propriété disposait encore d’un vaste jardin agrémenté d’un étang, d’une roseraie, d’un verger, d’un potager et d’une serre où le praticien cultivait les orchidées. En 1929, le domaine est loti et morcelé et, en 1954, la commune finit par racheter le palais abbatial et ses environs proches. La restauration débutera en 1967 et se poursuivra jusqu’en 1972. À l’intérieur, on rétablit la décoration originale du XVIIIe siècle et on redécouvrit les stucs de style Louis XVI de la salle d’apparat dont les putti avec les attributs des quatre saisons décorant les tympans de porte. Au niveau de la coupole, par contre, des angelots symbolisent les quatre éléments, autant d’allusions à la nature qui formait jadis un délicieux écrin aux bâtiments abbatiaux. (CL 03/02/1953) Exposition «Patrimoine et nature au Comté de Jette» (voir encadré ci-dessous). 94. Carte E-F 3-4 M* PARC ROI BAUDOUIN rue Bonaventure – Jette T 19 (Gare de Jette), 51 (Guillaume de Greef) B 13 (Eugène Toussaint), 53-88 (Gare de Jette) Le parc Roi Baudouin fut constitué à partir de 1983 pour protéger l’une des dernières enclaves de paysage brabançon naturel dans la Région de Bruxelles-Capitale. L’initiative a également permis de créer un espace paysager de plus de 100 ha regroupant les magnifiques hêtraies des bois du Laerbeek, du Poelbos et de Dieleghem et des zones de prés, de marécages, d’étangs et d’étendues gazonnées. Dans la partie inférieure, un parc paysager de style romantique anglais a été aménagé en englobant le jardin de l’Institut du Sacré-Cœur et le lit de la vallée du Molenbeek. De vastes pelouses bordées de massifs, des arbres isolés, des pièces d’eau et une roselière à phragmite où vivent grenouilles, tritons, martinspêcheurs, rousserolles effarvattes et de nombreux poissons, entourent l’un des derniers vestiges du domaine de l’abbaye de Dieleghem, à savoir le vivier du moulin à eau. Un peu 9 6 / KO EKELB ER G / B ER C H EM - SAI NTE- A GATH E / GAN S H O R EN / J ET TE / B R UXELLES- L AEKEN / B R UXELLES- N ED ER - OVER - H EEM B EEK g PROMENADE Trésors cachés du parc Roi Baudouin à Jette La vallée du Molenbeek à Jette et Ganshoren constitue l’une des trois zones spéciales de conservation désignées en Région de Bruxelles-Capitale dans le cadre du réseau européen Natura 2000. Parmi les principaux sites noyaux figurent les réserves naturelles régionales du Poelbos et du marais de Jette. Le Poelbos (9 ha) est constitué en grande partie d’une ancienne carrière de pierre de grès calcaire, exploitée autrefois par les moines de l’abbaye de Dieleghem et qui a été ensuite reboisée. Différentes sources sourdant au fond du vallon alimentent un étang de pêche (enclavé dans la réserve) ainsi que le marais de Jette (5 ha) contigu. Celui-ci, profondément modifié par l’installation d’un collecteur d’eaux usées, a été réhabilité lors de la création du parc régional Roi Baudouin. Il présente désormais une grande variété de milieux (plans d’eau libre, massifs de roseaux, prairies humides, bois de saules). Une promenade qui vous permettra de découvrir Jette côté nature. A samedi à 14 h (durée : 2h). C lieu de départ : entrée de la réserve du Poelbos, avenue du Laerbeek 110 à Jette – hors carte B 13-14 (Ancienne barrière) I prévoir bottes ou chaussures imperméables. Chiens non admis. Avec la collaboration de la Commission de l’Environnement de Bruxelles-Ouest (CEBO). 94 95 plus haut, des haies de noisetiers, de houx, d’aubépines, de prunelliers et de charmes cernent les dernières prairies pâturées, le verger, les potagers et les champs cultivés recréant aux portes de Bruxelles une singulière atmosphère bucolique. Un chalet de style néo-normand, construit, en 1908, pour l’avocat Eugène Van den Elschen, par l’architecte lié- geois Charles Castermans, abrite un café-restaurant, halte appréciée des promeneurs. Promenade «Trésors cachés du parc Roi Baudouin à Jette» (voir encadré ci-dessous). 95. Carte F 5 K* DOMAINE DE LA GROTTE NOTRE-DAME-DE-LOURDES rue Léopold Ier 296 – Jette A sam. et dim. de 10h à 18h T 19 (Cimetière de Jette), 51 (Démineurs) B 53 (Cimetière de Jette), 88 (Démineurs) L’église dédiée à Notre-Dame de Lourdes (1913) s’avéra rapidement trop petite quand elle dut faire face à l’afflux de pèlerins venus implorer la Vierge lors de la Première Guerre mondiale. Les cérémonies se tinrent alors sur le terrain attenant, sur lequel, très vite, on décida d’aménager, à partir de 1915, une reconstitution de la grotte de Lourdes. Elle attira rapidement des milliers de fidèles qui accrochèrent à ses parois de pierre et de béton armé quantité d’ex-voto, plaquettes, photos, lettres, fleurs, crucifix, ou morceaux d’étoffe. Les structures cimentées imitant la roche créent une parfaite illusion ! La réplique de Jette imite à s’y méprendre la grotte de Massabielle, à Lourdes, là où la Vierge apparut à plusieurs reprises, à partir de 1858, à une jeune fille de la région nommée Bernadette Soubirous. De nombreux pastiches ou des copies fidèles furent érigés dans toute l’Europe. À Jette, on retiendra qu’une pierre originaire du rocher de Lourdes a été placée sous la statue de la Vierge et que l’autel fut offert par le roi Albert 1er et la reine Élisabeth. La grotte est entourée d’un vaste et beau jardin avec des arbres dont certains sont centenaires, des buissons et une grande variation de plantes et de fleurs. Autour de l’étang, quinze petites chapelles évoquent les mystères du rosaire. Plus loin, on en retrouve quatorze autres, avec les stations du chemin de croix. Mise à disposition d’audioguides, sur simple demande auprès du magasin de la grotte, samedi de 10h à 17h et dimanche de 11h à 17h. KOEKELBERG / BERCHEM-SAINTE-AGATHE / GANSHOREN / JETTE / BRUXELLES-LAEKEN / BRUXELLES-NEDER-OVER-HEEMBEEK ⁄ 9 7 96 97 g P R O M E N A D E De parc en parc Au XIXe siècle, les parcs sont devenus une nécessité pour les populations enfermées dans les villes industrielles. Laeken a eu la chance de bénéficier de l’intérêt de Léopold II pour les plantes et de sa volonté d’entourer le domaine royal d’un cadre somptueux. Ce circuit en boucle sera l’occasion de découvrir l’histoire et les beautés, tant naturelles que patrimoniales, de cinq des plus beaux parcs laekenois : le parc de Laeken, le parc d’Osseghem, le jardin colonial, le parc Sobieski et les jardins du Fleuriste. A samedi et dimanche à 14h (durée : 2h30) C lieu de départ : fontaine Sainte-Anne, avenue des Robiniers (en haut de la drève Sainte-Anne) à Bruxelles-Laeken – carte G 3 M 6 (Stuyvenbergh) T 19 (Stuyvenbergh) B 53 (Schola Europea) I réservation souhaitée au 0486/40.40.89 ou par mail (CodemusConcept@numericable.be). Maximum 25 personnes par départ. Avec la collaboration de Codémus Concept. 96. Carte E 2 CITÉ MODÈLE chaussée Romaine/ avenue des Citronniers/ avenue de l’Arbre Ballon Bruxelles-Laeken B 53 (Prince Léopold) Les principes développés par Le Corbusier lors de son étude de la Cité radieuse et ceux mis en exergue par la Charte d’Athènes ont inspiré les créateurs de ce complexe qui symbolise les idées progressistes belges en matière de logement social à la veille de l’Exposition universelle de 1958. Toutefois, le plan initial fut modifié car l’État, qui devait intervenir financiè- rement pour terminer l’ensemble, se désista au profit du Foyer laekenois. Quelque 850 logements sortirent de terre en dix ans. Librement implantés au milieu d’espaces verts, ces immeubles furent bâtis sur pilotis afin de libérer le sol. Les architectes Jean van Dosselaere, René Paris, Victor Coolens et Renaat Braem, un disciple du Corbusier, contribuèrent à la conception de la Cité modèle. Le domaine couvre une superficie de 17 ha. Il se compose d’une succession de jardins : l’escalier jardin, le jardin d’hiver et le jardin d’eau, un ensemble qui s’inspire des concepts du paysagiste Gilles Clément selon lesquels les espaces verts sont des lieux de vie en mouvement, laissés à leur libre développement. Le point d’orgue en est la biodiversité avec des prairies sauvages regorgeant d’herbacées indigènes telles que coquelicots, bleuets, nielles ou digitales. Un potager collectif a également vu le jour riche d’un verger parsemé de nichoirs, d’un site de compostage et d’un rucher implanté sur un toit. 97. Carte G 2-3 M* PARC D’OSSEGHEM avenue de l’Atomium/avenue de Madrid/avenue du Vieux-Bruxelles/ avenue du gros Tilleul/ boulevard du Centenaire Bruxelles-Laeken M 6 (Heysel) T 3 (Esplanade), 7-19 (Centenaire) Autrefois, le site de l’actuel parc d’Osseghem n’était autre qu’une carrière de pierres exploitée par l’abbaye d’Afflighem. Quand l’extraction cessa, l’endroit fut planté de hêtres. Le roi Léopold II, soucieux de tirer parti au mieux des abords du palais de Laeken, acheta donc ce massif forestier en 1909, une portion des quelque 200 ha qu’il avait réussi à réunir au fil des ans à Laeken. Une grande partie sera cédée à la Ville de Bruxelles en 1927 en vue de l’organisation de l’Exposition universelle de 1935. L’architecte-paysagiste Jules Buyssens est alors chargé d’amé- nager ces 17 ha. Il imagine un tracé irrégulier dont les points forts sont un remarquable théâtre de verdure et un étang sinueux long de 500 m dont les rives variées charment les promeneurs. De beaux bouquets d’arbres animent de longues perspectives, comme celle créée par les quatre rangées de hêtres pourpres taillés en cylindre qui borde l’allée conduisant au sommet du parc. Plus d’une vingtaine de spécimens sont repris à l’inventaire des arbres remarquables comme un catalpa chavanon, un cèdre bleu de l’Atlas, un ptérocaryer à feuille de frêne ou trois imposants mélèzes qui auraient été plantés par Léopold II. (CL 16/10/1975) Promenades «De parc en parc» et «Les domaines et parcs de Léopold II » (voir encadrés cicontre et page 101). 9 8 / KO EKELB ER G / B ER C H EM - SAI NTE- A GATH E / GAN S H O R EN / J ET TE / B R UXELLES- L AEKEN / B R UXELLES- N ED ER - OVER - H EEM B EEK 98 98. Carte G 3 L* PARC SOBIESKI ET JARDIN COLONIAL avenue Jean Sobieski/avenue des Ébéniers/avenue des Robiniers Bruxelles-Laeken M 6 (Stuyvenbergh) T 19 (Stuyvenbergh) B 53 (Schola Europea) À l’origine, le terrain du parc Sobieski fut acquis par le roi Léopold II en 1903 afin d’encore augmenter le domaine royal. Le souverain, qui souhaitait disposer d’un jardin fruitier, fit planter le parc de nombreuses variétés de collections. À une époque, on y recense 50 espèces de poiriers et 60 de pommiers ! Des serres abritent des vignes, mais aussi des orangers, des pêchers et des abricotiers. En 1975, la Donation royale cède le parc pour en faire un jardin public. L’ancien verger et sa prairie de fauche occupent la partie centrale et contrastent avec le verger palissé, situé plus haut, et l’allée bordée de haies de charmes taillés. Saule de Pékin, noisetier de Byzance, aulnes glutineux ou platanes arborent joliment le site dont l’étang reflète les saules pleureurs qui l’entourent. Non loin de là, la zone boisée, également achetée, par le roi Léopold II en 1905 et qui deviendra le jardin colonial, couvre 3 ha. Le souverain souhaite y faire construire des serres pour les collections de plantes tropicales ramenées du Congo par le botaniste Émile Laurent. Privés de chauffage durant la guerre, les végétaux mourront. Les espèces rescapées devront attendre 1951 pour être transférées au jardin botanique de Meise. Subsistent toutefois des marronniers, des peupliers baumiers, des hêtres pourpres, des robiniers et des sureaux. Au début des années 1960, les serres sont démolies et le parc devient définitivement un espace public. On ne manquera pas de remarquer la belle villa à colombages de style normand, due à l’architecte Haneau. (SV 11/06/1998) Promenades avec les jardiniers et les gardiens du parc, samedi et dimanche à 11h et à 15h (durée : 1/2h). Rendez-vous à l’entrée du côté de l’avenue Sobiesky. Avec la collaboration de Bruxelles Environnement. Promenades «De parc en parc» et «Le roi jardinier» (voir encadrés page précédente et ci-dessous). g PROMENADE Le roi jardinier Avec le jardin colonial, le parc Sobieski et les jardins du Fleuriste, c’est un ensemble exceptionnel de trois parcs adjacents que vous découvrirez ou revisiterez lors de cette promenade. Avant d’être ouverts au public, ils firent partie des propriétés personnelles de Léopold II : le premier comme jardin d’acclimatation pour servir au développement de ses entreprises coloniales au Congo, le second comme fruitier du palais, tandis que le « fleuriste» était affecté à la production de fleurs pour la décoration des appartements royaux. Du fait de leur fonction originelle, chacun a bénéficié d’un aménagement particulier qui a su tirer parti de la topographie et de l’orientation de chacune des propriétés. L’histoire des lieux et des réaménagements intervenus à partir des années 1960 pour les convertir en parcs publics sera détaillée au fil de cette promenade et vous permettra de découvrir en fin de parcours un étonnant panorama sur la ville et ses faubourgs. A samedi et dimanche à 10h et à 14h30 (durée : 1h30) C lieu de départ : place Saint-Lambert (devant l’église) à Bruxelles-Laeken – carte G 3 T 7-19 (Centenaire) I réservation obligatoire au 0479/39.77.15 ou par mail (laeken.decouverte@gmail.com). Maximum 25 personnes par départ. Avec la collaboration de Laeken Découverte. KOEKELBERG / BERCHEM-SAINTE-AGATHE / GANSHOREN / JETTE / BRUXELLES-LAEKEN / BRUXELLES-NEDER-OVER-HEEMBEEK ⁄ 9 9 99 100 99. Carte G 3 L* JARDINS DU FLEURISTE DU STUYVENBERGH avenue Sobiesky/ avenue des Robiniers Bruxelles-Laeken M 6 (Stuyvenbergh) T 19 (Stuyvenbergh) B 53 (Schola Europea) À l’origine, le roi Léopold II avait fait construire, par l’architecte Henri Maquet, de vastes serres afin d’y cultiver des fleurs d’ornement pour le parc de Laeken et les autres espaces verts de la capitale. Les serres étaient entourées d’un parc jouxtant le domaine du Stuyvenberg et dont l’aménagement fut confié au paysagiste Émile Laîné. À la mort du souverain, la Donation royale louera les lieux à une pépinière locale qui, après une période de pleine activité, va connaître le déclin. Reprises par les services de la Ville de Bruxelles, les serres permettent un temps de fournir en fleurs les parterres d’ornement de la capitale. Mais, peu à peu, l’activité se délocalise. Conscient de la valeur du site créé en 1890, Bruxelles Environnement a rénové cet espace vert d’après de nouveaux plans d’Axel Demonty, pour en faire un lieu d’expé- rimentation et d’exposition de plantes rares. Ce dernier a conservé la scé- nographie d’origine avec une frange boisée, des parterres, des bassins et des belvédères qui offrent une succession de jardins distincts. On y retrouve notamment une belle collection de robiniers, des houx, ou encore des camélias. Promenades avec les jardiniers et les gardiens du parc, samedi et dimanche à 11h et 14h (durée : 1h). Rendez-vous au belvédère proche du pont. Maximum 15-20 participants par départ. Avec la collaboration de Bruxelles Environnement. Promenades «De parc en parc» et «Le roi jardinier » (voir encadrés pages précédentes). 100. Carte G 3 M* PARC DE LAEKEN avenue de la Dynastie/avenue du Parc royal/avenue des Trembles Bruxelles-Laeken T 7-19 (Centenaire) L’érection d’un monument à la mémoire du roi Léopold Ier fut le prétexte invoqué à la création de ce parc de 45 ha qui s’insère parfaitement dans un vaste complexe d’espaces verts comprenant le domaine royal, le parc du Stuyvenbergh, le parc Jean Sobiesky, le Belvédère, le Pavillon chinois, le Donderbergh et le parc d’Osseghem, soit une superficie totale de 300 ha. Si pendant longtemps, le parc fut attribué à Edouard Keilig, l’auteur du bois de la Cambre, de récentes recherches ont pu démontrer que le paysagiste français Jean-Pierre Barillet, l’ingé- nieur Grégoire et son collaborateur Delabarrière sont bien les auteurs du projet. Le public aura accès au parc dès 1880, même si les alentours du Belvédère lui seront interdits, réservés aux seuls membres de la famille royale. Les perspectives aérées, ponctuées d’arbres remarquables, en font l’un des plus beaux parcs anglais de Bruxelles. Parmi les essences classées, mentionnons des corbiers de Scandinavie, des hêtres pourpres, un caryer amer, un tulipier de Virginie, des cèdres du Liban ou une aubépine à un style. (CL 17/09/1974) Promenades «De parc en parc» et «Les domaines et parcs de Léopold II » (voir encadrés page précédente et ci-contre). 100 / KO EKELB ER G / B ER C H EM - SAI NTE- A GATH E / GAN S H O R EN / J ET TE / B R UXELLES- L AEKEN / B R UXELLES- N ED ER - OVER - H EEM B EEK F C I R C U I T E N B U S Léopold II, un roi à la main verte Réduire le règne de Léopold II à quelques monuments et à une folie coloniale serait trop simple ! Notre deuxième souverain, épaulé par son fidèle architecte urbaniste Victor Besme, se penchera très tôt sur le développement urbain de Bruxelles, avec une attention toute particulière portée aux espaces verts. Guidé par un désir impérieux d’embellir sa capitale, mais conscient aussi de la nécessité de laisser respirer une ville à la démographie galopante, il a fait aménager, parfois à ses frais, de nombreux parcs au bénéfice de la population. En bus, vous parcourrez la capitale pour découvrir une sélection rigoureuse de ces parcs, jardins, bois et autres squares, tantôt bucoliques, tantôt tirés à quatre épingles. Après cette visite, on osera dire de Léopold qu’il était un roi à la main verte ! A samedi à 10h30 et 14h30 (durée : 2h30) C lieu de départ : parking des cars de l’Atomium (dans le bas du boulevard du Centenaire) à Bruxelles-Laeken (fin du parcours dans le centre de Bruxelles) – carte G 2 I réservation obligatoire 0487/60.82.52 (du lundi au vendredi de 14h à 18h). Maximum 45 personnes au départ. Avec la collaboration de Bruxelles Bavard. g PROMENADE Les domaines et parcs de Léopold II Le roi Léopold II ne se contenta pas de doubler la superficie du domaine autour du château de Laeken. Jusqu’à la fin de sa vie, il s’efforça d’acquérir un grand nombre de propriétés riveraines : le Belvédère, le Stuyvenberg et plusieurs domaines établis sur le plateau du Heysel. Il offrit également à la nation des terrains pour l’aménagement d’un grand parc public, le parc royal de Laeken. À partir du plateau du Heysel, cette promenade permettra de mieux saisir l’ampleur de l’urbanisme paysager voulu par le souverain, ainsi que les différentes métamorphoses de cet héritage lors des deux grandes expositions universelles de 1935 et 1958 qui amenèrent de nouvelles extensions et la création du parc d’Osseghem. A samedi et dimanche à 10h et à 14h30 (durée : 1h30) C lieu de départ : arrêt Centenaire (quai direction Heysel), place Saint-Lambert à Bruxelles-Laeken – carte G 3 T 7-19 (Centenaire) I réservation obligatoire au 0479/39.77.15 ou par mail (laeken.decouverte@gmail.com). Maximum 25 personnes par départ. Avec la collaboration de Laeken Découverte. KOEKELBERG / BERCHEM-SAINTE-AGATHE / GANSHOREN / JETTE / BRUXELLES-LAEKEN / BRUXELLES-NEDER-OVER-HEEMBEEK ⁄ 101 g PROMENADE Aux marches du palais, du Pavillon chinois à la cressonnière royale Bordés par un parc aux belles essences exotiques, deux morceaux d’architecture, parmi les plus insolites de la Région de Bruxelles-Capitale, inspirés librement par l’Extrême-Orient, la Tour japonaise et le Pavillon chinois voisinent avec la réplique exacte d’une grande fontaine de la Renaissance italienne. Cette promenade permettra de mieux comprendre la genèse et l’originalité de ce dernier projet de Léopold II, mais aussi de découvrir une autre singularité de la coulée verte qui longe le domaine royal : une cressonnière exploitée aujourd’hui par la Ferme Nos Pilifs. Les animateurs de celle-ci présenteront les contraintes et particularités de la culture du cresson à cet endroit. A samedi à 14h30 (durée : 1h30) C lieu de départ : arrêt de tram Araucaria (quai direction Heysel), avenue des Croix de Feu (passé le croisement avec l’avenue de l’Araucaria) à Bruxelles-Laeken – carte H 3 T 3-7 (Araucaria) I réservation obligatoire au 0479/39.77.15 ou par mail (laeken.decouverte@gmail.com). Maximum 25 personnes par départ. Avec la collaboration de Laeken Découverte. 102. Carte I 3 CRESSONNIÈRE ROYALE avenue des Croix de Feu Bruxelles-Laeken A sam. et dim. de 10h à 12h T 3-7 (Buissonets) Le roi Léopold II avait souhaité relier le Palais royal à la gare du Nord par une voie de chemin de fer. Les travaux avaient commencé mais, à sa mort, ils furent abandonnés, laissant un biotope profondément modifié par les terres de remblai. À cet endroit, le sol était d’ailleurs trop marécageux. On ne sait qui suggéra qu’il pouvait, par contre, être propice à la culture du cresson. La famille de Netteke Cresson (voilà bien une coïncidence) le comprit puisqu’elle se consacra à cette activité horticole durant l’entre-deuxguerres. Toutefois, l’entreprise périclita et il fallut attendre 2013 pour qu’un nouveau projet réintroduise en ces lieux la crucifère comestible. Alimentée en eau courante et très pure – des qualités indispensables – par les sources du domaine royal, la 101 101. Carte H 3 L* JARDIN DU PAVILLON CHINOIS avenue J. Van Praet 44 Bruxelles-Laeken T 3-7-19 (De wand) B 53 (De Wand) C’est en visitant l’Exposition universelle de Paris, en 1900, et son fameux «Panorama du Tour du Monde» que le roi Léopold II eut l’idée d’une avenue qu’il peuplerait de constructions exotiques. Le souverain commandita le Pavillon chinois qui fut réalisé entre 1901 et 1905, mais aussi la Tour japonaise. C’est Alexandre Marcel, un architecte parisien spécialisé dans l’architecture orientalisante, qui fut à l’origine de leur conception. Les lions de pierre, les rocailles, les grilles et le portique d’entrée, les réverbères et le petit kiosque complètent la touche pittoresque déjà exprimée avec force par le pavillon et la tour eux-mêmes. Outre de beaux exemples d’art topiaire, les paysagistes de Bruxelles Environnement ont constitué une collection d’hamamélis et de petits érables japonais. Très arboré, le parc de 4,5 ha est riche en essences centenaires et en arbres d’origine asiatique comme un mahonie de Chine, un copalme d’Orient, un faux-cyprès hinoki ou un viorne de David. Près de 31 arbres ont été repris à l’inventaire dont un frêne à feuilles étroites, un paulownia impérial, un orme hybride de Hollande ou un ensemble de tilleuls argentés, d’érables palmés et de saules pleureurs. (CL 12/06/1997) Promenade «Aux marches du palais, du Pavillon chinois à la cressonnière royale» (voir encadré ci-dessous). 102 / KO EKELB ER G / B ER C H EM - SAI NTE- A GATH E / GAN S H O R EN / J ET TE / B R UXELLES- L AEKEN / B R UXELLES- N ED ER - OVER - H EEM B EEK 102 103. Carte G-H 4 L MUSÉE DE L’ART FUNÉRAIRE – ANCIEN ATELIER ERNEST SALU parvis Notre-Dame 16 Bruxelles-Laeken A sam. et dim. de 10h à 18h M 6 (Bockstael) T 62-93 (Princesse Clémentine) B 53 (Artistes) Quand l’art funéraire avait ses lettres de noblesse, les ateliers Salu étaient sans doute les plus réputés de la capitale. Le premier de la lignée à s’être initié à la sculpture fut Ernest Salu qui eut comme maître Guillaume Geefs. Il fit construire non loin du cimetière de Laeken des ateliers qui ne cesseront de s’agrandir au fil du temps jusqu’à leur fermeture en 1984. De nos jours, les bâtiments où retentissaient autrefois le ciseau et le marteau des tailleurs ont été transformés en musée d’art funéraire par l’ASBL Epitaaf. Parfaitement conservé, ce complexe unique abrite une importante collection de moules et de plâtres. Ode à la pierre bleue, la vitrine du magasin et sa devanture à pilastres et fronton sculpté introduisaient l’univers de la dynastie des Salu. À l’arrière, plusieurs ateliers communiquent avec la demeure des sculpteurs par une galerie. Plus loin, deux aigles veillent sur un portail monumental qui donne accès à un agréable jardin d’hiver construit en 1912. Complément prisé des belles demeures de l’époque, il permettait d’offrir un cadre choisi aux essences exotiques ou indigènes. (CL 14/05/1992) Exposition et visites «La signification funéraire de la faune et de la flore» (voir encadré ci-dessous). cressonnière, donnée en gestion à la Ferme Nos Pilifs, fut tout naturellement inaugurée par la reine Paola. Explications. Avec la collaboration de La Ferme Nos Pilifs et de La Promenade Verte de NederOver-Heembeek. H EXPOSITION ET VISITES La signification funéraire de la faune et de la flore La signification symbolique attribuée aux plantes est peut-être aussi ancienne que l’humanité elle-même, et ces dernières sont, à ce titre, de précieux moyens d’expression des sentiments. La valeur symbolique de différentes plantes dans l’art et la culture funéraires est à ce point omniprésente que nous nous y arrêtons encore à peine. Elles suggèrent tout à tour la vie éternelle, la renommée, la fidélité, la force, l’espoir ou encore l’innocence. Des centaines de tombes sont ornées d’acanthes, de feuilles de chêne, d’épis, de lierre, de lis, de laurier ou de rameaux d’olivier ou de palme, ou encore de pavot aux vertus euphorisantes s’agissant des monuments Art nouveau. Un nombre au moins aussi important de sépultures se parent de troncs brisés ou de couronnes, sont entourées de serpents ou accueillent des aigles ou des colombes. Lors de cette exposition dans l’ancien atelier Salu, vous apprendrez à mieux comprendre la signification funéraire de cette faune et de cette flore, sur la base de modèles, de croquis et de dessins. Les visites guidées qui y sont associées vous permettront ensuite de découvrir les exemplaires réalisés sur les monuments funéraires du cimetière de Laeken. A samedi et dimanche de 10h à 18h (visites guidées dans le cimetière, samedi et dimanche à 14h) C Musée de l’Art funéraire – Ancien atelier du constructeur de monuments funéraires Ernest Salu, parvis Notre-Dame 16 à Bruxelles-Laeken – carte G-H 4 T 62-93 (Princesse Clémentine) B 53 (Artistes) Avec la collaboration d’Epitaaf. KOEKELBERG / BERCHEM-SAINTE-AGATHE / GANSHOREN / JETTE / BRUXELLES-LAEKEN / BRUXELLES-NEDER-OVER-HEEMBEEK ⁄ 103 g PROMENADE Le bois du Val des Béguines et ses environs Le bois du Val des Béguines, au relief si particulier, regagne peu à peu une diversité biologique intéressante. Cette promenade mettra en contexte ses origines, son histoire et ses particularités. À terme, la Ville de Bruxelles s’est engagée à former une véritable « forêt urbaine» au départ du bois. Elle est ardemment souhaitée par les riverains en compensation de leur quartier vert bousculé par une importante augmentation de l’habitat. Le parcours se prolongera par la découverte de sa voisine, l’aulnaie marécageuse, nourrie par le Tweebeek et constituant un site à haute valeur biologique dont la Région ne compte que deux exemples. Enfin, vous découvrirez une haie arborée séculaire façonnée par l’homme, mais que la nature a partiellement reprise, un vestige écologique farouchement défendu par les naturalistes. A samedi et dimanche à 10h30 et 14h (durée : 1h30) C lieu de départ : Ferme Nos Pilifs, Trassersweg 347 à Bruxelles-Neder-Over-Heembeek – carte J 1 B 53 (Ferme Nos Pilifs) Avec la collaboration de La Promenade Verte de Neder-Over-Heembeek et de La Ferme Nos Pilifs. 104 104. Carte G-H 4 M* CIMETIÈRE DE LAEKEN parvis Notre-Dame de Laeken Bruxelles-Laeken A sam. et dim. de 8h30 à 16h30 (dernière entrée à 16h) T 62-93 (Princesse Clémentine) B 53 (Artistes) Même si le petit cimetière connaissait déjà un certain engouement, l’inhumation de la reine Louise-Marie en 1850 dans la chapelle Sainte-Barbe puis dans la nouvelle église de Laeken a encore accru cette inclination attirant bientôt la bourgeoisie, l’aristocratie et le monde des arts. En quelques années, le cimetière de Laeken est ainsi devenu une sorte de « PèreLachaise belge» présentant un riche aperçu de l’art funéraire de l’époque. Bien que peu arboré, l’endroit recèle une intéressante diversité végétale sous forme de haies, d’allées, d’alignements ou d’arbres isolés. Outre des féviers d’Amérique, des cyprès, des tilleuls, des tulipiers de Virginie, des genévriers horticoles, un hêtre pleureur qui ombrage la tombe de la Malibran mérite le détour, tout comme un frêne pleureur près de l’église et une double allée de chênes de Hongrie qui flanque la grande avenue. Enfin, l’hépatique à thalle, une plante primitive, constitue une autre curiosité du cimetière dont la végétation contribue au romantisme de la nécropole. (CL 14/01/1999) Visites guidées sur la symbolique générale et végétale des cimetières, samedi et dimanche à 14h (durée : 2h). Rendez-vous à l’entrée du cimetière. Maximum 25 participants par départ. Avec la collaboration du Cercle des Guides-nature du Brabant (Cercles des Naturalistes de Belgique – CNB). 104 / KO EKELB ER G / B ER C H EM - SAI NTE- A GATH E / GAN S H O R EN / J ET TE / B R UXELLES- L AEKEN / B R UXELLES- N ED ER - OVER - H EEM B EEK 105. Carte J 1 M* FERME NOS PILIFS Trassersweg 347 Bruxelles-Neder-Over-Heembeek A sam. de 9h à 18h dim. de 10h à 17h B 53 (Ferme Nos Pilifs) Étonnant d’encore trouver en région bruxelloise des écrins champêtres tels que ceux de la Ferme Nos Pilifs. Plus de 5 ha de bois, de prairies, d’enclos, de mares et de sentiers dont plus de la moitié est consacrée au parc animalier, encerclent les installations qui virent le jour à partir de 1984. Créée dans le but de proposer un travail utile, valorisant et rémunérateur à toute personne en situation de handicap, l’entreprise emploie aujourd’hui 170 personnes acquises à l’écologie et au développement durable. Elles prennent soin des chèvres poitevines, des deux chevaux de trait ardennais, des ânes, des poules fauves de Hesbaye, des poneys, des lapins, des dindes et des pintades en saison, de la vache de Jersey, ainsi que des moutons roux ardennais. Elles gèrent également le Jard’Inspiration, une juxtaposition de parcelles de démonstration qui figurent des modèles pour réaliser un jardin de ville, un potager collectif, végétaliser une terrasse, un balcon, un mur et même une surface minérale. Ouverte au public, la Ferme Nos Pilifs éduque aussi les plus jeunes au recyclage et au compostage. Promenades-découverte des espaces verts et du lagunage, samedi et dimanche dès constitution d’un groupe de 15 personnes. Avec la collaboration de La Ferme Nos Pilifs et de La Promenade Verte de Neder-Over-Heembeek. Promenade «Le Bois du Val des Béguines et ses environs» et visite «Le Bois Saint-Landry et sa source, site de haute valeur biologique… très discret» (voir encadrés page précédente et ci-dessous). g V I S I T E Le bois Saint-Landry et sa source, site de haute valeur biologique… très discret Aux confins septentrionaux de la Région, en pleine zone industrielle, tel un oasis et inconnu de (presque) tous, le bois Saint-Landry est un site appartenant à Citydev (ex-SDRB) qui l’entretient avec précaution. Préservé in extremis par et pour des amoureux de la nature, il sera exceptionnellement ouvert à l’occasion des Journées du Patrimoine et ses visiteurs découvriront si… la source est vraiment miraculeuse ! Le guide vous dévoilera les richesses du bois et son contexte historique… pour le moins étonnant. A samedi et dimanche à 11h et 15h (durée : 1h30) C lieu de départ : Ferme Nos Pilifs, Trassersweg 347 à Bruxelles-Neder-Over-Heembeek – carte J 1 B 53 (Ferme Nos Pilifs) I réservation souhaitée au 0475/77.05.63 ou par mail (benoit.elleboudt@gmail.com). Maximum 20 personnes par départ. Avec la collaboration de CityDev, de La Promenade Verte de Neder-Over-Heembeek et de La Ferme Nos Pilifs. 105 KOEKELBERG / BERCHEM-SAINTE-AGATHE / GANSHOREN / JETTE / BRUXELLES-LAEKEN / BRUXELLES-NEDER-OVER-HEEMBEEK ⁄ 105 Parc Josaphat 110 106 ⁄ EVERE / SCHAERBEEK / SAINT-JOSSE-TEN-NOODE EVERE / SCHAERBEEK / SAINT-JOSSE-TEN-NOODE du lierre, essentiellement pour leur valeur symbolique, ou des cerisiers du Japon pour leur aspect esthétique à l’époque de floraison. Une fois franchis les robustes pavillons d’entrée de style néo-étrusque dessinés par l’architecte Victor Jamaer, le cimetière dévoile un ensemble unique de monuments commémoratifs de grande qualité comme le mémorial anglais de la bataille de Waterloo, œuvre de Jacques de Lalaing, mais aussi des arbres remarquables comme un pla- 106. Carte L 5-6 M* CIMETIÈRE DE BRUXELLES avenue du Cimetière de Bruxelles Evere A sam. et dim. de 8h30 à 16h30 (dernière entrée à 16h) B 63-66-80 (Cimetière de Bruxelles) Les cimetières existants étant devenus trop exigus, les autorités de la Ville de Bruxelles décidèrent en 1874 d’acquérir de vastes terrains en bordure de la chaussée de Louvain. Elles eurent recours à l’architecte paysagiste Louis Fuchs pour amé- nager les 38 ha ainsi constitués. Ce dernier dessina un vaste parc paysager structuré par de larges avenues, des ronds-points, d’élégantes perspectives arborées, des enclos plus intimes ceints de haies et des espaces gazonnés ourlés de sentes propices au recueillement. Comme nombre de ses contemporains, il planta des résineux persistants, des chênes, des saules pleureurs et g PROMENADE Repos sous les arbres Le cimetière de Bruxelles à Evere, le plus grand de Bruxelles, est un vaste parc de 38 ha, aménagé par l’architecte paysager Louis Fuchs. Outre ses chemins sinueux et ses parcelles boisées, on y trouve un décor végétal extraordinaire : chênes, hêtres, cyprès, marronniers d’Inde, platanes et autres saules pleureurs. Une multitude de personnages connus (bourgmestres de Bruxelles, sculpteurs, architectes, scientifiques) ou anonymes (victimes de la bataille de Waterloo ou simples habitants de la commune) y ont trouvé un dernier refuge. Le cimetière offre également de l’espace pour de nombreux monuments commémoratifs publics, reflets des styles en vogue dans l’architecture au moment de leur réalisation. Un espace vert à redécouvrir… A samedi et dimanche à 10h et 14h (durée : 2h) C lieu de départ : entrée du cimetière, avenue du Cimetière de Bruxelles à Evere – carte L 5-6 B 63-66-80 (Cimetière de Bruxelles) I réservation obligatoire au 0499/21.39.85 ou par mail (info@e-guides.be). Maximum 20 personnes par départ. Avec la collaboration de E-Guides. tane à feuille d’érable, un noisetier de Byzance ou de magnifiques érables argentés. Les amateurs d’oiseaux reconnaitront peut-être pouillots véloces et siffleurs, accenteurs mouchets, grimpereaux des jardins, sittelles torchepot, pics épeiche, éperviers d’Europe ou ouettes d’Égypte. (CL 06/02/1997) Promenade «Repos sous les arbres» (voir encadré ci-dessous). 106 EVERE / SCHAERBEEK / SAINT-JOSSE-TEN-NOODE ⁄ 107 107 g PROMENADE Le passé agricole d’Evere Commune du nord-est de la région bruxelloise, Evere est longtemps restée un petit village rural, en périphérie de la ville. Cette promenade vous proposera de découvrir certains témoins du passé agricole de la commune. Le parcours débutera au Musée communal Pieter Cnops, garant de la sauvegarde de la mémoire d’Evere. À quelques centaines de mètres de là, l’ancien moulin à vent, construit en 1841, est niché dans un petit parc classé. Il rappelle l’importance de la culture céréalière à Evere jusqu’à la fin du XIXe siècle. Enfin, la visite s’achèvera à la fermette du Geuzenberg. Situé à côté de la maison communale, ce bâtiment est un témoin unique de l’activité agricole au plateau du Geuzenberg, haut-lieu de la production céréalière à Bruxelles avant d’être voué à la culture artisanale du chicon jusqu’au milieu du XXe siècle. A samedi et dimanche à 10h30 (durée : 2h) C lieu de départ : Musée communal Pieter Cnops, rue Édouard Stuckens 11-13 à Evere – carte J 5  T 55 (Tilleul) I réservation obligatoire au 02/245.37.79 ou par e-mail (mbma-bmmv@evere.brussels). Maximum 15 personnes par départ. Avec la collaboration de l’administration communale d’Evere. g PROMENADE Evere la rurale, entre chicon et aviation…  Evere ce puzzle ! Rassemblez les pièces et vous obtenez une commune aux confins de deux époques avec ses pièces de modernité et ses pièces ancrées dans la ruralité. Dans son ciel, les avions qui s’élancent; dans son sol, les chicons qui se cultivent. Et de même, entre les faucons des armoiries communales, les cultures vivrières de navets et de radis, la vieille métairie, le ‘t Hoeveke, le Gueuzenberg, le moulin ou encore le Moeraske et le site du Kerkebeek, voici un itinéraire tantôt d’hier, tantôt d’aujourd’hui, tantôt nature, tantôt urbain. N’est-elle pas la seule commune de Bruxelles à avoir un musée de la ruralité ? A samedi à 9h et 14h (durée : 1h30) C lieu de départ : devant la maison communale, square Hoedemaekers à Evere – carte K5 B 45-65 (Hoedemaekers) I réservation obligatoire au 02/537.68.75 (du lundi au vendredi de 10h à 13h). Maximum 25 personnes par départ. Avec la collaboration d’Itinéraires, sur les Sentiers de l’Histoire. 107. Carte J 5 L MUSÉE BRUXELLOIS DU MOULIN ET DE L’ALIMENTATION rue du Moulin à Vent 21 – Evere A sam. et dim. de 10h à 18h T 55 (Tilleul) Édifié en 1841, le moulin à vent d’Evere permettait aux paysans des environs de moudre leur grain. Le bâtiment, en brique et de forme conique, a subi plusieurs évolutions et connu différentes affectations au fil du temps. En 1853, on y installa une machine à vapeur afin de poursuivre les activités indépendamment des conditions climatiques. On finira d’ailleurs par retirer les ailes en bois, devenues obsolètes. Le moulin s’est aussi vu adjoindre deux nouvelles constructions en 1887 et 1904, accueillant respectivement des moulins à cylindres et un espace de stockage. Incapable de concurrencer les vastes meuneries de Willebroek, le moulin ferma ses portes en 1911 et abrita ensuite différentes petites industries locales, devenant pour un temps une fabrique à thermosiphons, une tannerie, une entreprise de construction de petites machines à bois ou encore une fabrique de boyaux destinés à la boucheriecharcuterie. Dans les années 1930, Oscar Tausig y installa sa fabrique d’épices qui occupa les lieux jusqu’en 1983. Laissés à l’abandon, le moulin d’Evere ainsi que le jardin et l’allée pavée située dans le parc ont été classés en 1990 et rachetés par la commune d’Evere en 1998. Depuis 2008, le bâtiment restauré accueille le Musée bruxellois du Moulin et de l’Alimentation. Le rez-de-chaussée abrite toujours des machines de meunerie qui ont servi au traitement des épices, des nettoyeurs, des moulins à cylindre ou des blutoirs : une façon d’introduire une histoire de la meunerie abordée dans la salle permanente, de la molette préhistorique au mouvement circulaire continu. (CL 20/12/1990) Visites guidées, samedi et dimanche à 14h et 16h. Réservation obligatoire au 02/245.37.79 ou par e-mail (mbma-bmmv@evere.brussels). Maximum 15 personnes par départ. Exposition sur l’histoire du bâtiment depuis sa construction. 108 ⁄ EVERE / SCHAERBEEK / SAINT-JOSSE-TEN-NOODE g PROMENADE Huart Hamoir: autour d’une avenue-parc Conçu en 1907 et implanté sur le versant de la colline de l’ancien hameau de Helmet, le quartier de l’avenue Huart Hamoir se caractérise par son plan paysager en miroir, son architecture éclectique dans sa partie occidentale et un bâti principalement d’esprit Art Déco et moderniste pour sa moitié orientale. L’axe central a été conçu comme un véritable petit parc qui conserve encore des aménagements en fausses rocailles, des monuments et plusieurs arbres remarquables. La diversité architecturale du quartier en fait également un inépuisable réservoir de petit patrimoine évoquant la nature au travers des vitraux d’impostes ou de nombreux sgraffites encore présents sur les façades de la «Belle Époque». À travers les habitants et les constructeurs successifs du quartier, c’est la grande et la petite histoire d’une commune qui pourront être ressuscitées. A samedi à 14h30 (durée : 1h30) C lieu de départ : parvis de l’église de la Sainte-Famille, square Riga à Schaerbeek – carte J 5 T 7 (Demolder) I maximum 25 personnes par départ. Avec la collaboration de l’association Patrimoine de Schaerbeek (PatriS). H EXPOSITION Histoire et folklore de la commune d’Evere Le Musée communal d’Evere, installé dans un bâtiment centenaire, sauvegarde la mémoire de cette entité située au nord-est de Bruxelles et présente l’histoire de la commune du Moyen Âge à nos jours. Ses archives retracent la vie économique, folklorique, politique, religieuse et associative d’Evere, qui est longtemps restée un village marqué par l’activité agricole. A samedi et dimanche, de 10h à 18h C Musée communal Pieter Cnops, rue Édouard Stuckens 11-13 à Evere – carte J 5 T 55 (Tilleul) Avec la collaboration de l’administration communale d’Evere. 108. Carte J 4 PARC WALCKIERS Schaerbeek I accès uniquement par visites guidées B 59 (Chaumontel) Il faut remonter au début du XVIIIe siècle pour retracer l’histoire du parc Walckiers dont le nom provient de la famille qui le possédait à partir de 1765. Le domaine, doté d’un élégant château de style classique, disposait des jardins à la française qui seront transformés dans le style romantique anglais, à la mode à l’époque. Le relief est modifié et le parc, agrémenté d’étangs, d’une cascade, d’une glacière et d’une orangerie. On aménage même une allée bordée de bustes de personnages célèbres, une sorte d’Élysée menant à la grille d’entrée flanquée de deux sphinges. De cette période subsistent une fausse grotte et un passage en ruines surmonté d’un obélisque. Imitant à s’y méprendre d’hypothétiques vestiges ou une nature pittoresque, ces lieux faisaient partie des fabriques et autres fantaisies de la période romantique. À la fin du XIXe siècle, le domaine est racheté par l’Institut de la SainteFamille mais, dans les années 1950, l’État procède à l’expropriation des deux tiers du terrain pour y tracer une voie qui mènerait à l’autoroute qui conduit à Anvers. Il y entrepose des remblais, modifiant durablement la configuration du lieu. Toutefois, le projet n’aboutira jamais. Aujourd’hui, le parc Walckiers présente un aspect semi-naturel avec ses prairies parsemées de bouquets d’arbres, sa haute futaie, ses vergers, ses mares et sa prairie humide. (CL 09/03/1995) Visites guidées «Les deux facettes du Walckiers», dimanche à 10h, 12h, 14h et 16h (durée : 1h30). Rendez-vous à l’entrée de l’Institut de la SainteFamille, rue Chaumontel 9 à Schaerbeek. Avec la collaboration de la Commission de l’Environnement de Bruxelles et Environs (CEBE) et des élèves de l’option «Technicien(ne) en environnement » de l’Institut de la Sainte-Famille. 108 EVERE / SCHAERBEEK / SAINT-JOSSE-TEN-NOODE ⁄ 109 g PROMENADE Du Quartier des Fleurs à la cité Terdelt Jadis séparées par l’ancien cimetière de Schaerbeek, les villas du Quartier des Fleurs et les maisonnettes de la cité-jardin Terdelt sont réunies aujourd’hui par un parc et des terrains de sport. Les deux ensembles ont été principalement construits entre 1920 et 1940. Groupées le long d’avenues ou de rues arborées, bordées par des jardinets, ces constructions ont été influencées tout à la fois par l’Art Déco et par les courants modernistes caractéristiques de l’entre-deux-guerres. Un quartier de villas cossues d’un côté, une cité-jardin de l’autre, construite à l’initiative du Foyer schaerbeekois, la première société publique de logements sociaux fondée en Région bruxelloise. Deux atmosphères différentes à découvrir donc : larges avenues au tracé rectiligne et perpendiculaire pour les villas, réseau de courtes voiries au tracé sinueux, ponctué de placettes pour les logements sociaux. La promenade racontera deux histoires architecturales et sociales qui s’entremêlent aux confins de Schaerbeek. A dimanche à 14h30 (durée : 1h30) C lieu de départ : parvis de l’église Sainte-Suzanne, angle avenue des Glycines et Latinis à Schaerbeek – carte J 6 T 7 (Louis Bertrand) B 66 (Latinis) I maximum 25 personnes par départ. Avec la collaboration de l’association Patrimoine de Schaerbeek (PatriS). B P A R C O U R S À V É L O Schaerbeek, entre patrimoine architectural et patrimoine naturel Ferronneries d’art, grilles de portes, de balcons, de jardins, sculptures, sgraffites, stucs, vitraux, etc. s’inspirent beaucoup de la nature, du monde animal et végétal; représentations tantôt bien réalistes, tantôt très stylisées. Depuis la perspective d’un versant de la vallée de la Senne, découvrez le mélange entre aménagement urbain avec arbres remarquables et le patrimoine architectural à la nature décorative, jusqu’au joyau/poumon vert de Schaerbeek. Ce parcours guidé à vélo, sillonnera les abords du quartier Huart Hamoir, de la gare de Schaerbeek au parc Josaphat, en passant par les places Verboekhoven et Colignon (qui abrite un couple de faucons pèlerins) et de la très belle avenue Louis Bertrand. A samedi et dimanche à 14h30 (durée : 2h30) C lieu de départ : devant l’église de la Sainte-Famille-Helmet, square Riga à Schaerbeek – carte J 5 T 7 (Demolder) I attention : n’oubliez pas votre vélo. Pas de location possible sur place. Station Villo ! n° 170, square Riga. Avec la collaboration du GRACQ – Les Cyclistes quotidiens (section locale de Schaerbeek). 109. Carte I 5 JARDIN avenue Eugène Demolder 41 Schaerbeek A sam. et dim. de 12h à 18h T 7 (Demolder) Édifié en 1910 par l’architecte Albert Dankelman, cet imposant hôtel particulier de style éclectique à forte inspiration néoclassique s’intègre avec succès à un front de rue très homogène. Le passage cocher donne directement accès au jardin et abrite l’entrée principale du bâtiment. Destinée à l’entrepreneur Antoine Podevain, cette riche demeure se devait de posséder un bel espace vert avec dépendances et fabriques, complé- ment indispensable d’un hôtel de maître digne de ce nom. Il s’étend d’ailleurs en intérieur d’îlot du no 25 au no 43. Outre une écurie avec tourelle d’escalier, le jardin comprend un pavillon circulaire en béton-ciment sous dôme, un plan d’eau cerné de faux rochers et une serre, récemment restaurée, dont la structure en ciment imite les troncs d’arbres, un genre très populaire à l’époque baptisé rocaille. Visites guidées, samedi et dimanche à 12h, 14h et 16h. Avec la collaboration d’Itinéraires, sur les Sentiers de l’Histoire et de Korei. Exposition «Les rocailles de ciment » (voir encadré ci-contre). 110 ⁄ EVERE / SCHAERBEEK / SAINT-JOSSE-TEN-NOODE 109 110. Carte J 6 M* PARC JOSAPHAT avenue Ambassadeur Van Vollenhoven/avenue du Suffrage universel/ avenue Ernest Renan/boulevard Lambermont/avenue Chazal/ avenue des Azalées – Schaerbeek T 7 (Chazal) B 64 (Chazal), 66 (Azalées) Selon la légende, en 1574, un fidèle de retour de pèlerinage à Jérusalem trouva une telle similitude entre la vallée de Roodebeek et celle de Josaphat, en Palestine, qu’il rebaptisa ce coin de Schaerbeek. À ce même endroit existait un vaste domaine qui, au début du XXe siècle, risqua d’être morcelé. Le roi Léopold II encouragea la commune à l’exproprier dans le but de préserver l’un des beaux espaces verts de cette partie de Bruxelles. Aménagé par le paysagiste belge Edmond Galoppin, le parc sera inauguré en 1904. La commune l’embellira et triplera sa surface initiale en lui adjoignant quantité de parcelles contiguës. Il concentre un espace réservé aux jeux et aux pratiques sportives, une animalerie, de belles pelouses et nombre de coins pittoresques riches en rocailles. Le parc Josaphat détient d’ailleurs un record en région bruxelloise avec près d’une trentaine d’éléments rocaillés recensés. Outre un charmant pigeonnier, la Laiterie récemment inaugurée, un grand abri toituré et un joli kiosque, le parc s’enorgueillit de trois étangs en enfilade, dont le dernier se termine par un remarquable ensemble de faux rochers. Un pont de rondins et un paysage alpin réalisé par Dumillieux retiendront aussi l’attention, de même que quelques spécimens notables comme un séquoia géant, un toona de Chine ou un copalme d’Amérique. Le parc trouve une prolongation dans la berme centrale de l’avenue Louis Bertrand agrémentée d’arbres et de parterres, un peu comme un tronc d’arbre dont la frondaison serait le parc Josaphat. (CL 31/12/1974) Découverte des serres communales avec le Service des Espaces verts, samedi et dimanche de 10h à 13h et de 14h à 18h. Rendez-vous boulevard Lambermont 411 à Schaerbeek. J Visites guidées en langue des signes, samedi à 14h et dimanche à 10h et 14h. Avec la collaboration de l’association Arts et Culture. Activités «Le parc Josaphat, mon amour, ou l’histoire d’une vallée à vos pieds» et promenade «Les rocailles et les bronzes du parc Josaphat » (voir encadrés page suivante). H EXPOSITION Les rocailles de ciment A comme Armature… C comme Ciment… R comme Rocailles. Les rocailles de ciment, patrimoine généralement centenaire de nos parcs et jardins, déjouent les perceptions jusqu’à faire prendre du ciment sculpté pour de la pierre ou du bois ! Les grottes, cascades, rochers, ponts sont l’œuvre des cimentiers rocailleurs d’autrefois. La mode est passée, le métier a disparu, reste un patrimoine important à préserver. Cette exposition photographique mettra à l’honneur la diversité des réalisations sous forme d’abécédaire. A samedi et dimanche de 12h à 18h C avenue Demolder 41 à Schaerbeek – carte I 5 T 7 (Demolder) Avec la collaboration de Françoise Lombaers. EVERE / SCHAERBEEK / SAINT-JOSSE-TEN-NOODE ⁄ 111 g ACTIVITÉS Le parc Josaphat, mon amour, ou l’histoire d’une vallée à vos pieds Vos pieds, vos oreilles, vos mains, vos yeux et même votre langue seront sollicités pour partir à la (re)découverte d’un parc très riche en surprises. Cinq ateliers vous attendent pour une découverte toute en douceur et amusements de l’ancienne vallée Josaphat. Au programme : Au pas dans l’histoire Embarquez dans l’hippobus pour découvrir le parc Josaphat et l’avenue Louis Bertrand au rythme des chevaux de trait et des paroles de vos hôtes. Tout public, enfants à partir de 5 ans (accompagnés obligatoirement). A samedi et dimanche : 10h, 11h15, 12h30, 13h30, 14h45, 16h, 17h15 (durée : 45 minutes) C lieu de départ : devant le kiosque I réservation obligatoire par mail (yves.hanosset@ gmail.com). Maximum 20 participants par départ. Murmures d’arbres Les arbres remarquables du parc viennent vous murmurer à l’oreille leurs aventures séculaires… A samedi et dimanche de 10h à 18h C lieu pour obtenir le plan des installations : kiosque Sensationnel ! Vous avez envie d’une balade la tête en bas ou dans la couronne des grands arbres ? Une multitude d’approches décalées, sensorielles vous seront proposées afin de redé- couvrir le parc par le bout de la lorgnette et des mains. Fous rires et sensations garanties ! A samedi et dimanche en continu C lieu de départ : devant le kiosque D’après nature Six rendez-vous dans différents lieux du parc pour réaliser un carnet de voyage collectif à travers la multitude de points de vue qu’offre ce parc à l’anglaise. À vos crayons et pastels ! A samedi et dimanche : 10h30, 13h30 et 16h C lieu de départ : devant le kiosque Une pensée de Schaerbeek Envoyez votre carte postale d’un baiser léger et chargé d’une pensée. Les serres du parc se dévoilent à votre regard, se mettent sur leur trente-et-un pour vous faire photographier à l’ancienne. A samedi et dimanche de 10h à 13h et de 14h à 18h C lieu départ : dans les serres, boulevard Lambermont 411 Avec la collaboration de l’association Patrimoine à Roulettes et de la Commune de Schaerbeek. 112 ⁄ EVERE / SCHAERBEEK / SAINT-JOSSE-TEN-NOODE g P R O M E N A D E Les rocailles et les bronzes du parc Josaphat La vallée Josaphat constitue la limite entre le haut et le bas de la commune de Schaerbeek. Le cours du Roodebeek, ruisseau lui-même affluent du Maelbeek, est jusqu’au XIXe siècle un lieu de promenade constitué de propriétés privées et d’estaminets. À la fin du siècle, l’urbanisation le menace. La commune, avec l’appui de Léopold II, décide la transformation d’une partie de la vallée en parc public paysager. Victor Besme modifie le tracé du boulevard de ceinture pour le faire coïncider avec le sommet de la crête, et la commune s’engage à sauvegarder le panorama vers Bruxelles depuis le boulevard Lambermont. Le parc Josaphat est particulièrement riche en rocailles de ciment : paysage alpestre, cascade en faux rochers, ponts et bancs en faux bois sont destinés à donner au paysage un caractère pittoresque de nature reconstituée. Perspectives, sculptures de pierre et de bronze, arbres remarquables contribuent à l’intérêt patrimonial du parc qui a fait l’objet d’une restauration complète et que vous découvrirez lors de cette promenade. A samedi et dimanche à 11h, 13h30 et 15h (durée : 1h) C lieu de départ : entrée du parc Josaphat, square Prévost Delaunay à Schaerbeek – carte J 6 T 7 (Chazal) B 64 (Chazal) I réservation souhaitée au 02/410.99.50 (du lundi au vendredi de 9h à 17h). Maximum 25 personnes par départ. Avec la collaboration de La Fonderie. 111. Carte I 6 M* MINI-GOLF DU PARC JOSAPHAT avenue Ambassadeur Van Vollenhoven 1 – Schaerbeek A sam. et dim. de 10h à 12h T 7 (Louis Bertrand) B 66 (Azalées) En 1952, quelques jardins potagers des «Colons de la Ligue du Coin de Terre » occupaient encore une languette de terre coincée entre la rue et les rails du chemin de fer, au beau milieu du parc Josaphat. Le succès remporté par les golfs miniatures au H EXPOSITION Schaerbeek la verte Avec plus de 70 ha d’espaces verts, parcs, squares, places, jardins potagers en îlots et dix-sept plaines de jeux, la commune de Schaerbeek est l’une des plus vertes de la région bruxelloise ! Cette exposition de photographies de Claire Eykerman et Mirjam Devriendt ainsi que les projections qui l’accompagneront mettront ce patrimoine vert à l’honneur. Des livres sur Schaerbeek seront également présentés. A samedi et dimanche de 11h à 18h C avenue Louis Bertrand 43 à Schaerbeek – carte I 6 T 92 (Église Saint-Servais) B 59 (Herman), 66 (Crossing) littoral donna l’idée à un particulier de proposer au conseil communal la création d’un parcours. Sa conception fut confiée au paysagiste René Pechère qui imagina de grouper les jeux en chapelet sur le pourtour du terrain afin de tirer parti au mieux de la surface disponible. Un golf miniature de 18 trous vit ainsi le jour. Il fut ouvert dès 1954 et connut d’emblée un grand succès tant auprès des amateurs que des sportifs séduits par son ingéniosité et la beauté de sa végétation. 111 EVERE / SCHAERBEEK / SAINT-JOSSE-TEN-NOODE ⁄ 113 H PERFORMANCE Cueillir le jour à la Maison Autrique Le Festival ARTONOV s’inspire du mouvement international de l’Art nouveau, tant pour sa philosophie que pour sa mise en pratique. Son objectif est de générer une convergence entre les arts vivants, tels que la musique, la danse, la mode, le théâtre et les arts visuels, en encourageant l’interdisciplinarité. Dans le cadre des Journées du Patrimoine, il vous proposera une performance où les artistes s’interrogent sur la façon dont l’art et la performance artistique peuvent interagir avec l’espace architectural, dans un dialogue qui renforce l’esprit et l’essence du lieu : le «genius loci », l’esprit du lieu. De la musique au tissage, l’univers évolue de la répétition à la virtuosité des gestes. De l’audible au silence, du visible à l’invisible… Dans une cadence saccadée, Marine Falque-Vert et Élise Peroi se répondent en écho dans leurs univers respectifs. Les liens se tissent, les gestes se chevauchent, évoluent, jouant au rythme d’un balancier. A samedi et dimanche à 11h30 et 18h (durée : 30 minutes) C Maison Autrique, chaussée de Haecht 266 à Schaerbeek – carte I 6 T 25-92-62 (Robiano), 93 (Liedts) B 59 (Herman), 65-66 (Robiano) I réservation obligatoire au 0468/12.17.74 ou par mail (festival.artonov@gmail.com). Maximum 80 personnes par performance. 112. Carte I 6 L MAISON AUTRIQUE chaussée de Haecht 266 Schaerbeek A sam. et dim. de 12h à 18h (dernière entrée à 17h15) I accès uniquement par visites guidées (groupes de 20 personnes) T 25-92-62 (Robiano), 93 (Liedts) B 59 (Herman), 65-66 (Robiano) Érigée en 1893 d’après les plans de Victor Horta, la Maison Autrique apparaît comme un immeuble charnière dans la carrière du célèbre architecte. En effet, si l’édifice évoque encore un certain éclectisme, les matériaux choisis et l’élaboration d’un langage ornemental basé sur la courbe annoncent indubitablement l’Art nouveau. Sa façade en pierre blanche, avec entrée décentrée et fenêtres géminées au premier étage, est surmontée d’une loggia avec poteau axial en bois. Entre l’année de sa construction et le milieu des années 1990, la Maison Autrique a connu de nombreuses transformations, tant au niveau de la distribution des pièces que des éléments décoratifs. Il fut donc décidé de retrouver son esprit originel quand on entreprit de la restaurer. La mission fut menée à bien par l’architecte Francis Metzger. Comme ses contemporains, Victor Horta s’est librement inspiré de la nature. Ainsi, les gracieux enroulements en mosaïque du sol dans le hall d’entrée ne sont pas sans rappeler des hampes de fougères tandis que les fleurs épanouies des vitraux qui éclairent la même pièce évoquent des lys. Aux visiteurs de trouver, au fil des pièces, les clins d’œil nature du célèbre architecte. (CL 30/03/1976) Visites guidées en continu (dernier groupe à 17h15). Avec la collaboration de Klare Lijn et de Pro Velo. Exposition «Horta en Amérique 1916-1918». Performance «Cueillir le jour à la Maison Autrique» (voir encadré ci-dessous). 112 114 ⁄ EVERE / SCHAERBEEK / SAINT-JOSSE-TEN-NOODE 113. Carte I 6 L SIÈGE SOCIAL DE GREENPEACE BELGIQUE – ANCIEN ATELIER DU PEINTRE MARKELBACH chaussée de Haecht 159 Schaerbeek A uniquement dim. de 10h à 18h (dernière entrée à 17h15) I accès uniquement par visites guidées (groupes de 15 personnes) T 25-62-92 (Robiano) B 65-66 (Robiano) Daté d’environ 1850, ce bel immeuble était la demeure mais aussi l’atelier du peintre Alexandre Markelbach. Derrière une façade de style néoclassique avec entrée cochère latérale et rezde-chaussée à refends, s’organise une suite de salons dont l’opulente décoration d’origine a subsisté. L’un d’eux présente une corniche richement ornementée d’inspiration Régence, combinée à une alternance de lambris, de panneaux peints de grotesques, de miroirs et de toiles mettant en scène des angelots figurant les quatre saisons. Ceux qui déambulent sur une plage symbolisent l’été tandis que les autres, occupés à vendanger, évoquent l’automne. D’autres, tenant un nid, rappellent que le printemps est synonyme de renouveau. Les autres pièces, quant à elles, furent aménagées dans le style néo-Renaissance. L’édifice dispose également d’une galerie rehaussée de bas-reliefs reproduisant la procession des Panathéennes et d’une véranda arrière qui fut rajoutée entre 1858 et 1876. À l’époque, le jardin d’hiver était un complément essentiel à tout hôtel de maître digne de ce nom. Greenpeace a acheté l’immeuble en 1999 pour y installer ses bureaux et a initié une rénovation respectueuse de la décoration qui a été entièrement pré- servée. L’organisation a recours à la confrontation non violente et créative pour dénoncer les problèmes environnementaux et proposer des solutions essentielles à la création d’un avenir vert et pacifique. Indépendante, elle mène campagne pour défendre le droit des populations à respirer un air de qualité par une meilleure politique de mobilité. Ouvrir son immeuble à la visite lors de la journée sans voiture prenait donc tout son sens. Visites guidées en continu (dernier groupe à 17h15). Avec la collaboration de l’Atelier de Recherche et d’Action Urbaines (ARAU) et de Korei. 113 114. Carte I 6 L* MAISON DES ARTS chaussée de Haecht 147 Schaerbeek A sam. et dim. de 10h à 18h T 25-62-92 (Robiano) B 65-66 (Robiano) Le bâtiment à front de rue, situé chaussée de Haecht 147, masque une demeure construite, en 1826, pour un riche marchand de draps du nom de Charles-Louis Eenens. En 1876, elle est augmentée d’un étage et flanquée de deux ailes en avancée, structurées par de hauts pilastres. Entre 1894 et 1899, on adjoint une tour en briques de style éclectique et on agrandit les écuries. Si l’extérieur s’inscrit dans le courant néoclassique, l’intérieur conserve une suite de salons aux éléments décoratifs empruntés aux styles Louis XV, Louis XVI et néoRenaissance flamande, autant d’illustrations des goûts bien distincts en vigueur à l’époque. Témoin d’une demeure aristocratique de la Belle Époque à Schaerbeek, la résidence des Terlinden, du nom des derniers propriétaires, disposait bien entendu d’un jardin qui se résume aujourd’hui à un bassin cerné d’espaces gazonnés, eux-mêmes flanqués d’arbres palissés. Des massifs et quelques frondaisons bordent les sentiers. La commune gère la propriété depuis 1950. Elle y a installé la Maison des Arts, cadre d’expositions, de concerts, de conférences et d’autres événements culturels. (CL 28/05/2015) Visites guidées, samedi et dimanche à 10h, 11h, 12h, 14h, 15h, 16h et 17h. Avec la collaboration de l’Atelier de Recherche et d’Action Urbaines (ARAU) et de Korei. Exposition «Parcs et paysages schaerbeekois dans les collections communales». Les salons de la Maison des Arts accueilleront des tableaux, documents anciens et dessins issus des collections communales marquant le goût des artistes des XIXe et XXe siècles pour ces vues de Schaerbeek. 114 EVERE / SCHAERBEEK / SAINT-JOSSE-TEN-NOODE ⁄ 115 115. Carte H 7 K*/L LE BOTANIQUE ET JARDIN BOTANIQUE rue Royale 236 Saint-Josse-ten-Noode A sam. et dim. de 12h à 18 (Le Botanique) M 2-6 (Botanique) T 92-93 (Botanique) B 61 (Botanique) Fondée en 1826, la Société royale d’Horticulture des Pays-Bas, voyant dans la création d’un Jardin botanique une façon de développer ses activités commerciales, finance donc en partie le projet. Elle en oublie vite ses aspirations scientifiques des premiers temps et édite ses premiers catalogues de plantes, graines et bulbes dès 1830, quelques mois à peine après l’inauguration du Jardin. Point d’orgue d’un parc dont les plans sont établis par l’architecte Charles-Henri Petersen, le vaste bâtiment des serres qui devait accueillir les collections d’un précédent jardin botanique fut inauguré en 1829. L’artiste-décorateur Pierre-François Gineste dirigea les travaux d’après des plans de l’architecte Tilman François Suys. Respectant la structure traditionnelle des orangeries, il imagina une imposante rotonde centrale à coupole, flanquée de deux ailes terminées chacune par un pavillon légèrement en ressaut. Aux verrières qui comblent les entrecolonnements de la rotonde et couvrent le portique délimité par cette même colonnade, s’ajoutent les serres adossées aux ailes latérales. Aujourd’hui, les lieux sont occupés par Le Botanique, le Centre culturel de la Communauté française. Le parc, remplaçant ce qui n’était qu’une succession d’étangs, de petits bois, de champs et de potagers, s’organise en terrasses pour tirer parti de la déclivité de l’endroit. Il sera agrandi en 1842 et en 1854. Après la Seconde Guerre mondiale, les collections de plantes sont transférées à Meise. Coupé par le boulevard Saint-Lazare, le parc nécessite un réaménagement. La tâche est confiée à René Pechère qui, à l’occasion de l’Exposition universelle de 1958, imagine un jardin divisé en trois terrasses distinctes. Devant les serres et l’orangerie s’étend le jardin à la française, rigoureusement compartimenté et planté d’arbustes fleuris. La partie médiane, qui s’inspire des exemples italiens, s’orne d’une roseraie en étoile et d’un parterre où fleurissent 40 espèces d’iris. La troisième section du parc, dans la zone inférieure, s’apparente au style paysager anglais, présentant des sentiers sinueux, des pelouses bordées de massifs arbustifs et des pièces d’eau qui font entendre leur doux murmure. Près de 55 arbres remarquables ont été recensés dans les 6 ha du parc, particulièrement impacté par la petite ceinture, la jonction Nord-Midi et le métro. (CL 15/04/1964) Visites guidées des serres et de certaines parties des bâtiments, samedi et dimanche à 13h, 14h30 et 16h. Avec la collaboration du Service éducatif du Botanique. Promenades avec les jardiniers et les gardiens du parc, samedi et dimanche à 14h (durée : 1h). Rendez-vous sur la terrasse haute, à l’entrée de la rue Royale. Avec la collaboration de Bruxelles Environnement. Promenades «Du Jardin botanique à l’écrin de verdure de la Cité administrative ! » et «Le Jardin botanique de Bruxelles et ses bronzes» et rallye accompagné «Mystère au Botanique» (voir encadrés ci-contre et page suivante). g PROMENADE 50 nuances de vert Partout dans le monde, les villes doivent faire face à une pression démographique croissante. Pour des raisons de qualité de vie, elles doivent également verdir. Ainsi voit-on fleurir un peu partout des alternatives vertes et créatives au classique parc urbain, vorace en espace. Cette promenade vous emmènera à la découverte des espaces verts du quartier Nord, qui se remet petit à petit des ravages du plan Manhattan des années 1960 et 1970. A dimanche à 10h, 13h et 15h (durée : 2h) C lieu de départ : hall de la gare de Bruxelles-Nord, en face du grand panneau d’affichage, rue du Progrès 80 à Schaerbeek – carte H 6 T 3-4-55 (Gare du Nord) B 14-61 (Gare du Nord) I réservation obligatoire au 0493/50.40.60 ou par mail (info@klarelijn.be). Maximum 25 personnes par départ. Uniquement en néerlandais. Avec la collaboration de Klare Lijn. 116 ⁄ EVERE / SCHAERBEEK / SAINT-JOSSE-TEN-NOODE 115 g R A L LY E ACCOMPAGNÉ Mystère au Botanique Les rumeurs vont bon train depuis quelque temps : des visiteurs auraient aperçu un fantôme dans le Jardin botanique de Bruxelles. Si le fantôme n’a pas l’air bien méchant, certains l’ont entendu marmonner à propos d’une malédiction. Mais qui peut bien hanter ce vieux jardin ? Tentez d’éclaircir ce mystère. Entre passé et modernité, sculptures en bronze et nature, résoudre les énigmes vous permettra de découvrir en famille les secrets et les trésors de ce parc tranquille à l’histoire pourtant mouvementée. A samedi et dimanche 10h, 11h30, 13h30, 15h et 16h45 (durée : 1h30) C lieu de départ : rendez-vous sur les escaliers extérieurs de la rotonde du Centre culturel Le Botanique, rue Royale 236 à Saint-Josse-ten-Noode – carte H 7 M 2-6 (Botanique) T 92-93 (Botanique) B 61 (Botanique) I réservation souhaitée au 02/410.99.50 (du lundi au vendredi de 9h à 17h). Maximum 15 personnes par départ. Avec la collaboration de La Fonderie. g P R O M E N A D E Le Jardin botanique de Bruxelles et ses bronzes Le Jardin botanique de Bruxelles a perdu la fonction scientifique de conservation et de recherche en botanique et horticulture qui a été la sienne durant plus d’un siècle, au profit du Jardin botanique de Meise. Malgré ses malheurs et amputations dus à la modernité – jonction Nord-Midi, boulevards et tunnel routiers, travaux du métro et immeubles de bureaux – il reste cependant l’un des plus anciens et des plus beaux parcs publics de la capitale. Dès sa création en 1829, et jusqu’à nos jours, l’endroit est un lieu de promenade apprécié, l’art et la culture y ont leur place : des concerts en plein air y sont organisés, un ensemble exceptionnel de sculptures de bronze y est installé. Aujourd’hui, les bâtiments accueillent un centre culturel, là où s’épanouissaient jadis les plantes indigènes ou exotiques. Une promenade qui vous fera faire un bond dans le passé… A samedi et dimanche à 11h, 13h et 14h30 (durée : 1h) C lieu de départ : en haut de la rampe d’accès au parc (arrêt des trams), rue Royale à Saint-Josse-ten-Noode – carte H 7 M 2-6 (Botanique) T 92-93 (Botanique) B 61 (Botanique) I réservation souhaitée au 02/410.99.50 (du lundi au vendredi de 9h à 17h). Maximum 25 personnes par départ. Avec la collaboration de La Fonderie. EVERE / SCHAERBEEK / SAINT-JOSSE-TEN-NOODE ⁄ 117 116. Carte I 7 M* SQUARE ARMAND STEURS Saint-Josse-ten-Noode B 61 (Steurs) Aménagé d’après les plans de l’architecte Eugène Dhuicque qui a privilégié l’asymétrie, le square Armand Steurs fut inauguré en grande pompe le 3 juillet 1932. Perpétuant la mémoire d’un bourgmestre de Saint-Josse-ten-Noode qui permit l’alimentation en eau de certains quartiers de Bruxelles, l’ensemble illustre un aménagement en milieu urbain typique des années de l’entredeux-guerres. Le square, qui a profité du voûtement de la ligne ferroviaire Bruxelles-Luxembourg, présente une 116 organisation complexe tirant parti des H EXPOSITION ET VISITES Les espaces verts aux alentours du Botanique Cette exposition présentera quelques pièces de collection inconnues témoignant de l’évolution des espaces de verdure entourant le Jardin botanique au XIXe siècle : images originales, colorisées ou non, des années 1830-1850 avec des vues, animées ou peuplées de personnages, sur les jardins botaniques (plus tard transformés en parc paysager, du Jardin botanique), plan de ville à vol d’oiseau et peintures avec vue sur les abords verts durant l’aménagement (1826) et après la réalisation du projet (1849) par Pierre-François Gineste (1769-1850), peintredécorateur et architecte qui réalisa finalement le projet. Des visites guidées raconteront également l’histoire du jardin botanique depuis sa fondation, en 1826, en passant par les turbulences de la Révolution belge, les défis mercantiles, jusqu’à la perte des terrains et l’implantation du parc en 1958. A samedi et dimanche, de 12h à 17h (visites guidées dimanche à 13h et 15h) C Musée Charlier, avenue des Arts 16 à Saint-Josse-ten-Noode – carte I 8 M 1-5 (Arts-Loi), 2-6 (Arts-Loi/Madou) B 22 (Joseph II), 29-63-65-66 (Madou) I exposition accessible jusqu’au 13 octobre 2017. Avec la collaboration du Musée Charlier. g PROMENADE Du Jardin botanique à l’écrin de verdure de la Cité administrative ! Créés dès 1826, les jardins et l’orangerie du Botanique étaient des lieux de présentation de nombreuses plantes exotiques. Aujourd’hui, il s’agit d’un important complexe culturel et les jardins sont devenus un lieu de promenade privilégié au cœur de la ville. Vous poursuivrez votre visite par la découverte d’un bel écrin de verdure niché entre les « remparts de béton» de la Cité administrative, un jardin suspendu qui en surprendra plus d’un ! A samedi et dimanche à 11h et 14h (durée : 2h) C lieu de départ: devant l’entrée du Jardin botanique, rue Royale 236 à Saint-Josse-ten-Noode – carte H 7 M 2-6 (Botanique) T 92-93 (Botanique) B 61 (Botanique) I réservation obligatoire au 02/319.45.60 (du lundi au vendredi de 9h à 13h). Maximum 25 personnes par départ. Avec la collaboration d’Arkadia. 118 ⁄ EVERE / SCHAERBEEK / SAINT-JOSSE-TEN-NOODE déclivités du terrain. Occupant des endroits stratégiques, des sculptures dues à des artistes renommés comme le monument des Carriers réalisé par Guillaume Charlier ou « La Source » de Jules Dillens trônant dans l’exèdre dit du Centenaire, car célébrant les 100 ans de l’Indépendance de la Belgique. Un arbre fut d’ailleurs planté à l’occasion de cet anniversaire. Outre une végétation variée comptant quelques spécimens remarquables comme un catalpa rougeâtre ou une aubépine à deux styles, l’architecte Jules Janlet avait aménagé des parterres de roses dont il était un grand spécialiste. Les espaces gazonnés bordés d’ifs taillés offrent un espace de verdure bienvenu dans ce quartier urbanisé de Saint-Josse-ten-Noode. (CL 17/06/1993) Visites guidées, samedi et dimanche à 10h, 12h, 14h et 16h. Rendez-vous devant le monument Steurs. Exposition didactique «Aqua pensait Steurs ?» mettant en évidence le travail réalisé par Armand Steurs et par les architectes Eugène Dhuicque et Jules Janlet au moyen de documents d’époque. Avec la collaboration des Amis du square Armand Steurs. g PROMENADE Nature et science à Saint-Josse-ten-Noode Non loin des wijngaarden et du chemin des ânes, Saint-Josse-ten-Noode s’offre, entre les notes d’un violoniste et d’une chanteuse intemporelle, un ancien observatoire, le souvenir d’une machine à eau qui a fait les beaux jours de la capitale. La commune n’a-t-elle pas honoré certaines de ses rues, telles la rue du Moulin, la rue Hydraulique ? Cette balade évoquera un passé que l’urbanisation et la démographie nous feraient presque oublier. Elle vous rappellera ces grands hommes épris de physique et de botanique qu’étaient messieurs Quetelet et Houzeau de Lehaie. Vous plongerez dans l’univers artistique de Madou et des ateliers de la commune avant de terminer dans le quartier Notre-Dame aux Neiges et ses glacières. A dimanche à 9h30, 11h30 et 14h (durée : 1h30) C lieu de départ : devant l’entrée du Jardin botanique, rue Royale 236 à Saint-Josse-ten-Noode – carte H 7 M 2-6 (Botanique) T 92-93 (Botanique) B 61 (Botanique) I réservation obligatoire au 02/537.68.75 (du lundi au vendredi de 10h à 13h). Maximum 25 personnes par départ. Avec la collaboration d’Itinéraires, sur les Sentiers de l’Histoire. EVERE / SCHAERBEEK / SAINT-JOSSE-TEN-NOODE ⁄ 119 WOOD WIDE WEB Wood Wide Web est une forêt urbaine réelle et virtuelle qui pousse à Bruxelles Le projet évolutif et participatif Wood Wide Web relie les arbres sur une plateforme et à des activités de terrain et propose du contenu aux histoires originales. L’idée est d’enchanter le public, de fédérer une communauté, d’aller chercher petits et grands pour les emmener à la rencontre des arbres de la Région et à la découverte de ce qui se déroule à leurs pieds. Wood Wide Web est une invitation à se reconnecter au patrimoine vivant de la capitale : regarder Bruxelles telle une forêt. Cette forêt rassemble toute une série de médias libres : une carte forestière urbaine, des fiches d’identité, des portraits d’individus monumentaux, des outils éducatifs ludiques et interactifs, etc. Il s’agit de rendre les arbres visibles, dévoiler leurs secrets, attirer l’attention sur leur rôle, leur environnement. Au départ, la plateforme géolocalisera 120 arbres remarquables. Une forêt urbaine réelle dans laquelle le public peut s’enfoncer/s’immerger progressivement. Car cette forêt est peuplée d’évé- nements, de multiples initiatives menées avec le concours d’associations, d’artistes, de collectifs, d’opérateurs… Et, à partir de septembre 2018, les Bruxellois qui le souhaitent pourront faire pousser à leur tour cette forêt, avec leurs propres contributions. Le public pourra ajouter ses arbres emblé- matiques, remarqués ou préférés et proposer ses activités, animations, parcours arborés. Ce projet s’inspire du système de communication racinaire qui relie les arbres en forêt : le Wood Wide Web. Dans ce cadre, les meneurs du projet, 32shoot, tissent un réseau tant humain que culturel autour de cette thématique singulière. 32shoot 120 ⁄ JOURNÉES DU PATRIMOINE Cette expérience dynamique, crossmedia à 360° et accessible à tous, devrait se dérouler de septembre 2017 à septembre 2019. L’aventure démarrera aux Halles SaintGéry lors des Journées du Patrimoine des 16 et 17 septembre 2017. Wood Wide Web est une forêt urbaine réelle et virtuelle qui pousse à Bruxelles En savoir plus : www.woodwideweb.be 32shoot 32shoot JOURNÉES DU PATRIMOINE ⁄ 121 Envie de faire un pique-nique ? De canoter sur un étang ? D’une plaine de jeux pour vos enfants ? Grâce aux critères de recherche de l’application, il est possible de trouver le lieu idéal pour se détendre, faire du sport, passer une journée en famille, entre amis ou se balader en amoureux… Des filtres permettent de sélectionner des espaces verts (qu’ils soient régionaux ou communaux) équipés de tables de pique-nique, de transats, de plaines de jeux, de terrains de sport ou de pétanque, accessibles aux PMR, etc. La plupart des Bruxellois fréquentent les espaces verts situés à moins de 500 mètres de chez eux mais saviez-vous qu’il y a près de 3.000 ha d’espaces verts accessibles au public, ce qui repré- sente 18% de la superficie de la Région ? L’application mobile Brussels Gardens vous permet de découvrir cette richesse et plein d’infos pratiques ! Vous y trouverez facilement un espace vert, une plaine de jeux, un potager, grâce à une cartographie interactive ou à un moteur de recherche. L’utilisateur pourra également se géolocaliser et tracer son itinéraire pour se rendre dans l’espace vert souhaité. Enfin, Brussels Gardens permet de partager l’information sur les réseaux sociaux. BRUSSELS GARDENS : l e s e s p a c e s v e r t s d e B r u x e l l e s au bout des doigts ! 122 ⁄ JOURNÉES DU PATRIMOINE C’est parti… L’application Brussels Gardens permet aussi à ses utilisateurs de se localiser et de tracer l’itinéraire le plus adapté pour se rendre à pied, à vélo, en transports en commun ou en voiture dans l’espace vert en question en fonction de sa situation. Pour en apprendre plus sur nos espaces verts préférés… Une fois sur place, l’application offre encore de nombreuses découvertes avec l’historique et le patrimoine des espaces verts, mais aussi des informations sur leurs spécificités – site classé, réserve naturelle, site archéologique… Brussels Gardens reprend également la plupart des espèces animales et végétales de chaque parc. L’occasion d’admirer une famille de cygnes, guetter un écureuil, somnoler sous un saule pleureur ou se balader au milieu des bleuets… Mais aussi comprendre comment la gestion des espaces verts est menée pour favoriser le développement de la biodiversité et la découverte de ses richesses. D’une façon durable ! L’application contient déjà des informations sur 74 espaces verts et sera progressivement enrichie de nouvelles fiches. Brussels Gardens proposera encore davantage d’espaces verts et, par exemple, des astuces pour préserver et développer la nature en ville (nourrissage des oiseaux, respect des chemins…), un calendrier d’évènements se déroulant dans les espaces verts ou encore l’actualité des différents lieux : nouveau parc, travaux en cours, rénovation, nouvelle plaine de jeux, etc. À chacun son espace vert Brussels Gardens est téléchargeable gratuitement via le site : www.brussels-gardens.be. Grâce à cette application, les espaces verts bruxellois n’auront bientôt plus de secret pour vous ! JOURNÉES DU PATRIMOINE ⁄ 123 Le site Internet de l’inventaire des arbres remarquables permet, via une recherche multicritères, d’enrichir ses connaissances sur le patrimoine dendrologique bruxellois : par commune, par espèce, par circonférence, par statut de protection (arbre classé…). Chaque arbre dispose d’un fiche synthétique qui reprend les informations dendrologiques suivantes : espèce, dimensions (circonférence, hauteur…), environnement (isolé ou en groupe, visibilité depuis l’espace public…), état sanitaire et position (coordonnées Lambert), et visible via une carte cliquable. Ces fiches comportent également plusieurs photos. Pour les arbres bénéficiant d’un statut de protection (classement ou sauvegarde), leurs intérêts scientifique et esthétique y sont décrits. Envie de découvrir les arbres remarquables d’une commune ou d’un parc ? De savoir où se trouvent les plus gros arbres de la capitale ? Ou encore quels sont les arbres «classés » ou « inscrits sur la liste de sauvegarde » ? Envie d’en savoir plus sur certaines propriétés inaccessibles au public ? Une seule adresse : le site de l’inventaire du patrimoine naturel de la Région de Bruxelles-Capitale, qui regroupe les deux inventaires en cours, celui des arbres remarquables et des sites à valeur patrimoniale importante. Arbres remarquables La Région de Bruxelles-capitale compte plus de 6.000 arbres remarquables recensés sur son territoire, en espace public (comme dans les parcs, bois et squares) ou en jardin privé. Ces arbres appartiennent à plus de 400 espèces ou cultivars. Les records de circonférence avoisinent les 7 mètres. L’inventaire du patrimoine naturel en ligne SPRB/DMS 124 ⁄ JOURNÉES DU PATRIMOINE Parcs et jardins Les parcs et jardins à valeur patrimoniale importante font aussi l’objet d’un inventaire et ce sont plus de 200 fiches qui sont visibles sur le site Internet. Les champs de recherches permettent notamment de choisir d’afficher les sites appartenant à une typologie précise comme les abords de ferme ou de moulin, les squares, bois ou parcs forestiers… La fiche comprend des informations relatives à l’histoire du site et son intérêt, ainsi qu’une brève description. Les arbres remarquables présents sur le site, tout comme des éléments comme rocailles ou constructions sont renseignées sur la fiche. Un seul site Web Le site www.arbres-inventaire.irisnet.be permet au public de disposer et visualiser le patrimoine naturel de la capitale. Les fiches des arbres et sites sont régulièrement mises à jour. Le portail cartographique Brugis www.mybrugis.irisnet.be/MyBruGIS/brugis/ dispose d’une couche « arbres remarquables » qui permet de les localiser sur plan. Il dispose également d'une couche reprenant les sites à l’inventaire. JOURNÉES DU PATRIMOINE ⁄ 125 Dix ans que l’événement Jardins en Fête, organisé par la Bibliothèque René Pechère puis par la Fondation CIVA, invite le public à découvrir des joyaux bruxellois de l’art des jardins. Cette année, c’est la paysagiste Nathalie Devallée qui sera à l’honneur. Une date à retenir: 10 septembre 2017, de 10h à 18h. C’est plein de surprises, de rencontres, de fleurs, c’est la fin de l’été et c’est gratuit mais il faut s’inscrire à partir du 20 août sur le site http://jardinsenfete.bvrp.net. Pour tout renseignement: gardens@civa.brussels Jardins en Fête 2017 Dix ans déjà M. Clinckemaille 126 ⁄ EVERE / SCHAERBEEK / SAINT-JOSSE-TEN-NOODE EVERE / SCHAERBEEK / SAINT-JOSSE-TEN-NOODE ⁄ 127 Vous êtes fan d’espaces verts ? Vous avez envie de les faire découvrir ? Vous aimez prendre des photos ? Jouez avec nous et faites-nous connaître vos parcs, jardins ou sites préférés en prenant quelques selfies lors de vos visites pendant les Journées du Patrimoine et, surtout, dites-nous pourquoi vous aimez ce(s) lieu(x)… MON ESPACE VERT PRÉFÉRÉ Envoyez vos clichés à jdp-omd@sprb.brussels en mentionnant votre nom, votre adresse complète et l’endroit où ils ont été pris. Les photos seront publiées pendant le weekend et les jours qui suivent sur notre page Facebook et sur Pinterest. Les 50 premiers clichés envoyés recevront un petit cadeau! Facebook (Bruxelles Patrimoines) Pinterest (jdpomd) Twitter (@jdpomd) À l’initiative de la Région de Bruxelles-Capitale Sous les auspices du Conseil de l’Europe et de l’Union européenne, dans le cadre des Journées européennes du Patrimoine Comité d’accompagnement Marie-Laure LECLEF, Cabinet du Ministre-Président du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale Stéphane DEMETER et Thierry WAUTERS, Direction des Monuments et Sites Organisation Service public régional de Bruxelles/Bruxelles Urbanisme et Patrimoine Direction des Monuments et Sites Coordination générale Brigitte VANDER BRUGGHEN et Paula DUMONT avec la collaboration de Cindy DE BRANDT Rédaction Les notices décrivant les lieux ont été rédigées par Christophe VACHAUDEZ Relecture des textes Catherine LECLERCQ et Murielle LESECQUE, Direction des Monuments et Sites Anne MARSALEIX, Productions associées Crédits photographiques Les photographies ont été réalisées par Alfred de VILLE de GOYET, Direction des Monuments et Sites de la Région de Bruxelles-Capitale excepté E. DANHIER (4), M. MATHY (12), Maison de la Francité (14), Maison de l’Histoire européenne (20), G. Vermoelen/CEBE-MOB (25), Commune de Woluwe-Saint-Lambert (26), W. ROBBERECHTS/SPRB (34, 87, 96, 115), Global View/SPRB (37, 86), Jardin Massart (35), Droh!me (44), Musée et Jardins van Buuren (57), Direction des Monuments et des Sites (61, 68, 83, 84, 97, 102, 108), CCN-Vogelzang-CBN (76), E. DIEDERICH/Luizenmolen-Anderlecht (77), Belgian Chocolate Village (88), Epitaaf (103), E. LECHIEN (109), S. COLLIN (112) Photos Synergrid (16) et Pavillon Horta-Lambeaux (18) : arch. V. Horta © Sofam 2017. Conception couverture et affiche Kaligram, Bruxelles Conception programme, mise en page et cartographie Kaligram, Bruxelles Impression IPM, Bruxelles Éditeur responsable Bety WAKNINE, Région de Bruxelles-Capitale/ Bruxelles Urbanisme et Patrimoine, CCN – rue du Progrès 80, 1035 Bruxelles Remerciements La Direction des Monuments et Sites remercie toutes les institutions publiques et privées ainsi que les propriétaires et les associations qui ont contribué à la réussite de cette nouvelle édition des Journées du Patrimoine en Région de Bruxelles-Capitale. Elle remercie également Bruxelles Environnement, Patrimoine et Culture, qui accueille le point central d’information, et visit.brussels, qui gère le site web de l’événement. 128 ⁄ JOURNÉES DU PATRIMOINE a Horaires et dates M Lignes et stations de métro T Trams B Bus g Promenade/Activité h Exposition/Conférence b Parcours à vélo f Circuit en bus i Visite guidée uniquement ou réservation obligatoire c Lieu d’animation ou de départ j Langue des signes Pictogrammes utilisés Les informations relatives aux transports en commun qui desservent les lieux nous ont été communiquées par la STIB. Elles indiquent les arrêts les plus proches des lieux ou points de rendezvous et les lignes desservies les samedi et dimanche. Les renseignements mentionnés dans cette brochure sont susceptibles de modifications, indépendantes de notre volonté. Cette brochure est distribuée gratuitement. Dépôt légal: D/2017/6860/019 Informations Organisation des Journées du Patrimoine en Région de Bruxelles-Capitale: Service public régional de Bruxelles/Bruxelles Urbanisme et Patrimoine Direction des Monuments et Sites – CCN – rue du Progrès 80 – 1035 Bruxelles Permanences téléphoniques les 16 et 17 septembre 2017, de 10h à 17h: 02/204.17.69 – fax: 02/204.15.22 – www.journeesdupatrimoine.brussels jdp-omd@sprb.brussels – #jdpomd – Bruxelles Patrimoines – Erfgoed Brussel Les heures indiquées pour les bâtiments sont celles d’ouverture et de fermeture. Les organisateurs se réservent le droit de fermer les portes plus tôt en cas de forte affluence afin de terminer à l’heure prévue. Des mesures particulières pour les visites peuvent être prises par les responsables des lieux. Il est interdit de fumer et de manger lors des visites. Il se peut que certains responsables des lieux interdisent la prise de photographies. Afin de faciliter les entrées, il est demandé d’éviter les sacs à dos ou sacs de grand volume. Les mentions CL et SV, à la fin des notices, indiquent la date de classement ou d’inscription sur la liste de sauvegarde du bien décrit. Les indications en gras à côté des adresses renvoient à un plan cartographique de la Région. Ce dernier est envoyé gratuitement, sur simple demande écrite à la Direction des Monuments et Sites. Attention: une réservation préalable est exigée pour certaines promenades (no de réservation indiqué sous la notice). Cette mesure a été prise dans le seul et unique but d’accueillir le public dans les meilleures conditions possibles et de prévoir un nombre suffisant de guides. Il vous est néanmoins loisible de vous rendre au lieu de départ de ces animations le jour même, des désistements ou des opportunités étant toujours possibles. Accessibilité aux personnes à mobilité réduite Grâce à la collaboration de l’Association nationale pour le Logement des Personnes handicapées (ANLH), l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite est mentionnée à côté de chaque lieu repris au programme. Cette enquête a été menée sur base des données transmises par les responsables des lieux et vérifiées par un membre de l’association. Tous les parcs, jardins et bâtiments qui ont un logo d’accessibilité ont fait l’objet d’une vérification. L’accessibilité des lieux est indiquée, selon les critères et les normes arrêtés en Région de Bruxelles-Capitale, par les logos suivants: k Accessible: des conditions suffisantes sont rencontrées pour l’autonomie des personnes en fauteuil roulant (manuel ou électrique). m Accessible avec aide: l’aide d’une tierce personne est requise pour une circulation et un usage aisé du lieu. l Non accessible: les conditions minimales ne sont pas rencontrées. k* Accescity: les pictogrammes suivis d’un astérisque indiquent que des informations supplémentaires sur l’accessibilité des lieux se trouvent sur http://accescity.be À noter que les parcs indiqués comme inaccessibles sont ceux dans lesquels trop d’obstacles sont présents et/ou il n’est pas possible d’y faire une promenade significative. Les critères d’accessibilité ne concernent que les visites lors des Journées du Patrimoine. Ils ne sont pas forcément valables pour l’activité habituelle des bâtiments. Tout renseignement complémentaire relatif à cette étude peut être obtenu auprès de l’ANLH (e-mail: secretariat@anlh.be). DÉCOUVREZ LE PATRIMOINE DE BRUXELLES Lancée en 2011, la revue Bruxelles Patrimoines s’adresse à tous les passionnés du patrimoine, qu’ils soient bruxellois ou non, et ambitionne de montrer les diverses facettes des monuments et sites de la Région de Bruxelles-Capitale. Outre un dossier consacré à une thématique particulière, chaque numéro comporte des articles plus généraux sur le patrimoine et des news. Le numéro double du mois de septembre est entièrement consacré à la thématique des Journées du Patrimoine: Nature en ville. La revue Bruxelles Patrimoines est vendue en librairie au prix de 10  € (sauf le numéro double à 20 €) ou par abonnement. Si vous souhaitez vous abonner pour l’année 2017 (deux numéros simples et un numéro double), merci de verser la somme de € 29 sur le compte BE 31 0912 3109 5455/BIC GKCCBEBB (au nom de la Direction des Monuments et Sites) avec la mention « revue Bruxelles Patrimoines » et les nom et prénom et adresse complète du (de la) bénéficiaire. Le marché aux livres ! Ces 16 et 17 septembre (de 10h à 19h), précipitez-vous aux Halles Saint-Géry pour visiter le marché aux livres de la Direction des Monuments et Sites de la Région de Bruxelles-Capitale. À cette occasion, bénéficiez des promotions spéciales «Journées du Patrimoine» sur de nombreux titres ! JOURNÉES DU PATRIMOINE 16 & 17 SEPT. 2017 | NATURE EN VILLE

12:04 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.